Un homme dans la cinquantaine a été arrêté dans le cadre d’un incendie qui a causé la destruction d’un étage entier et l’effondrement du toit du parlement sud-africain à Cape Town.

L’homme a été arrêté au Parlement et l’affaire a été confiée à une unité de police d’élite appelée Hawks, a déclaré la ministre des Travaux publics et des Infrastructures, Patricia De Lille.

Des flammes ont pu être vues et un panache de fumée s’est élevé dans le ciel tôt dimanche matin, à partir de 5h30, heure locale (3h30 au Royaume-Uni).

L’incendie a commencé dans les bureaux du troisième étage et s’est propagé à la salle de l’Assemblée nationale, a déclaré le porte-parole des services d’incendie locaux, Jermaine Carelse, ajoutant que personne n’avait été blessé.

Certaines parties du complexe, dont certaines datent de 1884, craignent de s’effondrer à cause de la chaleur.

Le président Cyril Ramaphosa a déclaré qu’il s’agissait d’une « nouvelle dévastatrice » mais que les travaux du Parlement se poursuivraient.

S’adressant aux journalistes, il a déclaré : « Je pense que quelqu’un est actuellement détenu et interrogé ».

Il a ajouté: « Il semble que le système de gicleurs n’ait pas fonctionné comme il était censé le faire, mais leur apparition (des pompiers) et leur arrivée ici ont sauvé un atout national très important de notre gouvernement. »

Une soixantaine de pompiers sont sur place pour faire face à l’incendie.

Mme De Lille a ajouté que quelqu’un avait fermé l’une des vannes du système d’arrosage, il n’y avait donc pas d’eau pour l’activer.

« Nous ne pouvons pas vous dire exactement où l’incendie a commencé », a-t-il déclaré, ajoutant que c’était un « jour très triste pour notre démocratie ».

READ  Le Dr ADAM RUTHERFORD dit que le diagramme de changement entre le singe et l'homme est « si faux »

Utilisez le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

« Un jour très triste pour notre démocratie »

Jean-Pierre Smith, membre du comité du maire du Cap chargé de la sécurité, a déclaré que le toit de l’ancien bâtiment s’était effondré et que le troisième étage avait été détruit, y compris les bureaux et la salle de sport.

Il a également déclaré aux journalistes que l’alarme incendie du parlement s’était déclenchée alors que les pompiers étaient déjà sur les lieux.

Le président Ramaphosa et de nombreux hommes politiques de haut rang d’Afrique du Sud étaient au Cap pour le service funèbre de l’archevêque Desmond Tutu, qui a eu lieu samedi à la cathédrale Saint-Georges de la ville, à un pâté de maisons du parlement.