L’Organisation météorologique mondiale ou OMM rapporte que le mois de juillet a été l’un des trois plus chauds jamais enregistrés dans le monde. Ceci, malgré un faible événement La Niña, qui est censé avoir une influence refroidissante.

Les prévisionnistes préviennent que la vague de chaleur qui a balayé une grande partie de l’Europe le mois dernier se poursuivra jusqu’en août. Ils notent que le mois de juillet a été plus sec que la moyenne dans une grande partie de l’Europe, affectant gravement les économies et l’agriculture locales, tout en augmentant le risque d’incendies de forêt.

La porte-parole de l’OMM, Clare Nullis, a déclaré que le Met Office britannique avait émis un autre avertissement concernant une accumulation de chaleur cette semaine. Cependant, il indique que les températures ne devraient pas atteindre les températures extrêmes record de plus de 40 degrés Celsius observées en juillet.

« Mais c’est bien au-dessus de la moyenne. Températures en France cette semaine, bien au-dessus de la moyenne. En Suisse, de nombreuses régions de la Suisse bien au-dessus de la moyenne. Et comme je l’ai dit, poursuivant la tendance observée en juillet, l’Espagne a connu le mois le plus chaud de son histoire en juillet. Donc pas seulement le mois de juillet le plus chaud, mais le mois le plus chaud jamais enregistré. »

Nullis dit que l’Europe et d’autres parties du monde devront s’habituer et s’adapter au type de vagues de chaleur que le secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas, appelle « la nouvelle normalité ».

Alors que l’Europe subissait une chaleur extrême en juillet, l’OMM rapporte que la banquise de l’Antarctique a atteint son niveau le plus bas jamais enregistré en juillet. Cela fait suite à un niveau record de glace de mer en juin. Alors que l’Europe a connu beaucoup de chaleur en juillet, Nullis souligne que de grandes parties de l’Antarctique l’ont également fait.

READ  La loi sur la concurrence et l'innovation pourrait améliorer le classement mondial des États-Unis.

« Il est important de noter qu’il existe une grande variabilité mensuelle et annuelle en Antarctique. Donc, le fait qu’il ait été le plus bas jamais enregistré en juin et juillet ne signifie pas nécessairement qu’il s’agit d’une tendance irréversible à long terme. »

L’OMM rapporte que la sécheresse prolongée dans certaines parties de l’Europe se poursuivra également. Il avertit que des précipitations inférieures à la normale dans de nombreuses régions d’Europe provoqueront ou aggraveront les conditions de sécheresse et déclencheront probablement davantage d’incendies de forêt.