Son intervention est intervenue lorsqu’un ministre français a critiqué la poussée du Royaume-Uni en faveur des coups d’État, affirmant qu’elle “comporte plus de risques” et “ce n’est pas quelque chose que j’aimerais avoir ici”.

La semaine dernière, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré aux députés Bruxelles avait été “trop ​​optimiste” sur les volumes de production et les délais d’approbation réglementaire.

Verhofstadt a rejeté ce mea culpa et a blâmé les contrats de vaccin que la commission a négociés, en particulier l’accord AstraZeneca et sa disposition sur les «meilleurs efforts raisonnables».

L’ancien Premier ministre, qui à deux reprises n’a pas réussi à prendre la présidence de la commission, a déclaré: “Je crois que les mesures prises par la Commission sont hautement symboliques, insuffisantes et contre-productives”.

Il a appelé à un “changement radical de stratégie” et à une renégociation de contrats “mal conçus” avec des objectifs et des délais contraignants. L’agence pharmaceutique de l’UE devrait également suivre des procédures d’approbation plus rapides pour les nouveaux vaccins, tels que la dose unique Johnson & Johnson et le CureVac allemand, a-t-il déclaré.

“L’inconvénient révélateur de la vérité” de Verhofstadt contraste avec les commentaires du ministre français de l’Europe, Clement Beaune, qui a déclaré que la stratégie vaccinale du Royaume-Uni “comporte plus de risques” et “ce n’est pas quelque chose que j’aimerais avoir ici”.

“Les Britanniques vont plus vite car ils se sont tellement appuyés sur la première injection”, a-t-il déclaré à France Info. “Si l’on regarde le nombre de personnes qui ont reçu les deux injections au Royaume-Uni et dans l’UE, y compris en France, nous voir que le nombre de personnes entièrement vaccinées est plus faible au Royaume-Uni. “

READ  Prévisions météo horaires lorsque la première neige de 2021 atteint le nord-est

M. Beaune a ajouté qu ‘”ils se sont beaucoup appuyés sur la première dose, établissant un écart très large entre la première et la deuxième injection. Et cela n’est pas recommandé par nos autorités sanitaires, par notre ministère de la Santé”.