La Bourse de Paris devait augmenter ce mardi à l’ouverture, au lendemain de sa pire session depuis plus de trois mois, dans un contexte toujours tendu en raison des craintes de nouvelles restrictions de mouvement liées au Covid-19.

Le contrat à terme sur indice CAC 40 était en hausse de 0,50% environ 30 minutes avant l’ouverture. Lundi, il avait connu sa pire séance depuis plus de trois mois, en baisse de 3,74%.

Wall Street avait également chuté de façon spectaculaire pour les mêmes raisons lundi, le Dow Jones perdant 1,84%, le Nasdaq 0,13% et le S&P 500 1,16%.

Partout en Europe, “nous réalisons que les gouvernements, après avoir tenté de relancer leurs économies cet été, devront peut-être freiner et reprendre l’imposition de restrictions sociales pour tenter de ralentir le taux de transmission du virus”. a commenté Michael Hewson, analyste de marché en chef de CMC Markets UK.

Ces mesures restrictives se déploient déjà à un rythme inquiétant.

Très symbolique, la fermeture imposée des bars et restaurants britanniques devrait revenir jeudi à 22 heures. Près d’un million de Madrilènes sont également soumis à des restrictions de voyage depuis lundi, au moment où les mesures sanitaires strictes se multiplient en France.

Les Etats-Unis se préparent pour leur part à franchir la barrière des 200 000 morts.

L’émergence d’une deuxième vague de Covid-19 et les mesures de distanciation qui en seraient imposées pourraient avoir des conséquences extrêmement graves pour l’économie après une première déjà dévastatrice.

ENTRE LES VALEURS À SUIVRE MARDI

Les valeurs bancaires françaises, Société Générale, Crédit Agricole et BNP Paribas, au lendemain d’un krach suite aux révélations d’un consortium de journalistes accusant de nombreuses institutions bancaires mondiales d’avoir permis un blanchiment d’argent sale à grande échelle.

READ  Amazon supprime des milliers d'avis douteux `` 5 étoiles '' au Royaume-Uni

Suez. Le groupe de services environnementaux a annoncé mardi qu’il était en avance sur les objectifs de sa stratégie de recentrage à l’horizon 2030 et qu’il serait en passe de «doubler la valeur» pour ses actionnaires d’ici 2022.

LVMH. La justice américaine a fixé au 5 janvier la date du procès pour opposer le géant du luxe au joaillier Tiffany, acceptant ainsi en partie la demande de la société américaine qui demandait un traitement accéléré du dossier.

aube / ak / nth