Les diffuseurs français France Télévisions et TF1 ont intenté une action en justice contre Canal + et ont réclamé plus de 40 millions d’euros (46 millions de dollars) en compensation pour la décision de cette dernière de diffuser gratuitement une série de films lors de la fermeture de la pandémie l’année dernière.

Le couple a accusé le diffuseur de télévision payante d’ignorer le régime strict de la fenêtre de la France en sautant le pistolet pour diffuser des films sur la fenêtre de la télévision payante.

Les diffuseurs ont saisi le tribunal judiciaire de Paris, alléguant une concurrence déloyale, selon le quotidien financier Les Echos.

France Télévisions réclame 40 millions d’euros d’indemnisation du manque à gagner, tandis que la chaîne commerciale TF1 réclame 11,3 millions d’euros.

Le régime des fenêtres a établi que les films sortis dans les salles ayant vendu 100 000 entrées au cours de leurs quatre premières semaines pouvaient être diffusés en télévision payante sur Canal + après une attente de huit mois, suivis par les ayants droit en clair qui avaient leur tour après 22 ans. mois.

En brisant cet embargo sur la diffusion gratuite, les deux diffuseurs allèguent que Canal + a violé leurs droits et a affecté négativement leurs revenus futurs.

Canal + a été fortement critiqué à l’époque par des personnalités du monde médiatique français, dont Pascal Rogard, directeur exécutif de la SACD, société de droit d’auteur représentant les auteurs, qui a accusé le service de télévision payante de  » se comporter comme un pirate « .

READ  L'Irlande et le Pays de Galles retombent en lice