(Zoug, Suisse) – Tel que rapporté mardi par ski de compétition, la controverse sur les droits de diffusion internationaux des événements de la Coupe du monde FIS se poursuit alors que le président de la FIS, Johan Eliasch, cherche à restructurer les droits sous le contrôle de la FIS. La proposition d’Eliasch se concentre sur la centralisation de tous les droits de diffusion et de médias sous l’égide de la FIS, permettant à la FIS de négocier des accords directement avec les fédérations nationales de ski de chaque pays. Essentiellement, le modèle d’Eliasch éliminerait le besoin d’un courtier extérieur, le rôle actuellement rempli par Infront Sports and Media.

Afin de comprendre tous les aspects de la controverse, ski de compétition a contacté Infront plus tôt cette semaine et a soumis une série de questions pour commentaires. Le vice-président de la communication stratégique d’Infront, Jörg Polzer, a répondu ci-dessous :

Ce qui suit représente le point de vue d’Infront Sports and Media. SRM continuera de faire part de ses opinions et de celles des autres parties intéressées au fur et à mesure qu’elles seront disponibles dans le registre.

Ski de compétition : Le président de la FIS, Johan Eliasch, travaille à l’élaboration de « l’accord Concorde » qui transférerait les droits de diffusion internationaux à la FIS. Selon vous, quels sont les principaux inconvénients de ce modèle ?

Polzer : En tant que partenaire de longue date de la FIS et des Associations Nationales de Ski (NAS), contribuant au développement du ski professionnel et générant également un revenu énorme et fiable pour les associations depuis des décennies, nous avons certainement été très surpris d’entendre cette proposition.

READ  Réveil paralympique : les disqualifications se traduisent par une médaille de bronze choc pour les nageurs canadiens

L’approche précipitée et non coordonnée de la nouvelle direction de la FIS entraîne d’énormes incertitudes quant à l’avenir et plus particulièrement à la planification de la prochaine saison de Coupe du monde FIS.

Le manque de coordination avec tous les acteurs impliqués, ainsi que l’apparente méconnaissance des statuts existants, ainsi que les contrats valides et à long terme entre Infront (et autres intermédiaires) et les Fédérations Nationales de Ski (droits sur) d’une part d’autre part, et les accords de licence avec des entreprises de médias à l’échelle mondiale (directement), sont les plus gros problèmes. En plus de cela, à notre connaissance, FIS n’a jusqu’à présent pas réussi à définir un modèle d’entreprise et un plan appropriés pour son approche marketing centralisée.

À notre avis, la mise en place du modèle de centralisation proposé représenterait une expropriation de facto des Fédérations Nationales de Ski. Cela conduirait également à une pléthore de procès et de poursuites sur de nombreuses années, avec d’énormes coûts supplémentaires et des incertitudes. Pour les fans, cela pourrait conduire à une situation où ils ne peuvent pas accéder à la couverture de la Coupe du monde FIS aussi confortablement et aussi largement qu’aujourd’hui.

Nous avons communiqué toutes nos préoccupations aux responsables avec un besoin concret d’action pour éviter le chaos et les dommages au ski professionnel.

ski de compétition : Est-il exact qu’Infront détient les droits de diffusion internationale des événements FIS jusqu’à la saison 2025 ?

Polzer : Infront a des contrats à long terme et exclusifs avec la plupart des ANS qui organisent les Coupes du monde FIS pour leurs droits de diffusion. Ils durent généralement pendant les saisons 2025/26, dans certains cas même jusqu’à la saison 2030/31, et sont vendus sous forme de forfait aux diffuseurs ou à d’autres sociétés de médias. La plupart des droits médias sont déjà cédés pour exploitation dans le cadre d’accords de licence pluriannuels.

READ  Ronaldo répond à Neymar

Ce modèle réussi est en place depuis plus de 20 ans (sur la base des statuts FIS existants). La valeur des droits commerciaux de la Coupe du monde FIS a considérablement augmenté. Pour les ANE, ces contrats contribuent de manière significative à leur sécurité de planification à long terme respective et revêtent donc une importance existentielle pour eux.

Fin 2021, le président Eliasch a informé Infront de manière inattendue que, selon le point de vue de la nouvelle direction du FIS, nous ne sommes soudainement plus les titulaires légitimes des droits et, par conséquent, nous ne pouvons pas vendre les droits respectifs. Cette lettre a également été adressée directement à certains de nos partenaires contractuels, c’est-à-dire les titulaires de droits médias existants, et y a causé beaucoup d’irritation.

Comme le FIS n’était pas disposé à engager un dialogue constructif sur cette question, nous avons été contraints d’engager sans délai des poursuites judiciaires pour sauvegarder notre position.

ski de compétition : Si oui, Infront pense-t-il que FIS est en rupture de contrat ?

Polzer : Nous pensons qu’Infront a des contrats valides en place avec ses partenaires, à la fois les ANS et les détenteurs de droits médias. Nous continuerons à faire tout notre possible pour préserver notre position contractuelle et juridique. Cependant, nous sommes certainement prêts à nous engager à tout moment dans un dialogue axé sur les solutions.

ski de compétition : Quelles discussions avez-vous eues avec les instances dirigeantes nationales ?

Polzer : Nous effectuons la communication habituelle nécessaire pour livrer une saison réussie et professionnelle, y compris les rapports pour la saison 2021/22 et toutes les préparations nécessaires pour la prochaine saison d’hiver. De plus, les nouvelles circonstances nous ont obligés à avoir de nombreuses discussions supplémentaires avec la NSA expliquant et soulignant les obligations légales et contractuelles existantes. La communication et la coopération avec la NSA sont excellentes. Ceci s’applique également à tout le personnel FIS au niveau opérationnel, en particulier avec les Directeurs de Course FIS des différentes disciplines.

READ  Transférer les actualités EN DIRECT: Aubameyang brise le silence d'Arsenal, Coutinho "ouvert" à bouger, plus récent Raphinha

Ski Racing surveille cette histoire et continuera de fournir des mises à jour au fur et à mesure que les détails émergeront.