Twist sur l’affaire Michel Zecler. Les juges ont ordonné mardi la libération des policiers emprisonnés dans le cadre de l’enquête menée après le passage à tabac du producteur de musique. Ils ont été placés en détention préventive le 30 novembre. Ils seront soumis à un contrôle judiciaire strict, avec l’interdiction d’entrer en contact avec la victime et les autres accusés, en portant une arme et en exerçant la profession de policier, précise une source judiciaire.

Le 21 novembre, des caméras de surveillance du studio de Michel Zecler ont filmé son arrestation très violente. Trois policiers ont été vus entrer dans le studio avant de le battre à plusieurs reprises. Puis ils l’ont frappé à nouveau au milieu de la rue.

L’affaire, qui a fait sensation, a été rapidement renvoyée à l’IGPN, la police. Placés en garde à vue, les trois policiers qui sont entrés dans l’étude ont indiqué qu’ils l’avaient fait en raison de la confusion et de la panique qui régnaient sur les lieux. Ils ont également affirmé que Michel Zecler s’était opposé à la résistance physique au moment de son arrestation. Bien qu’il admette avoir porté des coups injustifiés

“Bons, voire très bons dossiers de service”

À la suite de leur arrestation, les quatre policiers impliqués dans l’arrestation ont été inculpés de violence intentionnelle, selon les fouilles du parquet. Exceptionnellement, deux d’entre eux étaient en détention préventive. Les trois responsables impliqués dans le passage à tabac ont “de bons voire de très bons dossiers de service”, a déclaré le procureur de Paris Rémy Heitz lors d’une conférence de presse.

READ  Indignation au Brésil après la mort d'un homme noir tué par des agents de sécurité

A l’issue d’une audition le 18 décembre, l’avocat de Michel Zecler avait indiqué que son client conserverait les séquelles physiques «à vie». Son tendon dans son biceps gauche “a été amputé et a dû être remplacé par une broche en titane”, a souligné Me Toby, avec sa cliente, ce jour-là, le bras en écharpe soutenue par une attelle. Le conseil a ajouté que le préjudice physique et psychologique de son client devait être “fortement réévalué” près de 180 jours avant ITT.