En décembre 2020, une bande-annonce d’un documentaire à venir intitulé chronométreur. Je me souviens avoir été très excité par la bande-annonce et je ne pouvais pas attendre sa sortie finale. Eh bien, cette version est enfin là, et j’ai déjà eu la chance de l’essayer.

À l’époque, le réalisateur/producteur Michael Culyba a expliqué son impulsion pour le projet : « J’ai acheté ma première montre mécanique il y a cinq ans et j’ai été immédiatement fasciné par la micro-ingénierie et le beau savoir-faire qui entrent dans la fabrication d’une bonne montre. Après avoir attrapé le virus de l’horlogerie, la question suivante était : « Que mesurent exactement ces appareils ? Exactement quoi il est la météo?’ C’est alors que j’ai eu l’idée de faire un film qui capterait à la fois le romantisme de l’horlogerie et les questions plus profondes sur notre rapport au temps. »

Michael Culyba, réalisateur et producteur de « Keeper of Time »

Nous avons maintenant la réponse. Du moins du réalisateur de ce film.

chronométreur: Centré sur New York avec une touche mondiale

Contrairement à de nombreux films que nous voyons sur l’horlogerie, chronométreur il ne raconte pas son histoire d’un point de vue centré sur l’Europe. Après la projection, j’ai pensé que cela ressemblait beaucoup à un film raconté par un New-Yorkais qui a trouvé quelque chose de génial et l’a exploré avec ingéniosité et minutie.

Heureusement pour nous, cette personne monte des documentaires depuis une vingtaine d’années et a su réunir la bonne équipe pour se plonger dans un sujet aussi précis. Associé à une équipe capable de gérer les mécanismes de production d’un documentaire magnifiquement tourné et monté, Culyba connaissait les bonnes personnes à qui parler dans le monde de l’horlogerie, car le film répertorie une équipe de producteurs qui couvre un grand nombre de fans les plus en vogue d’aujourd’hui : Michael Tay de Hour Glass (producteur exécutif), William Massena, Jean RedonOui eric ku pour n’en citer que quelques-uns.

READ  Marseille frappe tôt et revient à la deuxième place de la Ligue 1

chronométreur ouvre à New York, où nous entendons Nicholas Manousos de l’Horological Society of New York et Ben Clymer de Hodinkee, donnant le ton anglocentrique du film.

Philippe Dufour dans « Le Gardien du temps »

Il se rend ensuite en Suisse, où il commence au cœur de l’hiver par une visite au maître Philippe Dufour, que Clymer vient d’appeler le plus grand horloger vivant. La Vallée de Joux, où Dufour vit et travaille, au fond de la neige est toujours une belle vue, et la cinématographie ici est exceptionnelle.

Nous passons ensuite les 15 minutes suivantes dans l’atelier lumineux de Dufour au Sentier, et l’écouter parler de sa carrière et de sa philosophie sur l’horlogerie est un pur bonheur. Il n’y a pas un passionné de montres vivant qui ne serait pas fasciné en entendant Dufour parler de sa manière ouverte et honnête habituelle.

Une coupe abrupte nous amène soudain à l’architecte du cadran solaire. william andré à Concord, Massachusetts.

La collection d’images animées qui suit ce segment est phénoménale : des images rares et exceptionnelles de L’horloge à eau de Su SongImages d’archives de George Daniels dans ses dernières années et scènes du voyageur spatial de Daniels (certainement avec l’aimable autorisation de Sotheby’s).

Puis l’île de Man pour rendre visite à Roger Smith, horloger indépendant et disciple de George Daniels. Je ne suis pas allé au magasin de Smith depuis qu’il a emménagé dans son plus grand établissement; mon seul voyage à l’île de Man a eu lieu pendant que j’écrivais. 12 visages du temps Il y a environ 15 ans, j’avais donc vraiment hâte de voir le nouvel endroit. Et le film se livre à merveille, me surprenant même avec une pièce très spéciale appelée George Daniels Workshop Collection, un espace qui agit comme un musée pour préserver le contenu de l’atelier de Daniels.

Nicholas Manousos inspectant une roue centrale dans ‘Keeper of Time’

chronométreur: New York à Seattle en Suisse

De retour à New York, nous avons apprécié des photos d’horloges inhabituelles de la ville que je trouvais peu familières et convaincantes avant d’obtenir plus d’informations sur Manousos sur l’horloge. Il se tourne ensuite vers William Massena, qui nous montre une partie de sa formidable collection et explique ce qu’il aime dans les montres. Alors c’est Gary Shteyngart et Eric Ku pour plus de la même chose. Examinez de plus près le segment de Ku – il parle de certaines des pièces les plus emblématiques de l’horlogerie indépendante utilisant leurs propres montres. Il est plus que rare d’en voir certains en vrai.

Ensuite, direction Seattle pour visiter Brittany Nicole Cox, horloger antiquaire, et ses « animaux », où nous avons droit à de superbes images de son préféré, le cygne d’argent. À Los Angeles, les cinéastes visitent les Moyers, collectionneurs privés de toutes sortes de montres vintage, un segment magnifiquement tourné qui est un régal visuel. Et puis nous épions quelques instants le travail de l’horloger loup solitaire basé en Californie, David Walter.

François-Paul Journe dans « Le Gardien du temps »

Puis, enfin, après une heure de beaux paysages et de mots intéressants du monde entier, nous arrivons enfin à Genève, où le premier arrêt des cinéastes est FP Journe, une manufacture d’élite située au cœur de la ville suisse.

Vient ensuite l’un des endroits les plus intéressants de Genève : MADGallery by MB&F, où les cinéastes discutent avec le fondateur et PDG Maximilian Büsser et inspectent plusieurs montres MB&F intéressantes. « L’horlogerie mécanique est le test du génie humain », professe tranquillement Büsser dans le documentaire, résumant ce que le film exprime en beaucoup plus de mots.

chronométreur

Le film est léthargique dans le bon sens; languit comme une horloge. Ses philosophies, images et idées sont là pour être appréciées et savourées, en particulier les parties tournées en Suisse. Mais ne le prenez pas pour de la complaisance : ce documentaire n’est jamais ennuyeux, pas un instant, même pour un professionnel aguerri comme moi.

Aucune dépense n’a été épargnée pour obtenir les plus belles images imaginables, que ce soit à New York, en Suisse ou même dans des lieux anciens au Royaume-Uni pour accompagner le discours sur les débuts de l’horlogerie, y compris la plus ancienne horloge fonctionnelle du monde dans la cathédrale de Salisbury. À Prague, la célèbre Orloj (la plus ancienne horloge astronomique conservée) est filmée d’un point de vue intime et personnel, y compris une visite du clocher d’une manière qu’aucun touriste ne pourra jamais voir.

Et les commentaires entrecoupés de divers auteurs qui ont écrit sur le temps de manière plus philosophique, comme Julian Barbour de La fin des âges et Jay Griffiths de Un regard oblique sur le temps – est un mouvement des plus fascinants et rafraîchissants du produit et des ateliers vers un domaine philosophique, où le film nous quitte lorsque nous découvrons qu’il est dédié au père de Michael Culyba, décédé en 2011, réfléchissant sur la vie , la mort et le sens du temps tout en un. Ce n’est qu’à la fin que tout s’enchaîne parfaitement et, étonnamment, assez émotionnellement.

J’attendais chaque nouvelle image, chaque nouvelle scène avec une curieuse sorte d’impatience, intéressée par la suite des cinéastes dans leurs pensées et leurs voyages. Je n’ai jamais été déçu. Et plusieurs fois surpris.

Je n’ai pas pu m’empêcher de penser que le gardien de l’Orloj de Prague, Petr Skála, a bien résumé la trame de ce film quelque part au milieu : « Il implique des émotions.

chronométreur ouvrira le 28 avril à 17 h 45, heure locale, au SVA Theatre de New York. Vous pouvez acheter des billets pour l’événement ou des billets pour en profiter à domicile diffusé en ligne ici, comprenant une session de questions-réponses post-projection avec Ben Clymer (fondateur de Hodinkee), Michael Friedman (responsable des complications chez Audemars Piguet), Gary Shteyngart (romancier/passionné de montres), William Andrewes (architecte de cadrans solaires), William Massena (fondateur de Massena LAB ), Brittany Nicole Cox (horlogerie antiquaire) et le réalisateur du film, Michael Culyba.

Pour plus d’informations, s’il vous plaît visitez www.keeperoftimemovie.com.

Vous pouvez également profiter :

‘Keeper Of Time’: Bande-annonce du long métrage documentaire avec les horlogers indépendants Maximilian Büsser, François-Paul Journe, Philippe Dufour et Roger Smith

« Time Piece » : si vous ne regardez qu’un seul film sur l’horlogerie indépendante, regardez celui-ci

Pourquoi Philippe Dufour est-il important ? et ce n’est pas un secret

« La persistance de la mémoire »: musée en ligne et ode à l’horlogerie indépendante

Critique de livre : « Patek Philippe en Amérique : commercialiser la plus grande montre du monde » par John Reardon