PARIS / JERUSALEM (Reuters) – Israël prend au sérieux les allégations selon lesquelles un logiciel espion développé par une société israélienne a été utilisé contre des personnalités publiques, dont le président français Emmanuel Macron, a déclaré le ministre israélien de la Défense à son homologue français lors d’une visite à Paris mercredi.

Le chef de la défense israélienne Benny Gantz a rencontré la ministre française de la Défense Florence Parly en partie pour partager les premières conclusions d’une évaluation du gouvernement israélien des exportations vers la France par le groupe NSO, qui vend le logiciel espion Pegasus.

Un porte-parole du gouvernement français a déclaré que Parly « saisirait l’occasion » pour demander à Gantz ce que son gouvernement sait des activités de l’ONS, qui sont devenues une responsabilité diplomatique pour Israël.

À la demande de Parly, Gantz « a commenté la question de l’OSN et lui a dit qu’Israël prenait les allégations au sérieux », a indiqué un communiqué de son bureau.

« Israël n’accorde de cyber-licences qu’aux États-nations et ne doit être utilisée que pour les besoins de lutte contre le terrorisme et la criminalité », indique le communiqué.

Une enquête publiée par 17 organisations médiatiques, dirigée par le groupe journalistique à but non lucratif basé à Paris Forbidden Stories, a indiqué que des logiciels espions avaient été utilisés dans des tentatives et réussies d’attaques de smartphones appartenant à des journalistes, des responsables gouvernementaux et des militants des droits humains.

Le téléphone de Macron figurait sur une liste de cibles de surveillance possibles par le Maroc, qui utilisait le logiciel Pegasus, a rapporté le journal français Le Monde. Macron a demandé une enquête.

READ  L'international français Clément Lenglet veut rester au Camp Nou

Israël a créé une équipe interministérielle de haut niveau pour enquêter sur les allégations de logiciels espions.

Gantz a déclaré à Parly que « des représentants qui étudient la question sont arrivés à l’ONS aujourd’hui et qu’Israël étudie la question avec le plus grand sérieux ».

NSO a déclaré que le rapport Pegasus était « plein d’hypothèses erronées et de théories non fondées ». Pegasus est conçu pour être utilisé uniquement par les agences gouvernementales de renseignement et d’application de la loi pour lutter contre le terrorisme et la criminalité, a déclaré la société.

NSO dit qu’il ne connaît pas les identités spécifiques des personnes contre lesquelles les clients utilisent Pegasus, mais que s’il reçoit des plaintes, il peut acquérir les listes de cibles et fermer unilatéralement le logiciel pour tous les clients qui en ont abusé.

Un responsable israélien a déclaré que le ministère de la Défense soutiendrait de telles actions de l’ONS si l’acte répréhensible était découvert.

(Reportage de Dominique Vidalon à Paris, Dan Williams à Jérusalem et Rami Ayyub à Tel Aviv ; édité par Christian Lowe, Timothy Heritage et Nick Macfie)