Le football français pleure une de ses légendes. À 73 ans, Gérard Houllier est décédé dans la nuit du dimanche au lundi. Entraîneur à succès avec le PSG, l’OL et Liverpool, Houllier a également dirigé l’équipe de France.

Il a traversé les âges du football et a enfilé presque tous ses costumes. L’histoire d’amour entre le ballon rond et Gérard Houllier, décédé ce lundi 14 décembre à l’âge de 73 ans, commence dans son Pas-de-Calais natal, à Hucqueliers, son club de jeunes. Dédié à l’étude de l’anglais, ce qui lui permettra de devenir enseignant, il a passé un an comme assistant dans une école de Liverpool et en a profité pour jouer pour une équipe locale, Alsop, et assister à son premier match à Anfield. Comme un clin d’œil à votre avenir. De retour en France, il remet les crampons à Hucqueliers puis au Touquet.

Il ne deviendra jamais footballeur professionnel, mais il y trouvera son chemin. En 1973, à l’âge de vingt-six ans, il quitte son poste d’enseignant et devient joueur-entraîneur du Touquet AC, dont il est président d’honneur depuis 2012. Cinq ans plus tard, après un séjour à Arras pour former des jeunes, il prend sa place sur le banc de l’US Noeux-les-Mines, qui mènera à la promotion en D2 en 1979 et aux tie-breaks pour la promotion (ratée) de la D1 en 1981. Sans oublier la 32e finale de la Coupe de France il bat Nantes , un habitant de D1, en 1982. Les actions ont attiré l’attention du RC Lens, un voisin de seulement dix milles, qui l’a recruté. Sa première année est un succès avec une quatrième place synonyme de la troisième qualification européenne (Coupe UEFA) de l’histoire du club.

L’entraîneur du premier titre de champion du PSG

Après encore deux saisons moyennes de plus, terminées aux treizième et septième places, il rejoint le PSG du président Francis Borelli en 1985. L’équipe est belle, Joël Bats, Luis Fernández, Safet Susic ou Dominique Rocheteau, et Houllier la porte depuis sa première saison au premier titre de champion de France de l’histoire du club. L’exercice suivant est moins réussi (septième place) et la saison 1987-88 marque la fin de son aventure parisienne: il prend du recul après sept défaites en huit matches et devient directeur sportif en octobre 1987, laissant les clés au coach. à Erik Mombaerts, avant de finir par quitter le PSG quelques mois plus tard.

READ  Ligue 1: Saint-Etienne rate le tir parfait contre Angers (0-0)

Le traumatisme de 1993

Puis il prend la direction de la Fédération française, où il devient entraîneur adjoint Michel Platini et directeur technique national. Après l’échec de “Platoche” à l’Euro 1992, Houllier lui succède et mènera l’un des pires moments de l’histoire des Bleus: deux défaites surprises à domicile contre Israël (2-3) et la Bulgarie (1-2) privée l’équipe de France à la Coupe du monde 1994 alors qu’il n’avait besoin que d’un point pour obtenir son billet. L’épisode laissera des traces. Après la défaite face à la Bulgarie, il a attaqué David Ginola, coupable à ses yeux du but décisif bulgare. L’hostilité entre les deux restera forte malgré le passage du temps. Houllier démissionne de son poste mais reste DTN, rôle qui lui permet à la fois de prendre en charge les équipes de France U18 (de 1994 à 96, titre européen en code) et U20 (de 1996 à 98). Il occupait ce poste lorsque les Blues d’Aimé Jacquet, qui lui succéderaient, sont devenus champions du monde en 1998.

Liverpool, la saison de tous les trophées

Peu après, trouver Liverpool et devenir entraîneur – d’abord en association avec Roy Evans, qui démissionna quelques mois plus tard et le laissa seul à la barre – d’un club mythique. S’il ne rend pas le titre national aux Reds, avec un deuxième meilleur résultat (et jamais pire qu’un septième), il vit une année 2001 phénoménale: victoires en FA Cup, League Cup, UEFA Cup, European Super Cup, Charity Shield, Ballon d’Or pour son attaquant Michael Owen. Mais 2001 est aussi l’année de sa dissection aortique, le 13 octobre lors d’un match contre Leeds, qui se traduit par une chirurgie vasculaire majeure. Son remplaçant, Phil Thompson, a repris l’équipe avant son retour plusieurs mois plus tard. Critiqué pour ses recrutements trop focalisés sur le championnat de France, pour la qualité du jeu proposé et pour des résultats trop irréguliers, il a connu les deux dernières saisons les plus difficiles – malgré un nouveau trophée avec la Coupe de la Ligue 2003 – et a quitté le club pour “Consentement mutuel”. en 2004.

READ  Anthony Davis donne son avis sur Harden / Irving / Durant Big 3

Après un an en tant que consultant (TPS Star), il a trouvé une banque dans son pays devenir entraîneur de l’Olympique Lyonnais à l’été 2005. Il quittera le club deux ans plus tard pour “raisons personnelles”, alors qu’il lui reste un an sur son contrat, avec deux ligues françaises en poche, la cinquième et sixième consécutive pour l’OL, et une forme de repentance: la La version Gones 2005-06 avait le potentiel de faire mieux sur la scène européenne que les quarts de finale de la Ligue des champions perdus contre l’AC Milan. De retour en tant que DTN en septembre 2007, il s’impliquera pour influencer le Conseil fédéral pour qu’il conserve Raymond Domenech au pouvoir après l’échec de l’Euro 2008. Suite au fiasco de la Coupe du monde 2010 et à Knysna, il est dans la ligne de mire de la critique. et démissionne de ses fonctions. Il revient sur le terrain et traverse à nouveau la Manche pour devenir entraîneur d’Aston Villa, dont il doit démissionner l’année suivante pour des raisons de santé après un séjour à l’hôpital qui l’a privé de la fin de saison. Pourtant, il a emmené Villa à la neuvième place de la Premier League – le club n’a jamais fait mieux depuis l’élite anglaise.

Retour à l’OL en 2016

Houllier, lui, fait définitivement partie du banc et en 2012 il devient directeur sportif des Red Bulls de New York puis “directeur mondial de la branche football” du groupe Red Bull, en charge de tous les clubs et centres de formation de la marque autrichienne . Il est également revenu à Lyon en 2016 pour devenir le «conseiller extérieur» du club, avec quelques passes médiatiques savoureuses en lice avec Bernard Lacombe, alors manager de l’OL Women’s et de l’OL Reign (le club féminin américain racheté par l’OL) en novembre 2020. Nommé Chevalier de la Légion d’honneur pour ses services au football français en 2002, mais aussi officier honoraire de l’Ordre de l’Empire britannique, il a été élu meilleur entraîneur de D2 en 1981 et de L1 en 2007. Il avait tout vécu dans le football, Ou presque. Une vie de football.

READ  Dijonnais punit l'attitude des joueurs parisiens

RMC Sport adresse ses condoléances à sa famille et à l’Olympique Lyonnais.