La cosecrétaire générale du syndicat d’enseignants SNUipp-FSU, Guislaine David, a vivement critiqué les récentes déclarations de la ministre de l’Éducation nationale, Amélie Oudéa-Castéra. Lors d’une conférence de presse, elle a alerté sur l’état préoccupant de l’école, affirmant qu’elle était au point de rupture.

Face à cette situation, les enseignants ont décidé de passer à l’action en appelant à la grève et à manifester dans toute la France. Leur but est d’alerter le gouvernement sur les conditions de travail déplorables, les bas salaires et la dégradation de l’école publique.

Guislaine David a rappelé que les conditions de travail des enseignants se sont continuellement dégradées ces dernières années. Elle a souligné la baisse du pouvoir d’achat et la dégradation des salaires qui affectent grandement la profession.

La cosecrétaire générale a également reproché à la ministre de s’en être directement prise aux enseignants dès son arrivée au poste. Selon elle, les mesures prises par le gouvernement ne sont pas suffisantes pour répondre aux besoins des enseignants en milieu de carrière.

Guislaine David a vivement critiqué l’implication partielle d’Amélie Oudéa-Castéra, expliquant qu’elle était trop occupée par ses multiples responsabilités. Elle affirme que la ministre n’est pas reconnue par la profession en raison de ses mensonges et des conséquences de ses premières déclarations.

La cosecrétaire générale a souligné le besoin urgent d’un ministre de l’Éducation nationale à temps complet. Elle a également mentionné le manque de confiance des enseignants envers la ministre et l’écart entre son discours sur l’école et les revendications actuelles des enseignants.

Guislaine David a enfin critiqué les réponses de la ministre face aux revendications des enseignants, les jugeant autoritaires et déconnectées des besoins des élèves.

READ  Inceste et violences sexuelles sur les enfants : seulement 3 % des condamnations pour ces crimes - Cosmo Sonic

Face à cette situation critique, les enseignants continueront à se mobiliser jusqu’à ce que leurs revendications soient entendues et que des mesures concrètes soient prises pour améliorer les conditions de travail et les salaires des enseignants. Ils espèrent ainsi redonner à l’école publique française tout son prestige et sa qualité d’antan.