Jonas Vingaard a bouleversé le Tour de France mercredi avec une attaque musclée dans la brutale montée finale qui lui a valu la 11e étape de la course et arraché le maillot jaune de leader à Tadej Pogacar.

Lors des ascensions de la veille du Col du Télégraphe et du Col du Galibier, Pogacar et Vingaard ont échangé des attaques, ni l’un ni l’autre n’échappant longtemps. Et au pied de la montée finale du Col du Granon, presque tous les coureurs phares étaient réunis. Dans une course prudente, certains auraient pu espérer qu’il n’y aurait pas de changement majeur au classement général en fin de journée.

Mais cette théorie n’a pas pris en compte la difficulté du Granon, une ascension exténuante à près de 8 000 pieds au-dessus du niveau de la mer qui n’avait été courue qu’une seule fois sur le Tour auparavant, en 1986. En termes simples, Vingaard a prospéré contrairement à Pogacar.

Avec environ trois milles à parcourir, Vingaard a lancé une attaque féroce. Et Pogacar, qui contrôlait la course depuis son début le 1er juillet, n’a étonnamment pas répondu, ou n’a pas pu. Vingegaard a rattrapé quelques coureurs qui étaient sur la route, a remonté le Granon seul et a terminé seul au sommet de la montagne avec un style impressionnant.

Un spectacle encore plus improbable s’est déroulé derrière lui sur la montagne : Pogacar souffrait clairement. Il a semblé s’effondrer dans les derniers milles, reculant pour terminer septième de la journée, à 2 minutes 51 secondes du vainqueur. Cela a donné à Vingaard la tête du classement général par 2:16 sur le Français Romain Bardet, qui a connu une bonne journée. Pogacar est tombé au troisième rang, maintenant à 2:22 derrière.

READ  Premier League: Patrick Bamford (Leeds) estime que le VAR "ruine le football"

Vingeard, 25 ans, du Danemark, a fait irruption sur la scène du Tour de l’année dernière, lorsqu’il a terminé deuxième à l’arrivée de l’événement à Paris, à cinq minutes du favori Pogacar. Cependant, à l’approche de la course de cette année, il a été négligé en tant que champion potentiel derrière les Slovènes Pogacar et Primoz Roglic. Mais alors que Roglic s’est estompé au cours des 10 premiers jours, les efforts soutenus de Vingaard ont fait de lui le challenger incontesté de Pogacar.

Pogacar, double champion en titre du Tour de France, a encore le temps de revendiquer un triplé. L’étape alpine du jeudi s’achève sur les courbes caractéristiques de l’Alpe d’Huez le 14 juillet. Et la semaine prochaine, il y aura des étapes difficiles dans les Pyrénées, ainsi qu’un contre-la-montre le 23 juillet, la veille de la fin de la course à Paris. Mais Vingaard a sûrement pris l’avantage, en même temps que le maillot jaune.

« C’est vraiment incroyable », Vingaard dit après l’étape. « J’ai du mal à mettre des mots. C’est ce dont j’ai rêvé. »

De ses nombreuses attaques, il a déclaré: «Nous voulions que ce soit une course super difficile. Nous pensions que c’était en ma faveur. »

Sur Pogacar, il a ajouté: «Sur le Galibier au sommet, c’était vraiment fort et a renversé tout le monde, et je ne savais pas trop s’il était plein ou non. Et puis dans la dernière ascension, je me suis dit : ‘Si je n’essaie pas, je ne vais pas gagner.’ »

Pogacar, qui roule pour UAE Team Emirates, a serré la main de Vingaard après la course avec un sourire. Mais il a dû être humilié par sa propre performance et se demander comment il pourrait rattraper Vingaard dans les jours à venir. De plus, il a perdu deux de ses sept coéquipiers après avoir été testés positifs au Covid pendant la course, le laissant sans défense en haute montagne.

READ  Hockey sur glace : Luc Tardif de France élu président de l'IIHF | Sports Le football allemand et les principales actualités sportives internationales | DW

« Tactiquement, ils ont fait du très bon travail », a déclaré Pogacar à propos de l’équipe Jumbo Visma de Vingaard. « Dans la dernière montée, c’était difficile. Mais on verra demain. Je veux me venger. Le Tour n’est pas terminé. »