Image représentative & Nbsp

PARIS (Reuters) – Le gouverneur de la banque centrale de France a rejeté mercredi une proposition d’un groupe d’experts selon laquelle la Banque centrale européenne pourrait effectuer des transferts d’argent directs aux ménages pour aider à atteindre son objectif d’inflation.

Le Conseil français d’analyse économique, un groupe de réflexion indépendant rattaché au cabinet du Premier ministre, a suggéré dans un rapport plus tôt mercredi que la BCE pourrait effectuer des paiements en « argent hélicoptère » en dernier recours pour stimuler l’inflation.

“L’argent hélicoptère, qui n’a jamais été mis en œuvre et serait complexe dans la pratique, ne nous semble pas une bonne idée”, a déclaré le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, aux sénateurs en réponse à la proposition.

Il a déclaré que la proposition ne devrait pas être reprise dans un examen stratégique en cours à la BCE, car de tels transferts laisseraient un trou dans le bilan de la banque centrale, nécessitant la reconnaissance d’une “perte massive” qui pourrait miner la confiance dans la banque centrale.

Cela brouillerait également les frontières entre politique monétaire et politique budgétaire, car il appartient généralement au gouvernement et au parlement de décider des transferts aux ménages.

Enfin, cela ne serait pas synchronisé avec une accumulation d’économies pendant la crise des coronavirus, a ajouté Villeroy.

La BCE a longtemps été en deçà de son objectif de maintenir l’inflation à près de 2 %, mais juste en dessous, bien qu’elle se soit récemment redressée dans une évolution que les banquiers centraux espèrent temporaire.

READ  Pavard de France s'est senti assommé pendant près de 15 secondes à l'Euro 2020

Le Conseil d’analyse économique a déclaré qu’un transfert en espèces équivalent à 1% du produit intérieur brut pourrait augmenter le taux d’inflation d’un demi-point de pourcentage en un an.