Hong Kong a été classée l’économie la plus libre du monde pour la 26e année consécutive malgré les inquiétudes croissantes concernant le contrôle et la répression de la Chine.

Les derniers classements publié par l’Institut Fraser basé au Canada, une organisation indépendante de recherche et d’éducation sur les politiques publiques, classe Hong Kong comme la première destination au monde pour la liberté économique et la facilité de faire des affaires.

L’indice mesure le « degré auquel les politiques et les institutions des pays soutiennent la liberté économique », ont déclaré les éditeurs dans un communiqué.

Elle a utilisé 42 points de données pour évaluer quels pays offraient le plus de liberté aux entreprises en termes de réglementations, d’institutions établies, d’opportunités d’investissement et de cadre juridique.

« Les pierres angulaires de la liberté économique sont le choix personnel, l’échange volontaire, la liberté d’entrer sur les marchés et de concourir, et la sécurité de la personne et de la propriété privée », a-t-il déclaré.

Il a également pris en compte la représentation des sexes et mesuré la « mesure dans laquelle les femmes ont le même niveau de liberté économique que les hommes ».

Un porte-parole du gouvernement a salué le classement et a déclaré que la ville avait fait des efforts pour améliorer son environnement des affaires, selon Porcelaine du quotidien.

“El gobierno de la RAEHK (Región Administrativa Especial de Hong Kong de la República Popular China) continuará consolidando estas fortalezas y brindará un entorno propicio para que las empresas prosperen y fortalezcan su competitividad, lo que permitirá que la economía prospere”, dijo el portavoz non identifié. .

READ  De nouvelles sanctions américaines visent les oligarques russes pro-Poutine

Alors que Hong Kong a longtemps été un centre financier en Asie et à l’international, ces dernières années ont vu un contrôle chinois croissant avec des mesures de répression contre les médias et la liberté d’expression en général, en particulier après la controversée loi sur la sécurité nationale.

Le rapport montre les pays avec la plus grande facilité à faire des affaires

(Capture d’écran/Institut Fraser)

De nombreux défenseurs de la liberté d’expression ont été confrontés à la répression gouvernementale, notamment journal de pomme le fondateur Jimmy Lai, qui purge une peine de prison pour avoir « faussement représenté » la sous-location de seulement 1 % des bureaux du siège social de sa société de médias.

Les militants ont déclaré que ces accusations visaient à faire taire les voix critiques et ont soulevé des inquiétudes quant à la détérioration de la situation des droits de l’homme sous le contrôle étroit de Pékin. Cependant, les classements ne révèlent aucun impact des troubles politiques.

Le rapport montre une baisse « impressionnante » des notes de 0,28 point à 8,59 pour 2020, contre 8,87 en 2019.

Cependant, le groupe de réflexion a déclaré dans son rapport qu’il était difficile d’évaluer l’impact de la « répression économique et politique » de la Chine ou du coronavirus sur le classement.

Pendant ce temps, la Chine s’est classée 116e sur 165, au même endroit que l’année dernière.

Les autres pays les plus performants sont la Suisse, la Nouvelle-Zélande, le Danemark, l’Australie, les États-Unis, l’Estonie, Maurice et l’Irlande.