Nous, les gouvernements de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni, négocions intensivement avec l’Iran, de bonne foi, depuis avril 2021 pour rétablir le JCPoA, avec d’autres participants au JCPoA, ainsi qu’avec les États-Unis. Un accord viable est sur la table depuis mars 2022, qui ramènerait l’Iran à ses engagements JCPoA et les États-Unis à l’accord. Nous regrettons que l’Iran n’ait pas saisi l’opportunité diplomatique de conclure l’accord. Nous vous exhortons à le faire maintenant. Nous sommes prêts à conclure l’affaire.

Malgré cela, l’Iran installe maintenant des centrifugeuses avancées supplémentaires et a confirmé à l’AIEA sa décision de mettre fin à toutes les mesures de transparence liées au JCPOA. Cela compromet la capacité de l’AIEA à rétablir la continuité des connaissances sur les éléments clés du programme nucléaire iranien, y compris la production de centrifugeuses.

Nous condamnons ces mesures et le fait que l’Iran réponde aux préoccupations exprimées par le Conseil des gouverneurs de l’AIEA, dans une résolution adoptée avec un soutien écrasant, en annonçant des mesures visant à réduire davantage la coopération avec l’AIEA. Ces actions ne font qu’aggraver la situation et compliquent nos efforts pour rétablir la pleine mise en œuvre du JCPoA. Ils ont également jeté un doute supplémentaire sur l’engagement de l’Iran en faveur d’un résultat positif. Nous exhortons l’Iran à reprendre la mise en œuvre du Protocole additionnel et de toutes les mesures de surveillance et de vérification liées au JCPOA, à cesser son escalade nucléaire et à finaliser de toute urgence l’accord actuellement sur la table pour rétablir le JCPOA, tant que cela est encore possible.

READ  France étend la limite de l'avortement après un an de tractations parlementaires | La France