Accusés d’avoir fait des déclarations racistes et homophobes lors de la Classique, le Parisien Neymar et le Marseillais Álvaro González connaîtront ce mercredi la décision du comité de discipline. Selon le verdict, d’autres sanctions pourraient intervenir plus tard.

Plus de deux semaines après la Classique, Neymar et Álvaro González va enfin se réparer. En fait, c’est ce mercredi que la commission disciplinaire de la Professional Soccer League se prononcera sur les cas impliquant les deux joueurs. Pour rappel, l’attaquant du Paris Saint-Germain accuse son rival de racisme, tandis que le défenseur central de l’Olympique de Marseille dénonce les propos homophobes du Brésilien. Ce qui aurait également été raciste en s’adressant au Japonais Hiroki Sakai. Des cas qui pourraient dépasser le cadre sportif. Enfin, en supposant que les acteurs déposent une plainte. Un scénario auquel l’avocate Tatiana Vassine ne croit pas.

« En théorie, les deux aspects, droit du sport et droit coutumier, peuvent être parfaitement articulés. Mais dans ce genre de cas, nous allons rarement devant les tribunaux., a confié le spécialiste du droit du sport, dans des déclarations transmises par Ouest de la France. La justice sportive suffit généralement à satisfaire les différents protagonistes. Les tribunaux entendent rarement ce type d’affaires et il est vrai que lorsqu’ils le font, c’est plus souvent pour des délits de type violence physique ou pour l’action d’associations de défense des droits (lutte contre le racisme, l’homophobie). Cependant, la saisine des tribunaux pourrait permettre de réglementer ces types d’infractions sur le terrain. »

READ  dominé, battu, mais qualifié, Lyon élimine la Juve et monte en quarts

Certainement pas le licenciement

Si le comité de discipline trouvait les preuves accablantes, les deux joueurs seraient sanctionnés par la Ligue et probablement par leurs clubs respectifs. ” Lorsqu’ils considèrent que les joueurs ont commis une faute, les clubs ont le pouvoir de sanctionnerA rappelé Tatiana Vassine. Il y a aussi le mécanisme des bonus éthiques de plus en plus implanté: le versement de ces bonus dépend du respect par le joueur d’un certain nombre de critères (notamment de comportement). Les dirigeants s’attaqueraient en effet au portefeuille, et non au contrat de leur joueur éventuellement reconnu coupable, les enjeux sont trop élevés.

« Les joueurs évoluent dans le cadre du CDD, qui ne peut être rompu que si la faute signalée est une faute grave. Dans le sport, bien que ce type d’insultes soit assez fréquent, il est rare que les contrats soient rompus pour de telles raisons. Ceci s’explique par la participation économique associée aux contrats des joueurs.a expliqué l’avocat. La rupture du contrat d’un joueur signifie que le club est privé d’une partie de ses actifs lorsque son objectif est de capitaliser sur eux et, dans la plupart des cas, de monétiser la sortie de son joueur contre des frais de transfert. . Cela explique pourquoi, lorsque des sanctions sont prononcées, ce sont plutôt des sanctions qui ne remettent pas en cause le contrat comme des avertissements. De son côté, Álvaro avait déclaré qu’il était prêt à quitter l’OM si nécessaire.