Le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a donné l’ordre à l’armée de préparer un « plan d’évacuation » pour les civils de Rafah, principal refuge des déplacés de la guerre dans la bande de Gaza. Cette décision suscite de vives inquiétudes au sein de la communauté internationale qui redoute des conséquences catastrophiques sur une situation humanitaire déjà désastreuse et un bilan civil insupportable.

L’ONU met en garde contre une « tragédie sans fin » à Rafah en cas de lancement d’une offensive majeure par l’armée israélienne. Environ 1,3 million de Palestiniens, majoritairement des déplacés, vivent dans cette zone où règne un sentiment de panique car ils ne savent pas où ils pourraient aller en cas d’offensive.

Les forces israéliennes ont pris d’assaut l’hôpital Al-Amal à Khan Younès, au sud de la bande de Gaza, et effectuent des fouilles rendant difficile la communication avec les équipes à l’intérieur de l’établissement de santé. Cette situation inquiète énormément les organisations humanitaires présentes sur place.

Parallèlement à cela, de nouveaux tirs de roquettes ont visé le nord d’Israël, notamment en provenance du Liban, en réponse à une frappe aérienne israélienne contre un dirigeant du Hezbollah libanais. Cette escalade de violence fait craindre une escalade majeure du conflit.

Les États-Unis ont également mené de nouveaux bombardements contre les rebelles houthis au Yémen, alimentant ainsi le cycle interminable de violences dans la région.

Enfin, au Caire, des négociations sont en cours sous l’égide de l’Égypte et du Qatar, avec la participation du Hamas, dans le but d’obtenir le calme dans la bande de Gaza et de faciliter un échange de prisonniers palestiniens et d’otages. Les résultats de ces pourparlers sont attendus avec impatience par la communauté internationale.

READ  Guerre Hamas – Israël EN DIRECT : Biden annonce que lEgypte autorise lentrée à Gaza de jusquà 20 camions… - Cosmo Sonic

Cette situation explosive dans la bande de Gaza continue de préoccuper les acteurs internationaux et de susciter de vifs débats sur les mesures à prendre pour mettre fin à cette violence qui semble ne jamais avoir de fin.