Même avant que la pandémie ne frappe, notre taux de croissance de la productivité était pitoyable. Il doit être considérablement amélioré. Cependant, nous ne voyons aucune compréhension dans le numéro 10 de l’importance de cet objectif, ni aucune vision de la façon dont il pourrait être atteint.

L’angle mort sur la nécessité de la rigueur budgétaire ne s’explique pas facilement par les facteurs politiques habituels. Non pas qu’un énorme gaspillage de dépenses publiques soit nécessaire pour stimuler la demande globale et créer suffisamment d’emplois pour maintenir le chômage à un niveau bas. La reprise post-covid va le faire d’elle-même, à condition que le gouvernement lui en donne l’opportunité.

Une crise des finances publiques est loin d’être inévitable. Comme je l’ai déjà dit, le ratio actuel de la dette publique au PIB est peut-être élevé, mais il est loin d’être sans précédent. Tant qu’il se stabilise rapidement et qu’il existe une possibilité de baisse dans le temps, les marchés financiers ne seront pas indûment bouleversés. Ce qu’il faut, c’est une politique de modération raisonnable des dépenses publiques, même lorsque la forte reprise économique permet d’injecter des recettes fiscales dans le trésor public, afin de réduire drastiquement le déficit.

Mais le plus important est une croissance économique soutenue. Le gouvernement a besoin d’une politique de l’offre basée sur une réforme fiscale, des réductions d’impôts, la déréglementation et des investissements publics judicieux pour revitaliser les performances économiques.

Il ne s’agit pas d’une politique d’économie de chemise, mais pour éviter le risque de voir cette stratégie dérailler par une crise financière impliquant une inflation plus élevée et des taux d’intérêt plus élevés, une certaine maîtrise de soi dans les dépenses publiques est nécessaire. Le premier ministre en est-il capable ?

READ  Le Sénat accorde la première dérogation au veto de la présidence Trump sur la NDAA

Roger Bootle est président de Capital Economics