3.1 ECSSR in the Emirates

 

3.1.1 During the preparation of this report, we carried out significant business intelligence work, interviewing more than twenty people involved in the management of sensitive information in France and the United Arab Emirates. Almost all of our sources give the same answer to the question of who handed Chesnot and Malbrunot the internal documents and confidential accounts of the Qatar Charity Foundation. Five different and unknown sources indicated the same organization, the ECSSR Emirates Center for Strategic Studies & Research [1], based in Abu Dhabi. This means that we may not have any evidence that the documents originate from this organization, but that the reports received lead us to analyze the operations, content, partnerships and strategies of the ECSSR.

 

3.1.2 ECSSR was opened on March 14, 1994 as the organization that manages the UAE Federation Library – “one of the largest specialized libraries in the region, combining a variety of sources in multiple fields. , especially political, military, economic and social science fields. The library collects material on the United Arab Emirates and the Persian Gulf region in particular, and in addition, it looks more broadly at the Arab region and international topics. With 1,700,000 print and electronic resources, the library houses a wide selection of academic references, encyclopedias, periodicals, special-purpose documents, official reports, maps and extensive electronic databases ” [2] . In addition, ECSSR staff provide the UAE government primarily with information and analysis on “political, security, military, economic and social issues” [3] .

3.1.3 This organization has a very good reputation. The list of readers includes the Chancellor of Germany, Angela Merkel; the former president of France, Nicolas Sarkozy; former British Prime Minister Tony Blair; former President of Poland, Lech Walesa; former President of Georgia, Giorgi Margvelashvili; former UK Secretary of State for Foreign Affairs Sir Malcolm Rifkin; Google’s head of public policy programs and elite government relations, Ms. Susan Pointer; the Prime Minister of Malaysia, Mahathir Mohamad; former United States Secretary of State for Defense Leon Panetta; the former President of Finland,[4] . But at the top of the organization, there are only two people: the Director General, Prof. Jamal Sanad Al-Suwaidi [5] , and the Executive Director, Dr. Khaled Al-Suwaidi [6] .

Jamal Sanad Al-Suwaidi

3.1.4    L’influence politique de l’ECSSR sur le gouvernement des Emirats est énorme. Selon le journaliste de « The Guardian » Ian Black, Jamal Sanad Al-Suwaidi a changé sa propre opinion quant à une décision politique : puisqu’il a affirmé que la question palestinienne n’était pas d’une importance cruciale pour l’islam mondial[7], le CEDSS et les Emirats Arabes Unis autorisent la lecture des journaux et sites Web israéliens, mais interdisent tous les sites Web et journaux qataris[8]. En outre, Jamal Al-Suwaidi a été l’un des ceux qui ont soutenu la décision d’acheter une technologie militaire (pour 800 millions de dollars[9]) à une société israélienne, l’AGT International AG Zurich, détenue par l’entrepreneur juif Mati Kochavi[10]. Ce fait a été découvert et publié en Europe par Georges Malbrunot[11]. Il s’agit donc, d’une petite indication d’une éventuelle relation personnelle entre le journaliste français et le fondateur de l’ECSSR.

 Cheikh Mohamed bin Zayed Al Nahyan

3.1.5    Il existe des traces beaucoup plus profondes de l’influence de l’ECSSR dans les décisions militaires du gouvernement des EAU. En août 2017, le média américain « The Intercept » a découvert que les Emirats Arabes Unis avaient versé 20 millions de dollars à sa « branche de fabrication de défense stratégique »[12], Tawazun Holding, afin de soutenir un programme d’investissement de l’Etat pour le développement durable[13]. La même somme a été versée par Tawazun à l’ECSSR, qui a transféré les 20 millions au Middle East Institute de Washington DC.  Middle East Institute de Washington DC[14] est une association d’experts militaires américains qui a payé ces 20 millions de dollars en échange de contrats militaires cachés des industries américaines à l’Armée des EAU[15]. Cela n’est pas du tout surprenant car d’après Jamal Sanad Al Suwaidi, l’ECSSR a été construit selon la volonté de « Son Altesse le Cheikh Mohamed bin Zayed Al Nahyan, prince héritier d’Abu Dhabi et commandant suprême adjoint des forces armées des Émirats arabes unis (que Dieu le protège), qui l’ont instillé comme une approche de la décision et de la gouvernance » [16].

3.1.6    Le même Cheikh Mohamed bin Zayed Al Nahyan est le fondateur de Tawazun Holding[17] et le fondateur et PDG de sa société holding Mubadala FZ Abu Dhabi[18]. Il est aussi responsable de la stratégie agressive de politique militaire des Emirats Arabes Unis dont le point culminant était la construction d’une unité militaire spéciale, appelée R2. Composée de 800 combattants, formée par des Marines américains cette unité ne répond pas à l’armée officielle des Émirats arabes unis[19]. Selon les médias turcs, on soupçonne l’implication de Sheikh bin Zayed Al Nahyan dans le soutien aux terroristes d’Al-Qaïda, qui ont dirigé l’attaque des tours jumelles le 11 septembre 2001[20].

3.1.7    Après ce scandale, Tawazun Holding est devenu la cible de plusieurs rapports critiques. Dans son essai sur les risques de coopération avec des entités financières corrompues qui représentent des gouvernements de mauvaise réputation et dont le véritable rôle est de cacher les transactions d’armes illégales, l’expert français Augustin De Colnet mentionne Tawazun Holding comme l’un des principaux courtiers d’armes illégales dans le monde[21]. Afin de contrer le scandale, le site Internet Al Bawaba a mené une longue campagne de réahabilitation[22]. C’était le domaine principal de l’organisation originelle d’Ali, avant de s’installer à Paris et de créer le nouveau siège social du Centre d’Études du Moyen Orient (CEMO)[23].

3.1.8    Depuis ce moment, l’organisation Al Bawaba a été divisée en deux organisations locales (même si les sites Web CEMO n’ont pas encore actualisé le changement et affichent toujours un lien vers un site qui n’existe plus[24]), le Al Bawaba Egypt[25] et Al Bawaba for Jordany and Dubai[26]. Toutes les deux sont détenus par le Arab Center for Journalism Plc Cairo[27] dont l’unique propriétaire est le gouvernement des Émirats arabes unis[28]. La section Dubaï et Amman du site Web d’Al Bawaba a un actionnaire minoritaire, le SyndiGate Media Inc. Amman dont la direction est installée au Royaume-Uni : ce sont Mark Gatty Saunt et Kane Hippisley-Gatherum[29].

  Mark Gatty Saunt

3.1.9    Officiellement, M. Gatty Saunt et son épouse Mary avaient une société de relations publiques, Content Agents Ltd. Oxted, qui a été créée le 5 novembre 2012 et a été liquidée le 12 mai 2015[30]. Mark et Mary Gatty Saunt négocient sous le nom d’agents de contenu depuis 2001 et ont déménagé à Dubaï en 2003 pour devenir un des principaux gestionnaires des campagnes d’Al Bawaba[31]. Depuis 2009, Gatty Saunt a développé un système de campagnes informatiques mondiales et a transformé Al Bawaba en un moteur capable de diffuser le contenu des EAU dans des milliers de médias à travers le monde: « Le nombre de journaux arabes accordant des licences sur leur contenu est en croissance, leur permettant à accroître leur visibilité en dehors de la région (…) Al Bawaba octroie des licences, regroupe et distribue le contenu des journaux arabes et d’autres publications à travers son service SyndiGate »[32].

3.1.10 Cette stratégie a été développée et décrite dans un livre publié par l’expert mondial en espionnage (le fondateur et rédacteur en chef du « Eye Spy Intelligence Magazine » [33], produit à Leeds, New York et Burlington Ontario[34]) Mark Birdsall. Il est l’un des conférenciers et consultants de l’ECSSR et publie sous la direction de Rashed Al Shamsi, commandant adjoint des Forces aériennes des Émirats arabes unis[35] et rédacteur en chef de la série de conférences Emirate[36]. Dans son livre (publié à Abu Dhabi), Birdsall affirme que, malgré le développement d’Internet et la qualité des attaques cybernétiques, la clé de l’Intelligence reste l’examen croisé des sources humaines et des sources ouvertes car elles peuvent être utilisées afin de rediriger et canaliser les tracés, les idées, les opinions et ont un impact bien plus important que les blocs de documents très détaillés qui sont difficiles à comprendre[37]. Finalement, même si nous n’avons aucune preuve de la possibilité que l’ECSSR ait volé les documents de QCF et les ait remis à Christian Chesnot et Georges Malbrunot, l’hypothèse semble crédible : l’ECSSR est une couverture d’espionnage, de campagne et d’intrigues militaires, en faveur du gouvernement des Émirats.

READ  Une attraction vertigineuse culmine à plus de 900 mètres de haut

3.2      Mohamed Louizi

3.2.1 Un proverbe dit qu’il n’y a personne de plus radical qu’un converti. M. Louizi en est un exemple clair. Selon ses propres déclarations, il a commencé sa carrière d’activiste (alors qu’il avait 13 ans et est arrivé en Europe de son Maroc natal[38]) en tant que membre de l’UOIF (Union des Organisations Islamiques de France), une organisation qu’il considère proche des Frères musulmans[39]. Louizi a quitté l’UOIF en 2012 et est devenu l’un des principaux ennemis de cette organisation, ainsi qu’un ennemi des Frères musulmans et du Qatar, qui, à ses yeux, sont comparables à l’organisation néo-nazie allemande appelée PEGIDA[40] et devraient être interdits[41], l’un et l’autre, car ils sont à la fois le fer de lance du salafisme[42] (comme il le croit), qui est le principal opposant à une paix mondiale et le principal soutien du terrorisme à motivation religieuse[43]. Cette théorie est l’un des principaux outils utilisés par Marine Le Pen et l’extrême droite française pour justifier leur obsession d’expulser les musulmans de l’Union européenne[44].

3.2.2 Mohamed Louizi s’est présenté sur la scène du débat politique français avec son livre « Pourquoi j’ai quitté les frères musulmans : retour éclairé vers un islam apolitique »[45] qui a été le premier d’une série de publications dont l’hypothèse principale est que la France ne peut accepter que les musulmans soient politiquement actifs dans ce pays[46]. Curieusement, selon ses déclarations, il devrait être le premier, à arrêter toute activité politique dans le pays (France) qui l’accueillait en tant que jeune ingénieur et lui donnait la possibilité d’acquérir de l’expérience en tant qu’ingénieur électricien, de fonder sa propre famille et de devenir l’un des idéologues les mieux payés de la droite politique de France[47]. Outre le mythe, Louizi a commencé sa carrière politique non pas en 1991, comme il l’a dit dans son livre, mais à l’âge de 17 ans, alors qu’il entamait ses études à la Faculté des sciences et techniques de l’Université de Mohammadia (Maroc) où il obtiendra son diplôme en 1999 à l’âge de 21 ans[48].

Mohamed Louizi

3.2.3 Au cours de ces années, il était membre du mouvement Harakat al Tawhid wal Islah[49]. Il s’agit d’un parti politique légèrement antimonarchiste, créé par l’ancien Premier ministre du Maroc, Abdelilah Benkirane dont le but était de contrer la volonté du roi qui a toujours réprimé le mouvement musulman des extrémistes, car il les considérait (et il avait raison) comme une menace pour son pouvoir[50]. En 1999, il suit Benkirane dans la création d’un nouveau parti politique, le PJD (Parti Justice et Développement), qui sera initialement assez proche des Frères musulmans[51] mais qui, après quelques années de difficultés, trouvera un compromis avec le nouveau roi, Mohammed VI, qui a pris la place de son père, le roi Hassan II, en juillet 1999[52].

   Abdelilah Benkirane

3.2.4 Dans la nouvelle ère initiée par Mohammed VI, le PJD est devenu une force parlementaire établie du Royaume marocain et a coupé les relations avec les Frères musulmans[53]. PJD participera au gouvernement du pays pendant les années de changements, générés par le printemps arabe, par la découverte de la corruption de la monarchie[54], mais aussi sous la pression d’un nouveau roi avec une vision plus moderne[55]. Cela signifie que le jour où Louizi a déménagé en France (en 2002) et est devenu membre exécutif de la succursale de Lille de l’UOIF, il avait tourné le dos à la Confrérie[56] depuis près de trois ans[57]. Pas parce qu’il a décidé d’arrêter sa carrière politique, comme il l’affirme, mais exactement pour la raison inverse, parce que cela a été demandé par le chef de son mouvement[58]. En fait, au fil des années, Abdelilah Benkirane et son parti (dont Louizi) sont devenus monarchistes[59].

3.2.5 Par conséquent, les principales affirmations des livres de Louizi doivent être considérées comme purement non fiables. Il a continué, par le biais de l’UOIF, et même après avoir quitté ce mouvement, à être un activiste politique. Un détail assez sensible est qu’en 2017, l’UOIF a complètement coupé ses relations avec les Frères musulmans et a changé de nom en « Musulmans de France »[60]. De plus, MdF est aujourd’hui un membre établi de l’UOIE (Fédération des organisations islamiques d’Europe[61]) qui serait financièrement et politiquement soutenu par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis[62]. La seule source encore existante qui affirme que le Qatar finance et contrôle le MdF est Haoues Seniguer[63], fondant ses affirmations sur les « Qatar Papers » de Christian Chesnot et Georges Malbrunot[64].

Soufiane Iquioussen

3.2.6 Sans aucun doute l’une des principales sources des « Qatar Papers » est Mohamed Louizi[65]. Il a également été l’un des principaux assistants du film documentaire de Jérôme Sesquin[66], accompagnant la production des « Qatar Papers »[67]. Mohamed Louizi a également affirmé que le Qatar créait et soutenait le mouvement des « Gilets jaunes »[68] et pour cela il a déjà été condamné pour diffamation par le tribunal de Lille. Il s’agissait des mensonges qu’il a publiquement racontés à propos d’un entrepreneur local, Soufiane Iquioussen[69], qui a même été honoré pour le succès de son garage et de ses activités solidaires[70] du Prix régional « meilleur jeune manager de l’année 2016 »[71]. Pendant l’affaire, deux journaux le défendaient : « Le Figaro »[72] et « Le Point » (Ian Hamel)[73]. Si nous regardons sobrement, toutes les affirmations politiques du livre « Qatar Papers » sont fondées sur une lecture assez univoque, partielle et imprudente des documents volés de la QCF, faite par les auteurs des livres, mais surtout sur les manipulations de Mohamed Louizi et Haoues Seniguer.

Le président Emmanuel Macron (à gauche) avec son assistant personnel Rachid El-Kheng

3.2.7 Mohamed Louizi a prévenu Emmanuel Macron du fait que son parti politique avait été infiltré par les Frères musulmans[74]. Louizi est également l’homme qui affirme que Macron et le gouvernement du Qatar soutiennent financièrement le terrorisme en Syrie[75]. En raison de ces affirmations, Rachid El-Kheng, un assistant personnel du président Macron, a également poursuivi Louizi pour diffamation[76]. Dans le « European Islamophobia Report 2018 », un manuel payé avec le soutien financier de l’Union européenne, Mohamed Louizi est mentionné à plusieurs reprises comme instigateur de la haine contre l’islam[77].

Mohamed Louizi montre le Lycée de Villeneuve d’Ascq

 3.2.8 Mohamed Louizi est également l’une des principales sources du livre intitulé « Tariq Ramadan »[78] d’Ian Hamel qui fait partie de la même équipe de journalistes payés par Abdelraheem Ali[79]. En raison du contenu de ce livre, Ian Hamel fait l’objet d’une enquête pénale devant un tribunal suisse pour suspicion de contrefaçon de documents[80]. Les principales contributions de Louizi dans les deux livres sont ses ragots[81] sur le Centre islamique de Villeneuve d’Ascq et sur le lycée Averroès de Lille[82]

READ  L'ombre de la Russie plane sur la visite de Macron dans deux États baltes

3.3      Haoues Seniguer

3.3.1 Le professeur Haoues Seniguer est l’un des experts les plus réputés de l’islam dans le système universitaire français[83]. La liste de ses charges, de ses participations à des projets, séminaires et conférences, ainsi que de ses livres, est étonnante[84]. Sa position politique, depuis son dernier ouvrage de publication, semble assez claire : le problème clé, dans la relation dialectique et la controverse entre musulmans et chrétiens, est une « nouvelle » Fraternité musulmane[85], qui utilise le capitalisme pour détruire les bâtiments saints de La Mecque et tout le monde saoudien[86]. Il est un objet d’intérêt dans ce rapport car il est l’une des principales sources idéologiques des « Qatar Papers »[87].

Haoues Seniguer

3.3.2 En fait, son projet principal est TARICA qui a été créé à partir d’un blog académique plutôt pertinent[88] à Marseille. Il est administré par une association d’enseignants et de chercheurs universitaires français appelé Open Editions[89], il est parrainé par le Conseil européen de la recherche ERC et est financé avec l’argent des projets « Horizon 2020 » de l’Union européenne[90]. « Le projet TARICA vise à analyser les changements en cours en Afrique du Nord du point de vue de la diffusion, de la confrontation et de l’hybridation de différents modèles politiques, sociétaux et économiques (…). Il s’agit de saisir la manière dont les différents acteurs publics, privés et associatifs se positionnent dans les espaces ouverts par l’effondrement ou la remise en cause des systèmes politiques autoritaires et d’analyser leurs stratégies liées aux modèles de référence et aux registres normatifs qui inspirent leurs actions (…). Nous essayons de mettre en évidence les processus complexes qui contribuent à la diversité des trajectoires suivies par les cinq pays nord-africains directement ou indirectement touchés par les « révoltes arabes », à savoir la Tunisie, l’Égypte, le Maroc, l’Algérie et la Libye, chacun de ces pays représentant un cas, même un « modèle « à part entière »[91]. La responsable du projet, Mme Alia Gana, est une experte réputée de l’histoire tunisienne et des compétences socio-économiques[92].

3.3.3 Seniguer conçoit le Qatar comme étant le noyau d’une conspiration dont le but est d’avoir du pouvoir sur la population musulmane d’Europe et de l’utiliser contre les pays arabes les plus puissants, en trompant la nature pure de l’islam. Il s’agit pour lui d’une conspiration dont les dirigeants sont le chef des Frères musulmans, Tariq Ramadan et Mozah bint Nasser Al Missned, la mère de l’émir du Qatar, Tamim bin Khalifa Al Thani. « La relation des mécènes qataris à l’islam français ou européen, travaillant en cercles plus ou moins proche des centres du pouvoir officiel, est tout sauf évident (…) : la France est le pays européen qui compte le plus grand nombre de musulmans (entre cinq et six millions de personnes, pratiquantes ou non) dont certains sont socialement et économiquement exclus »[93].

3.3.4 « L’absence d’un magistère centralisateur et l’émergence de nouvelles générations musulmanes françaises, de plus en plus détachées des pays dont sont issus leurs parents, augmentent l’ancrage et l’attractivité d’une idéologie islamiste (dont le Qatar est l’un des hérauts), essentiellement « déterritorialisé » qui tente d’articuler la réaffirmation de l’identité, y compris orthodoxe et orthopraxe, de même que la citoyenneté. En se concentrant sur les principales personnalités musulmanes européennes (…), comme le prédicateur suisse Tariq Ramadan et la deuxième épouse de l’émir Hamad Ben Khalifa Al-Thani, Mozah bint Nasser tente de promouvoir l’image de son pays auprès des musulmans européens, les musulmans français en particulier, et de faire place entre autres à ses concurrents salafistes, financés et soutenus par l’Arabie saoudite. Le Qatar, du moins la ligne défendue par l’émir et sa seconde épouse, cherche à tuer deux oiseaux avec une pierre : d’une part, réduire, à l’intérieur et à l’extérieur, l’influence du wahhabisme, et d’autre part, bénéficier d’une bonne image de marque auprès des Européens de confession musulmane »[94].

3.3.5 Haoues Seniguer est l’un des principaux partisans de la pensée paranoïaque qui considère chaque influence musulmane divergente sur les croyants comme un danger personnel et considère la tyrannie wahhabite comme la seule puissance légitime du monde arabe[95]. En dépit du fait que la population qatarie appartient au wahhabisme[96], Seniguer considère le gouvernement du Qatar et les Frères musulmans comme le fer de lance du salafisme qu’il méprise et craint[97]. Réfléchissant de cette façon, il combat le Qatar et les Frères musulmans comme s’ils étaient une unité, et répand dans ses écrits l’idée que ces deux entités sont également un danger pour les chrétiens car ils soutiennent directement le jihad[98].

3.4      Conclusions

Autour des auteurs du livre « Qatar Papers », il y a un tourbillon de forces et de personnalités ayant une chose en commun : la haine envers l’islam du peuple, la peur que la religion musulmane donne à la population, harcelée par mille injustices et l’oppression, la force de demander la liberté, la justice, l’égalité, l’autodétermination. Les dirigeants politiques saoudiens et émiratis, de même que les personnages profondément discrédités qui ont inspiré, accompagné et soutenu Chesnot et Malbrunot, ne se soucient pas des enseignements du Prophète et méprisent la paix et la prospérité construites avec d’autres peuples. Ils souhaitent une population qui déteste les étrangers et les différents et qui accepte d’obéir sans protester et sans se plaindre que les monarchies corrompues qui les commandent nagent dans les richesses les plus extrêmes, alors que beaucoup d’entre eux ont faim. Face aux souffrances du peuple palestinien, les monarchies d’Abu Dhabi et de Riad préfèrent Israël car c’est un partenaire plus fiable et plus puissant. De plus, ces mêmes monarchies ne veulent que l’anéantissement et l’humiliation d’un pays où la monarchie est parvenue à assurer le bien-être de presque toute la population. Ce sont des régimes dévoués à la peur, soutenus par la peur de ceux qui les commandent et qui utilisent des convertis comme Louizi et Seninguer, prêts à être pris en flagrant délit de diffamation et de fausses campagnes, qui ne croient évidemment en rien. Comme l’écrit le Prophète : « La persécution est pire que le meurtre » (II, 190-191).

 

[1] https://www.ecssr.ae/en/

[2] https://www.ecssr.ae/en/library/

[3] https://www.ecssr.ae/en/reports-analysis/

[4] https://www.ecssr.ae/en/lecturers/

[5] https://www.ecssr.ae/en/director-general-statement/

[6] https://www.ecssr.ae/en/executive-director-statement/

[7] Jamal Sanad Al Suwaidi, ‘Dismantling the Palestinian issue: Manifestations, Causes and Consequences’, Gulf News, 20 November 2018. Available at https://gulfnews.com/opinion/op-eds/dismantling-the-palestinian-issue-manifestations-causes-and-consequences-1.60456367

[8] Ian Black, “Just below the surface: Israel, the Arab Gulf States and the limits of cooperation”, London School of Economics, London 2019. Available at  http://eprints.lse.ac.uk/100313/7/JustBelowtheSurface.pdf, page 16;

[9] https://www.upi.com/Business_News/Security-Industry/2012/01/27/Emirates-has-security-links-with-Israel/UPI-73471327687767

[10] Ian Black, “Just below the surface: Israel, the Arab Gulf States and the limits of cooperation”, London School of Economics, London 2019. Available at  http://eprints.lse.ac.uk/100313/7/JustBelowtheSurface.pdf, pages 14-17;

[11] http://www.lefigaro.fr/mon-figaro/2010/06/25/10001-20100625ARTFIG00486-le-business-secret-d-israel-dans-le-golfe-persique.php

[12] https://www.tawazun.ae/about-us/

[13] https://theintercept.com/2017/08/17/weapons-money-intended-for-economic-development-being-secretly-diverted-to-lobbying/

[14] https://theintercept.com/2017/08/17/weapons-money-intended-for-economic-development-being-secretly-diverted-to-lobbying/

[15] https://theintercept.com/2017/08/17/weapons-money-intended-for-economic-development-being-secretly-diverted-to-lobbying/

[16] https://www.ecssr.ae/en/director-general-statement/

[17] https://www.businesswire.com/news/home/20191105005661/en/Mohamed-bin-Zayed-Inaugurates-EDGE-Advanced-Technology

[18] https://www.mubadala.com/en/who-we-are/board-of-directors/his-highness-sheikh-mohamed-bin-zayed-al-nahyan

[19] Claire Finkelstein, Jens David Ohlin, Andrew Altman, “Targeted killings: Law and morality in an asymmetrical world”, Oxford University Press, Oxford 2012, page 370

[20] https://www.haksozhaber.net/orta-dogunun-karanlik-prensi-muhammed-bin-zayed-123981h.htm

[21] Augustin de Colnet, “Guerre économique: grille d’analyse des risques concurrentiels”, EGE École de Guerre Économique, Paris 2019, pages 36-37. Available at http://www.epge.fr/wp-content/uploads/2019/10/Grille-analyse-Augustin-de-Colnet-septembre-2019-1.pdf

READ  Le Parlement approuve la destitution du président Vizcarra

[22] https://www.albawaba.com/tawazun-holding

[23] https://www.theportal-center.com/contact-us/;

[24] https://www.domainmarket.com/buynow/albawabanews.com

[25] https://www.theportal-center.com/;

[26] https://www.albawaba.com/abstatic/about-us

[27] https://www.albawabaeg.com/about/;

[28] https://egypt.mom-rsf.org/en/owners/companies/detail/company/company/show/the-arab-center-for-journalism/;

[29] https://www.syndigate.info/contact-us

[30] Content Agents Ltd. Oxted

[31] https://www.linkedin.com/in/markgattysaunt/?originalSubdomain=ae

[32] https://www.syndigate.info/content-licensing-gains-ground-arab-world

[33] https://www.amazon.com/Mark-Birdsall/e/B005J4UAZW%3Fref=dbs_a_mng_rwt_scns_share

[34] https://www.eyespymag.com/contact.html

[35] https://www.mod.go.jp/js/Press/press2019/press_pdf/p20190627_02.pdf

[36] Mark Birdsall, “The future of Intelligence in the 21st Century”, The Emirates Center for Strategic Studies & Research, Abu Dhabi 2013. Partially available at https://www.ecssr.ae/wp-content/themes/ecssr-child/split/100-The-Future-of-Intelligence-in-the-21st-Century_Preview.pdf

[37] Mark Birdsall, “The future of Intelligence in the 21st Century”, The Emirates Center for Strategic Studies & Research, Abu Dhabi 2013, page 3. Available at https://www.ecssr.ae/wp-content/themes/ecssr-child/split/100-The-Future-of-Intelligence-in-the-21st-Century_Preview.pdf

[38] https://www.amazon.com/Pourquoi-jai-quitt%C3%A9-fr%C3%A8res-musulmans/dp/2841868184

[39] https://www.marianne.net/societe/un-collectif-publie-une-cartographie-de-la-galaxie-des-freres-musulmans-en-france

[40] Founded in Dresden (Germany) in October 2014, PEGIDA Patriotic Europeans Against the Islamisation of the Occident (Patriotische Europäer gegen die Islamisierung des Abendlandes), is a Pan-European, Islam-Phobic, extreme right political movement. Pegida believes that Germany is being increasingly Islamicized and defines itself in opposition to the danger of destruction of the Arian genetics, tradition, religion and culture because of the Muslims.  Pegida wants to curb immigration; it accuses authorities of failure to enforce immigration laws. In 2015, Lutz Bachmann, the founder of Pegida, resigned from the movement after reportedly posing as Adolf Hitler and making racist statements on Facebook. He was later reinstated – see Fabian Virchow, “PEGIDA: Understanding the Emergence and Essence of Nativist Protest in Dresden, Journal of Intercultural Studies, volume 37 / 2016, Taylor and Francis Ltd., London 2020; https://www.spiegel.de/international/germany/origins-of-german-anti-muslim-group-pegida-a-1012522 ; https://www.ssoar.info/ssoar/bitstream/handle/document/55598/ssoar-politicquarterly-2015-4-dostal-The_Pegida_Movement_and_German.pdf?sequence=1http://blogs.colgate.edu/keck/2015/03/pegida-in-germany.html

[41] https://huffpost50.rssing.com/chan-24823712/all_p422.html

[42] This fact, in our opinion, has been the reason why Christian Chesnot and Georges Malbrunot, after the abduction of 2004, gave the blame of the kidnapping to a Salafist group and not to the Sadrism Army, which has been the probable mind behind that abduction – see Chapter 1.2 of this Main Report

[43] https://www.lefigaro.fr/vox/societe/2016/02/05/31003-20160205ARTFIG00415-uoif-freres-musulmans-salafisme-le-dessous-des-cartes.php

[44] https://www.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170504.OBS8965/freres-musulmans-conferences-polemiques-10-choses-a-savoir-sur-l-uoif.html

[45] https://www.michalon.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=500568&razSqlClone=1

[46] His last post on his blog repeats his paranoid assertions: if there are local lists, where Muslims are candidates for some Municipal election, this is a real and immediate danger for the ethnic survival of the French population, even if there are only 10 in a row of 20765 allowed local lists – see  http://mlouizi.unblog.fr/2020/03/10/les-municipales-a-lheure-de-lislam-politique-a-roubaistan/#more-2016

[47] http://mlouizi.unblog.fr/perso/

[48] http://mlouizi.unblog.fr/perso/

[49] http://mlouizi.unblog.fr/perso/

[50]Born in 1954, Abdelilah Benkirane was a member of Muslim Youths (Chabiba al Islamiya), a radical clandestine movement established in 1969. The movement’s leader, Abdelkrim Mouti, an inspector of primary education, was influenced by the writings of radical Egyptian Islamist Sayyid Qutb. The group’s original target was universities, which were then under the sway of secular leftists. The PJD’s main objective was to liberate society from jahiliya, which refers to ignorance of divine guidance in pre-Islamic Arabia. The monarchy’s tolerance of Muslim Youths began to wane after the group’s assassination of a leftist labour leader in 1975 and Iran’s Islamic revolution in 1979. In the late 1970s and early 1980s, the government launched a dual strategy of repression and co-optation of Islamist militants. Benkirane broke with the banned Muslim Youths in 1980; he then took small steps to reassure the security apparatus in exchange for help integrating loose Islamist groups into the legal associations. In the 1990s, two developments aided Benkirane’s project. First, a civil war consumed neighbouring Algeria after the military cancelled elections that Islamists were poised to sweep in 1992. Second, a radical new clerical movement was highly critical of Morocco’s participation with U.S. forces in the 1990–91 Gulf War to liberate Kuwait after Iraq’s invasion. In 1992, Benkirane was allowed to establish Reform and Renewal (al Islah wa Tajdid), a group that conspicuously dropped the name of Islam even though it was an Islamic association. It changed its name to the Movement of Unity and Reform (Harakat al Tawhid wal Islah, or MUR) in 1996, after three regional groups joined in. The new movement provided the social and religious backbone of the future political party”, the PJD – see https://www.wilsoncenter.org/article/morocco-the-kings-islamists

[51] https://www.wilsoncenter.org/article/morocco-the-kings-islamists

[52] http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/402712.stm

[53] https://www.wilsoncenter.org/article/morocco-the-kings-islamists

[54] https://www.theguardian.com/world/2010/dec/06/wikileaks-cables-morocco-royals-corruption

[55] https://web.archive.org/web/20110525003606/http://moroccansforchange.com/2011/03/09/king-mohamed-vi-speech-3911-full-text-feb20-khitab/ ; https://www.bbc.com/news/world-africa-13964550

[56] http://www.vitainternational.media/en/article/2015/11/27/why-i-quit-the-muslim-brotherhood/82/ ; https://www.atlantico.fr/decryptage/2552387/mohamed-louizi-raconte-pourquoi-il-a-quitte-les-freres-musulmans-et-explique-le-role-de-la-republique-et-la-laicite-dans-son-cheminement-editions-michalon

[57] http://mlouizi.unblog.fr/perso/

[58] Abdelilah Benkirane: “I say to young talents, get involved in politics. If you are graduates of HEC Paris you are successful this is very good for you. You are comfortable in your cabin and it is very comfortable. But if the Morocco boat sinks, you will sink with it. The brains of Morocco must get involved in politics. The brains must integrate the Moroccan administration and the political life otherwise we will always be led by ignorant people and rots”, see https://www.youtube.com/watch?v=VtEC3iu7aSc

[59] Abdelilah Benkirane: “There will be no future for Morocco if we come into conflict with the monarchy. Morocco had its Arab Spring. Thanks to the clairvoyance of His Majesty the King, the royal speech of March 9 met the expectations of the people. The fire was enough to heat the bowl. Thank God it was not enough to burn it”, see https://fr.le360.ma/politique/video-benkirane-la-monarchie-est-le-socle-du-maroc-34783

[60] https://www.la-croix.com/France/Changement-pour-UOIF-desormais-appelee-Musulmans-France-2017-04-15-1300839890

[61] https://euobserver.com/news/25444

[62] Fabrice Maulion, “L’organisation des Frères Musulmans: évolution historique, cartographie et éléments d’une typologie”, Université Panthéon-Assas-Paris II, DRMC Département de Recherche sur les Menaces Criminelles Contemporaines, Paris 2004, pages 43-44 and pages 47

[63] https://www.marianne.net/debattons/forum/mohamed-louizi-revele-l-agenda-cache-de-tarek-oubrou

[64] https://www.liberation.fr/societe/2013/04/26/l-emirat-aimerait-exercer-une-espece-de-magistere-moral_899407

[65] Christian Chesnot, Georges Malbrunot, “Qatar Papers, il libro nero dell’Islam”, versione italiana, Rizzoli, Milano 2019, page 36, pages 100-101, pages 112-113, passim

[66] https://www.lavoixdunord.fr/640358/article/2019-09-20/le-financement-de-la-mosquee-de-villeneuve-d-ascq-pointe-par-un-documentaire

[67] Chapter 1.1.22 of this Report

[68] https://blogs.mediapart.fr/nabil-ennasri/blog/190419/qatar-papers-la-montagne-des-accusations-et-la-souris-de-la-realite

[69] https://www.lavoixdunord.fr/698817/article/2020-01-22/condamne-pour-diffamation-contre-soufiane-iquioussen-m-louizi-se-pourvoit-en ; https://www.lavoixdunord.fr/489789/article/2018-11-16/le-blogueur-roubaisien-mohamed-louizi-condamne-pour-diffamation

[70] https://www.lemonde.fr/societe/article/2013/12/31/soufiane-iquioussen-le-garagiste-solidaire-qui-veut-reparer-denain_4341546_3224.html

[71] https://www.youtube.com/watch?v=s6uPIzTijDk

[72] https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/02/19/01016-20180219ARTFIG00277-un-essayiste-anti-islamiste-jeune-contre-le-harcelement-judiciaire.php

[73] https://www.lepoint.fr/societe/le-luxueux-train-de-vie-de-certains-representants-de-l-islam-en-france-06-07-2016-2052292_23.php

[74] http://www.opinione.it/esteri/2017/05/13/yves-mamou/

[75] https://www.liberation.fr/checknews/2018/04/23/est-ce-que-la-france-subventionne-syria-charity-est-ce-que-cette-ong-est-liee-aux-freres-musulmans-o_1653561

[76] https://www.causeur.fr/mohamed-louizi-rachid-el-kheng-islamisme-proces-macron-167665

[77] http://www.islamophobiaeurope.com/wp-content/uploads/2019/09/FRANCE.pdf, pages 31-32, page 35, page 49

[78] https://books.google.it/books?id=EmPIDwAAQBAJ&pg=PR4-IA3&lpg=PR4-IA3&dq=sesquin+louizi&source=bl&ots=0NV_ZdrQr7&sig=ACfU3U3Gho8Du7LXYu1eieUY-9eTaIXERw&hl=it&sa=X&ved=2ahUKEwiKyb-RhZ_qAhWowqYKHfU7CBMQ6AEwAXoECAoQAQ#v=onepage&q=sesquin%20louizi&f=false

[79] See Chapter 6.2.6, 6.2.9, 6.2.10, 6.2.11 and 6.2.12 of this Main Report;

[80] https://www.reveilcitoyenmedia.com/post/ian-hamel-fait-face-%C3%A0-la-justice-helv%C3%A9tique-pour-avoir-diffam%C3%A9-et-calomni%C3%A9-tariq-ramadan;

[81] https://www.lavoixdunord.fr/640358/article/2019-09-20/le-financement-de-la-mosquee-de-villeneuve-d-ascq-pointe-par-un-documentaire

[82] Ian Hamel, “Tariq Ramadan: Histoire d’une imposture”, Arthaud, Paris 2000, Chapter “Burgat débine Kepel et Roy”; Christian Chesnot, Georges Malbrunot, “Qatar Papers, il libro nero dell’Islam”, versione italiana, Rizzoli, Milano 2019, pages 89-110

[83] http://triangle.ens-lyon.fr/spip.php?article5383

[84] https://tarica.hypotheses.org/653

[85] Haoues Seniguer, “Les (néo) Frères Musulmans et le nouvel esprit capitaliste entre rigorisme moral, cryptocapitalisme et anticapitalisme”, Editions Le Bord de l’Eau, Lormont 2020

[86] https://www.amazon.fr/Fr%C3%A8res-musulmans-nouvel-esprit-capitaliste/dp/2356876839

 

[87] Christian Chesnot, Georges Malbrunot, “Qatar Papers, il libro nero dell’Islam”, versione italiana, Rizzoli, Milano 2019, page 28, page 39, pages 112-113, pages 247-254

[88] https://hypotheses.org/

[89] OpenEdition is a comprehensive digital publishing infrastructure at the service of scientific information in the Humanities and social Sciences. The OpenEdition portal includes four publishing and information platforms in the humanities and social sciences: OpenEdition Journals, OpenEdition Books, Hypotheses (research blogs) and Calenda (announcements of international academic events). The portal is thus a space dedicated to the promotion of research, publishing tens of thousands of scientific documents that promote open access, while respecting the economic equilibrium of publications. Recognized as national research infrastructure since 2016, OpenEdition is developed by OpenEdition Center, a service and research unit (USR 2004) of the CNRS, Aix-Marseille University, the EHESS and the University of Avignon. A public non-profit initiative supported by major research institutions, whose main mission is the promotion of open access digital publishing” – see https://www.openedition.org/6438

[90] https://tarica.hypotheses.org/

[91] https://tarica.hypotheses.org/a-propos

[92] https://tarica.hypotheses.org/80

[93] Haoues Seniguer, “Le Qatar et l’Islam de France: vers une nouvelle idylle?”, L’Harmattan, Paris 2013 – see https://www.researchgate.net/publication/287370909_Le_Qatar_et_l%27islam_de_France_vers_une_nouvelle_idylle

[94] Haoues Seniguer, “Le Qatar et l’Islam de France: vers une nouvelle idylle?”, L’Harmattan, Paris 2013 – see https://www.researchgate.net/publication/287370909_Le_Qatar_et_l%27islam_de_France_vers_une_nouvelle_idylle

[95] https://middle-east-online.com/en/wahhabism-vs-wahhabism-qatar-challenges-saudi-arabia ; https://www.academia.edu/41682002/Islam_and_Otherness_PLURIEL_3rd_International_Congress

[96] https://middle-east-online.com/en/wahhabism-vs-wahhabism-qatar-challenges-saudi-arabia

[97] https://www.menalib.de/news/community/konferenz/islam-in-plural-thought-faith-and-society/  ; https://www.pisai.it/media/345129/islam-and-otherness-preliminary-programme-01-2020-en.pdf

[98] https://www.huffingtonpost.fr/haoues-seniguer/etat-islamique-et-qatar_b_5827762.html  ; https://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2013-1-page-101.htm?contenu=resume