Ce sont des images terrifiantes qui arrivent à un moment tragique: la mort, dans la nuit du jeudi 19 novembre, d’un homme noir battu à mort par des agents de sécurité dans un magasin du groupe Carrefour à Porto Alegre, la veille. du même jour symbolique de la conscience noire, émue et se rebelle une grande partie du Brésil.

Dans la vidéo, filmée par un témoinJoao Alberto Silveira Freitas, 40 ans, peut être vu jeté au sol et battu à mort par deux agents de sécurité blancs à l’entrée du magasin. On peut aussi entendre l’impact des coups de poing au visage et les cris d’angoisse d’un homme en train de mourir. Sur le sol orange, éclairé par des néons, on aperçoit des gouttes de sang.

Selon la police, la victime, décédée sur place, est morte par suffocation, alors que les agents tentaient de l’immobiliser. Les deux suspects, âgés de 24 et 30 ans, salariés de la société Vector, embauchés par Carrefour, ont été arrêtés et incarcérés. L’un d’eux, un policier militaire, travaillait à la sécurité du magasin après les heures de bureau.

“Pour moi, c’est un acte de racisme”

La cause exacte de la tragédie n’a pas encore été établie. Le 19 novembre, Silveira Freitas est allée faire du shopping au Carrefour du quartier de Passo D’Areia, au nord de Porto Alegre, avec sa femme. La police affirme qu’une altercation s’est produite entre la victime et un employé du supermarché. Mais pour la famille du défunt, la nature du crime ne fait aucun doute. “Pour moi, c’est un acte de racisme”, a commenté le père de la victime, faisant référence à une agression motivée par “Haine, fureur.”

READ  Covid-19 a tué un million de personnes dans le monde
Article réservé à nos abonnés Lire aussi Au Brésil, une erreur policière met en lumière le racisme policier

Le drame a suscité l’indignation. Et pour cause: elle s’est déroulée au milieu du champ municipal, mais surtout à la veille du Black Awareness Day, célébrant la mémoire de Zumbi, esclave insurgé et héros des Afro-Brésiliens, décédé le 20 novembre 1695.

Un employé du groupe Carrefour tente d'éteindre un incendie provoqué par des manifestants qui ont pris d'assaut ce supermarché de Sao Paulo, au Brésil.

Dans ce contexte, la colère est grande contre le géant français des hypermarchés Carrefour, accusé de racisme. La chaîne compte plus de 700 points de vente au Brésil et emploie 90 000 salariés. Les manifestations ont eu lieu vendredi devant l’entrée de plusieurs magasins du pays. A Sao Paulo, des manifestants ont brisé des fenêtres et envahi l’une des affiches du groupe, avant de tenter de l’incendier en criant ” Carrefour raciste! »

Carrefour sous le feu des critiques

Vous avez 52,23% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.