Par Eleanor Ringel Cater

Un film peut-il être à la fois mercuriel et mélancolique?

Je n’y aurais pas pensé avant d’avoir vu «French Exit», un film fantaisiste mais triste sur le vieillissement, la solitude et comment sortir avec style.

Frances (Michelle Pfeiffer) est une mondaine légendaire de Manhattan au bout de sa corde. Ou plutôt, vos fonds. La mort de son riche mari il y a quelques années a eu peu d’effet sur elle au quotidien. Jusqu’à ce que je le fasse. Les fonds, lui dit son avocat, sont sur le point de s’épuiser. Avez-vous un plan de sauvegarde?

«Mon plan,» dit-il doucement, «était de mourir avant que l’argent ne soit épuisé».

Oh.

Michelle Pfeiffer dans “French Exit”

Heureusement, c’est le type qui a une amie, Joan (Susan Coyne), avec un appartement vacant à Paris. Plus chanceuse encore, elle a un fils, Malcolm (Lucas Hedges), qu’elle connaît à peine, mais cela ne l’empêche pas de le sortir de Manhattan et de le persuader d’annuler leurs fiançailles. Après tout, elle ne peut pas entrer seule dans la Ville Lumière.

En fait, étant donné son comportement glacial et autoritaire, il le pourrait probablement. Mais votre fils est présentable, gentil et, à sa manière, protecteur. Et il ne peut pas avoir le cœur brisé pour sa fiancée abandonnée (Imogen Poots). Sur la traversée transatlantique, un avion ne suffirait pas, il a une aventure d’une nuit avec le voyant résident du navire, qui se trouve à révéler que deux passagers meurent généralement à chaque voyage; Vous pouvez même leur montrer où ils gardent les corps.

READ  Euromillions: le gagnant des 200 millions d'euros est enfin apparu

C’est le genre de film “French Exit”: excentrique, cinglant et en quelque sorte drôle quand on s’y attend le moins. Frances, Malcolm et leur chat noir, Small Frank (du nom, bien sûr, du nom de son défunt mari Frank), s’installent à Paris sans plus tarder. C’est presque comme si la ville, avec son snobisme «Vieux Monde» et sa gracieuse nonchalance, l’attendait.

Affiche du film “French Exit”

Lentement, presque inévitablement, Frances et Malcolm forment un entourage: une sorte de famille de substitution qui finit en quelque sorte dans et hors de l’appartement emprunté. Il y a Joan, qui décide de garder un œil sur son amie (et sa propriété), la voyante susmentionnée, un enquêteur privé, l’ex-fiancée et son nouveau petit ami, et une douce amie.

Pfeiffer est tellement absolument magnifique ici que j’aurais presque aimé qu’elle ait été un peu moins belle à son apogée, alors nous aurions peut-être vu plus d’elle et moins d’elle comme un bonbon pour les acteurs célèbres. Non pas qu’elle ait l’air moins que spectaculaire, mais pour une fois, l’accent est mis sur elle, avec son apparence et son charisme comme donnés, en tant qu’outils qu’elle utilise pour façonner son personnage, pas pour refléter celui de quelqu’un d’autre.

À un moment donné, Frances admet à Joan qu’elle sait que c’est un cliché. Mais, ajoute-t-elle, cela lui convient car cela signifie aussi qu’elle est intemporelle.

Tel qu’il est, à sa manière pas cliché, Michelle Pfeiffer.

“French Exit” sort en salles le 2 avril.