jeen-yuhs, Kimi et The French Dispatch sont tous nouveaux à l’émission cette semaine (Netflix/Sky Cinema/Searchlight)

Ce week-end, Sky Cinema présente en avant-première le dernier film de Steven Soderbergh, toujours très occupé, tandis que Netflix publie la première partie de son gigantesque documentaire Kanye West et Disney + présente le récent succès de Wes Anderson.

Veuillez noter qu’un abonnement peut être nécessaire pour regarder.

Choix de diffusion de la semaine

Kimi (MAINTENANT avec un abonnement Sky Cinema à partir du 19 février)

Zoe Kravitz dans le rôle d'Angela Childs dans Kimi (Sky Cinema/Warner Bros.)

Zoe Kravitz dans le rôle d’Angela Childs dans Kimi (Sky Cinema/Warner Bros.)

Comme les autres films post-« retraite » de Steven Soderbergh, Kimi exploite les émotions du genre pulpeux comme voie d’accès à une maladie propre à l’Amérique contemporaine, comme le système de santé en insenséexploitation du travail dans le sport oiseau de haut vol, ou l’anxiété de classe de la ceinture de rouille dans porte-bonheur.

Se déroulant à Seattle pendant la pandémie de COVID-19, Angela (Zoe Kravitz), technicienne agoraphobe, découvre des preuves d’un crime violent tout en examinant un flux de données pour un système de type « Siri » appelé « Kimi ». Confrontée à la résistance de son entreprise, Angela est forcée d’affronter sa peur du plein air et de s’aventurer dans la ville où des forces commerciales malveillantes surveillent chacun de ses mouvements.

lire plus: Tout nouveau sur Sky en février

À travers Angela, Soderbergh explique comment la pandémie a remanié les frontières de la socialisation, de l’espace numérique, de l’espace personnel et du travail, révélant ces sentiments aux côtés de réflexions sur l’État de surveillance moderne et comment les entreprises technologiques traitent les données privées comme un actif financier. La peur (souvent justifiée) du plein air d’Angela lui fait manquer les quelques personnes avec lesquelles elle reste en contact. Son ami avec des avantages a gardé ses distances à cause de sa frustration avec lui frustré par son mode de vie.

READ  Disney + passera à 8,99 euros avec une section pour adultes

Regardez une bande-annonce pour Kimi

La photographie numérique en lumière naturelle de Soderbergh capture parfaitement à la fois l’isolement de l’appartement d’Angela et sa performance en ligne en tant que personne, sans parler de la façon dont il se rapporte plus tard à la stérilité étrange et inhumaine de l’espace de bureau. Ses simples lavis de couleur font la différence entre les superpositions jaunes maladives de l’imagination d’Angela et son isolement auto-imposé par rapport aux teintes fraîches et fanées des bureaux de ses employeurs et oppresseurs.

je n’ai pas encore donné Kimi crédit à quel point c’est vraiment terrifiant. Non seulement dans ses rappels de la facilité avec laquelle ces forces capitalistes écrasantes et impitoyables accèdent à nos vies électroniques les plus privées, mais aussi dans le sens physique le plus immédiat. La peur que l’autre Angela éprouve en public, ou une scène d’enlèvement qui se produit plus tard dans le film.

Zoe Kravitz dans le rôle d'Angela Childs dans Kimi (Sky Cinema/Warner Bros.)

Zoe Kravitz dans le rôle d’Angela Childs dans Kimi (Sky Cinema/Warner Bros.)

Dans ces scènes, Soderbergh déploie certaines de ses astuces de caméra les plus excitantes, comme un zoom de choc surprenant qui suit la fuite d’Angela de ses poursuivants, ou une longue superposition de l’environnement d’Angela alors qu’elle passe devant elle. Dans ces moments, Zoe Kravitz apporte au rôle une physique étonnante et en constante évolution, passant d’une diminution et d’un rétrécissement littéraux des autres à une position plus confiante, voire héroïque. Toutes ces techniques donnent vie aux émotions maigres et mesquines de Kimi, un plaisir pour la foule à moindre coût mais néanmoins étonnant et excitant.

READ  Le portrait 'Loki' de Kablooie Blue Candy & Devil, expliqué

Également nouveau sur Sky/NOW : la purge éternelle

jeen yuhs – Acte 1 : VISION (Netflix)

jeen-yuhs : une trilogie de Kanye (Netflix)

jeen-yuhs : une trilogie de Kanye (Netflix)

Au milieu des querelles publiques avec toute personne associée à Pete Davidson, des tirades contre Billie Eilish et de sa récente séparation d’avec Julia Fox, ce n’est probablement pas le moment idéal pour sortir la première partie du documentaire tant attendu de Kanye. jeen yuhs. Mais, après tout, au-delà des petites querelles actuelles, comme le dit le documentaire « Il y a beaucoup d’aspects de Kanye que les gens ne connaissent pas. »

lire plus: Tout nouveau sur Netflix en février

Réalisé par Coodie Simons et Chike, qui a été proche de Ye pendant la majeure partie de sa carrière, l’accès inédit révèle ces différentes facettes d’une figure qui pourrait bien être la figure la plus célèbre du hip-hop. Coodie a un investissement personnel pour lui révéler ces côtés, expliquant la fraternité qui s’est développée entre eux et faisant même écho à la frustration des fans face à l’agressivité de Ye, se référant à la phrase souvent citée « Le vieux Kanye me manque ». Une grande partie des premières séquences numériques floues du film s’entremêlent avec le récit de Coodie sur la façon dont sa propre vie s’est croisée avec celle de Ye et comment le documentaire lui-même a vu le jour.

Regardez une bande-annonce pour jeen yuhs

Coodie relie la montée en puissance de Kanye à celle de la scène hip-hop de Chicago, et un Ye de 19 ans avec une confiance contagieuse (avec amour moqué par ses amis). Les moments incroyables s’accumulent rapidement pour les fans de hip-hop, montrant à quelle vitesse et à quel point le travail de production de Kanye s’est répandu parmi les meilleurs MC de la journée. Des images comme Mos Def, Talib Kweli et leur collaboration Black Star s’émerveillant des rythmes que Ye a concoctés. Au « Partie 1 : Vision« Il y a un accès fascinant à un Ye qui est sur le point d’apparaître sur la scène en tant qu’artiste solo, avec des tubes comme ‘Tout tombe et ‘Deux mots’ vient d’être assemblé. L’excitation des gens dans la salle est contagieuse.

Des séquences charmantes d’instant en instant comme Kanye plaisantant « c’est mon meilleur ami et mon pire ennemi » à propos du producteur Just Blaze qui répond « comme le professeur X et Magneto ». Ou plus tard, Kanye courant dans les bureaux de Roc-a-Fella en jouant à tout le mondeTout tombe et le rap en personne, essayant de faire ses preuves. Cette détermination et cette confiance en soi sont charmantes plutôt que frustrantes comme c’est le cas aujourd’hui, mais elles sont tempérées par la conscience de soi. À un moment donné, il regarde la caméra et dit « cette séquence documentaire est probablement un peu narcissique, mais putain de quoi que ce soit. »

jeen-yuhs : une trilogie de Kanye (Netflix)

jeen-yuhs : une trilogie de Kanye (Netflix)

Entre Kanye parlant de ses rêves et luttant pour arriver là où il doit être, et sa tentative pour que les maisons de disques le prennent au sérieux en tant que rappeur et producteur, il y a d’autres moments vraiment incroyables. Vous voyez la résolution en personne du dossier de dissidence (relativement non provoqué) de son ancien mentor Dug Infinite sur lui, résultant en une clarification passionnée qui témoigne de son amour et de son respect pour Infini.

Plus tard, une visite à sa mère Donda est tout aussi émouvante et déchirante alors qu’elle regarde sa proximité devant la caméra. Avoir accès au côté plus humain du rappeur au lieu de se chamailler en public est un aperçu véritablement inestimable pour les personnes qui voient d’abord l’ego. A part ça, la partie 1 de jeen yuhs c’est un dossier incroyable, le reste semble extrêmement prometteur. L’épisode entier du long métrage est de la poussière d’or pour tous ceux qui aiment décrochage universitairesurtout s’ils sont tombés amoureux du Kanye actuel.

Aussi nouveau sur Netflix : Le massacre à la tronçonneuse du Texas

le bureau français (Disney+)

La dépêche française (images de projecteur)

La dépêche française (images de projecteur)

Cette anthologie de nouvelles de Wes Anderson est le dernier film du réalisateur américain à explorer les idées de résistance et de protestation (entre autres thèmes) à travers l’histoire imaginaire d’une nation fictive. Ce nouveau film suit le personnel d’une publication européenne appelée The French Dispatch, calquée sur The New Yorker.

lire plus: Tout nouveau sur Disney + en février

Le personnel décide de publier une édition commémorative en l’honneur de leur éditeur récemment décédé (joué par Bill Murray) mettant en lumière les trois meilleures histoires de la dernière décennie : un artiste condamné à la prison à vie, des émeutes étudiantes et un enlèvement résolu par un chef.

Regardez une bande-annonce pour le bureau français

Anderson a été (faussement) accusé de faire des films qui ne sont que mise en scène et sans âme, ce qui le bureau français se démarque par son travail scénique incroyable et sa cinématographie précise qui évoque les blessures profondes de ses personnages, et peut-être même l’humour. Ce n’est pas seulement la mise en scène qui gagne, mais les performances sincères qu’Anderson tire de son énorme distribution de stars. Dans son segment, Jeffrey Wright donne peut-être sa meilleure performance en tant que fusion de James Baldwin avec le journaliste new-yorkais AJ Liebling. A voir absolument, l’un des meilleurs de l’année dernière.

Également nouveau sur Disney+ : prédateur, prédateur 2