PARIS (AP) – L’ancien entraîneur de football français Noel Le Graet pourrait faire l’objet de poursuites pénales après avoir été accusé d’un « outrage sexiste », a rapporté samedi Le Monde.

Le rapport a été remis au parquet de Paris suite au témoignage de Sonia Souid, agente de plusieurs internationaux français, lors d’un audit de la Fédération française de football (FFF).

La ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castera, a indiqué avoir été informée par le responsable de l’instance de contrôle qu’un signalement avait été effectué conformément au code pénal.

Le Graët, 81 ans, était contraint de démissionner la semaine dernière en attendant la fin de l’audit.

S’adressant à l’AFP samedi, il s’est dit abasourdi par les fuites dans les médias.

« Je viens de lire avec étonnement un article du Monde faisant état de fuites dans le rapport d’audit intermédiaire en cours d’élaboration », a-t-il déclaré dans un communiqué.

« En ce moment, je ne connais ni les faits dont on m’accuse ni les personnes qui sont derrière eux.

« Plus généralement, je m’étonne que des informations puissent être diffusées alors que le rapport intermédiaire ne m’a pas encore été transmis et que je n’ai pas pu commenter. »

Lors d’entretiens avec le quotidien sportif L’Equipe et la chaîne de télévision RMC, Souid a accusé Le Graet d’avances sexuelles non désirées, déclarant qu’il sentait « la seule chose qui l’intéressait, et je m’excuse de parler vulgairement, ce sont mes seins et mes fesses ».

En droit français, « outrage sexiste » désigne une déclaration ou un comportement à connotation sexuelle ou sexiste qui porte atteinte à la dignité d’une personne ou l’expose à une situation de détresse.

READ  Lucas Hamilton : je pars sur le Tour de France avec l'esprit ouvert

L’infraction peut être punie d’une amende pouvant aller jusqu’à 750 € (1 070 S$).

Le Graet, responsable de la FFF depuis 2011 et dont le mandat durera jusqu’en 2024, a été appelé à démissionner après ce qu’il a admis être des « commentaires maladroits » sur l’intérêt possible de Zinedine Zidane à entraîner l’équipe de France.

Il a déclaré qu’il « n’aurait même pas répondu à son appel » lorsqu’on lui a demandé si Zidane, vainqueur de la Coupe du monde en tant que joueur et l’un des plus grands joueurs français de tous les temps, l’avait appelé pour exprimer son intérêt à remplacer Didier Deschamps en tant qu’entraîneur.

Deschamps, qui a mené la France à la gloire de la Coupe du monde en 2018 et a supervisé en route pour la finale qatarie en décembre qui a perdu aux tirs au but contre l’Argentine, a signé un nouveau contrat la semaine dernière pour rester sélectionneur de la France jusqu’en 2026. AFP