L’escroc, dont l’histoire a été adaptée dans un film de Martin Scorsese, fait équipe avec la société de formation marchande RagingBull.

Pour Lefigaro.fr

Jordan Belfort a été condamné en 1990 à 22 mois de prison.
Jordan Belfort a été condamné en 1990 à 22 mois de prison. ROBIN VAN LONKHUIJSEN / ANP / AFP

Le “Loup de Wall Street” parle à nouveau de lui. Jordan Belfort, qui a inspiré le film de Martin Scorsese, fournira des conseils commerciaux.

Un qui a purgé 22 ans de prison pour détournement de fonds et blanchiment d’argent s’associe à la société de formation des marchands RagingBull, rapport Échos. L’ancien trader américain donnera «Cours de mentalité de loup» (leçons pour devenir un loup) qui, pour autant, ne relèveront pas de conseils spécifiques puisqu’il n’est pas licencié en tant que conseiller financier ou courtier, précise le journal économique. “Nous pensons qu’il serait avantageux pour les recrues d’apprendre de leurs expériences pour devenir des commerçants plus performants à long terme.”Le PDG de RagingBull, Jeff Bishop, a déclaré dans un communiqué cité par la BBC. La société américaine s’adresse aux investisseurs amateurs.

110 millions de dollars à rembourser

Condamné en 1990 après avoir escroqué plus de 1 500 personnes, Jordan Belfort n’est jamais complètement revenu à l’anonymat. Il multiplie les conférences dont le prix est passé de 50 000 $ à 150 000 $ après la publication du Le loup de Wall Street. Il a également publié plusieurs livres et possède une marque de vodka.

Ses activités très rentables – son revenu annuel était estimé à 1,8 million de dollars en 2014 – lui permettent de rembourser ses victimes, dont les dommages totaux s’élèvent à 200 millions de dollars. Forcé par les tribunaux de les indemniser à hauteur de 110 millions de dollars, Jordan Belfort a été accusé en 2014 par les procureurs fédéraux de ne pas avoir respecté l’accord de remboursement, qui indiquait que 50% de ses revenus seraient utilisés pour les indemniser. les investisseurs lésés. En 2013, seulement 243 000 $ ont été remboursés. Depuis, il a assuré que l’argent de ses livres irait à ses victimes.

READ  L'association des consommateurs CCLV lance une action collective en France