Jane Birkin : Fabriquée en Angleterre, forgée en France

Au-delà de son succès en tant que chanteuse – pas un succès au box-office, mais elle a attiré une base de fans fidèles à travers le monde – Birkin a poursuivi une carrière florissante en tant qu’actrice, dégageant une ambiance similaire à l’écran à celle elle avait sur la musique : une beauté naturelle et sans fioritures ; un comportement apparemment indifférent, camouflant un noyau mélancolique.

En 1969, année de la sortie de « Slogan », Birkin tient un second rôle dans le thriller torride devenu culte de Jacques Deray, « La Piscine », face à Alain Delon et Romy Schneider. Avec « La Piscine » et des comédies populaires comme « La Moutarde Me Monte au Nez ! (1974) et “La Course à l’Échalote” (1975), elle aurait pu continuer à puiser dans son charme gamine et son accent mignon pour une carrière d’actrice confortable quoique prévisible. Mais à la manière typique de Birkin, elle a opéré un brusque changement de style en jouant dans les débuts provocateurs de Gainsbourg. “Je t’aime moi non plus” (1976), dans lequel elle incarne une serveuse androgyne qui entretient une relation assez compliquée avec un homosexuel joué par Andy Warhol et Joe Dallesandro, habitué de Paul Morrissey.

Pendant une grande partie des années 1970 et au début des années 1980, Birkin a alterné entre faire des disques de Gainsbourg et apparaître dans des films grand public, dont “Mort sur le Nil” (1978), qui présentait le genre de buffet international de stars que les films à succès de l’époque dévoraient. : Ses co-stars comprenaient Peter Ustinov, Bette Davis, David Niven, Mia Farrow et Angela Lansbury.

READ  Louis de Cambridge, mignon, dévoile sa voix pour la première fois!

Jetant une autre tournure dans sa carrière, c’est qu’après Gainsbourg, Birkin était en couple avec le cinéaste pur et dur Jacques Doillon. En 1984, il a joué dans son film brutalement intense et fiévreux « La Pirate » comme Alma, qui est déchirée entre son mari (joué par le propre frère de Birkin, Andrew) et une femme (Maruschka Detmers). Elle se sentait comme une nouvelle Jane Birkin, habitant son physique d’une manière presque dangereusement tumultueuse, et cela lui a valu la première des trois nominations aux César.

L’année suivante, il joue dans une pièce de Marivaux mise en scène par l’influent Patrice Chéreau dans son théâtre de Nanterre. Malgré son agitation, sa performance est un succès et Birkin continue à apparaître sur scène, alternant, comme à son habitude, entre le repas du boulevard et Euripide.