Interviewé en OL TV, Rudi García a donné le fond de ses réflexions sur une critique récurrente depuis son arrivée à Lyon.

Le manager de Rhône a du mal à faire confiance aux jeunes joueurs formés au club, et cela agace les supporters au plus haut point. Quand il le fait, il ne le regrette pas une seconde, comme les performances réussies de Rayan Cherki ou Maxence Caqueret. Mais l’entraîneur hésite toujours à intervenir et à lâcher Amine Gouiri, risquant de faire de même avec Melvin Bard. Les reproches éclatent lorsque des jeunes prometteurs se tournent vers lui, et sont suivis par les grands européens, comme en témoigne le départ de Pierre Kalulu à l’AC Milan. Rudi García a cependant décidé de rectifier la situation et a défié son image d’entraîneur qui empêche les jeunes éléments d’éclore.

« Bon que tu me poses cette question, cela me permettra de me mettre en colère. Là, j’ai l’impression que lorsque vous jouez à deux joueurs, vous devriez jouer à quatre, lorsque vous jouez à quatre, vous devriez jouer à huit … Arrêtez un peu avec ça. Maxence Caqueret, Rayan Cherki et Melvin Bard, c’est moi qui les ai fait jouer ici, et personne d’autre avant moi. Rends-moi plus … avec ça. Je ne blâme personne, mais tu dois arrêter d’en souffler. Les jeunes, je les adore, ils sont là, ils sont bons et je les aide à progresser pour qu’ils deviennent l’avenir de l’Olympique Lyonnais “, a lancé un Rudi García exaspéré par ces critiques, et dans lequel il met en lumière les débuts de plusieurs jeunes à son commandement. Un point culminant très timide, avec un long paria au milieu, qui ne fait que renforcer la critique des supporters, convaincus par exemple que l’OL n’aurait pas terminé septième de Ligue 1 si Maxence Caqueret Il n’avait pas été gardé dans le placard pendant de longues semaines cet hiver.

READ  Coronavirus: compétitions organisées même en cas de fermeture