Seidou Mbombo Njoya n’est plus président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot)

Le président de la FIFA, Gianni Infantino, a appelé les responsables de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) à respecter une décision du Tribunal arbitral du sport (TAS) annulant les élections tenues en 2018.

Le 15 janvier, le tribunal basé en Suisse a annulé les sondages, dans lesquels Seidou Mbombo Njoya a voté en tant que président de la Fecafoot, après que plusieurs fan clubs dirigés par l’Olympique Meiganga aient contesté la procédure qui, selon eux, était erronée. .

La décision, qui a coïncidé avec le début du Championnat d’Afrique des Nations 2020 (CHAN), au lieu d’imposer un nouveau comité de normalisation pour diriger la fédération a recommandé que la direction actuelle se prépare à de nouvelles élections.

L’organisation sera dirigée par le secrétaire général Benjamin Banlock, dont le rôle deviendra secrétaire général par intérim, et Njoya devra s’éloigner du processus.

“La TAS a pris la décision d’annuler les élections en même temps que la direction actuelle doit prendre les dispositions nécessaires pour organiser de nouvelles élections”, a expliqué Infantino à la Radio Televisión camerounaise.

«Il est important maintenant que tout le monde reste calme et que nous laissions le temps à la fédération d’apporter les modifications nécessaires.

“La FIFA sera impliquée dans le suivi de ce processus de près pour garantir la tenue de nouvelles élections et la mise en place d’une nouvelle structure de gouvernance pour diriger la fédération de football au Cameroun.”

“Un pays important comme le Cameroun devrait être un exemple non seulement pour l’Afrique mais pour le monde, car en matière de football, le Cameroun est une puissance mondiale.”

La secrétaire générale de la FIFA, Fatma Samoura, dans un courriel adressé à la Fecafoot le 16 janvier, que BBC Sport Africa a lu, a souligné que l’équipe actuelle d’officiels de la fédération restera en place.

Samoura a expliqué qu ‘”ils assureront la continuité des activités, en plus de conclure dans un délai limité l’adoption de nouveaux statuts qui ouvriront la voie à de nouvelles élections”.

Comme Infantino, il a souligné que la période de transition sera examinée de près par l’instance dirigeante mondiale du football.

C’est la deuxième fois ces dernières années que les élections dans la fédération camerounaise de football sont déclarées invalides.

En 2017, la FIFA a dû créer une autre commission de normalisation après que la chambre d’arbitrage du Comité National Olympique et Sportif du Cameroun a annulé les élections qui avaient vu Tombi Aroko Sidiki voter à la présidence de la Fecafoot.

READ  Ronaldo, une bénédiction pour le PSG!