Madame la présidente,

Je tiens à remercier M. Wennesland et Mme Hary pour leurs exposés.

La France est préoccupée par la poursuite des mesures unilatérales. La France condamne la décision des autorités israéliennes d’autoriser l’installation de colons à Homesh, dans le nord de la Cisjordanie occupée. Cette décision, comme toute annonce d’expansion ou de création de colonies, va à l’encontre du droit international. Elle contrevient également aux engagements pris par Israël lors des réunions d’Aqaba et de Charm el-Cheikh. La France appelle le gouvernement israélien à revenir sur cette décision. La France ne reconnaîtra jamais l’annexion illégale de territoires, ni la légalisation d’avant-postes non autorisés.

La France exprime également sa préoccupation concernant la deuxième visite du ministre israélien de la Sécurité nationale au Haram al-Sharif/Mont du Temple le 21 mai. C’est une provocation. La France rappelle la nécessité de préserver le statu quo historique des Lieux Saints à Jérusalem et souligne l’importance du rôle spécifique de la Jordanie à cet égard.

Ces mesures unilatérales attisent les tensions sur le terrain. La France se félicite du cessez-le-feu entré en vigueur le 13 mai au soir grâce aux efforts de médiation de l’Égypte, avec le soutien des Nations unies et du Qatar. Nous appelons à une ouverture durable de l’accès à Gaza et à la levée du blocus, accompagnée de garanties de sécurité crédibles pour Israël. La France continuera également à condamner toute attaque contre Israël et réitère son attachement indéfectible à la sécurité d’Israël. Toute perte de vie civile est inacceptable.

Cette récente escalade a considérablement aggravé les souffrances des civils. Dans les territoires occupés, la situation reste précaire. Les agences, fonds et programmes des Nations Unies n’ont plus les moyens financiers de fonctionner normalement. D’ici août, le Programme alimentaire mondial sera contraint de suspendre une partie de ses opérations en Cisjordanie et à Gaza s’il ne reçoit pas de fonds. De plus, l’UNRWA a besoin de ressources supplémentaires pour cet été afin de poursuivre ses opérations.

Ce Conseil a la responsabilité de défendre la solution des deux États et de veiller à la mise en œuvre des résolutions qu’il a adoptées. La France salue les efforts des Etats-Unis, de l’Egypte et de la Jordanie pour permettre aux parties de renouer le dialogue. Nous exhortons les parties à honorer leurs engagements, notamment en ce qui concerne les colonies, mais aussi en ce qui concerne le respect des prérogatives sécuritaires de l’Autorité palestinienne en zone A.

Comme l’ont rappelé les ministres des Affaires étrangères de la France, de l’Allemagne, de l’Égypte et de la Jordanie lors de la 7e réunion du groupe Amman/Munich le 11 mai, il est essentiel de relancer un processus politique crédible menant à une paix globale, juste et durable entre Israéliens et Palestiniens. La France est prête à contribuer à ces efforts avec ses partenaires. L’ONU, et en particulier le Coordonnateur spécial, ont un rôle important à jouer.

Merci.