Samedi, le gouvernement fédéral a restitué un navire suisse, le MT San Padre Pio, au gouvernement suisse, trois ans après sa saisie par la marine nigériane.

La marine a arrêté le navire et ses 16 citoyens ukrainiens le 23 janvier 2018 pour entrée illégale et transport de diesel dans les eaux nigérianes sans autorisation.

Un fonctionnaire du ministère fédéral de la Justice, Francis Oni, a remis le navire et la cargaison aux représentants du gouvernement suisse lors d’une courte cérémonie à Onne, Rivers.

Oni a déclaré qu’après la saisie du navire, son équipage a été inculpé devant la Haute Cour fédérale de Port Harcourt pour être jugé.

« Le MT San Padre Pio a été surpris en train de transférer du diesel vers un autre navire dans les eaux nigérianes au milieu de la nuit sans l’autorisation des autorités compétentes.

« Malheureusement, le gouvernement suisse, probablement sans comprendre le fonctionnement du système nigérian, a intenté une action en justice.

« Le gouvernement suisse a demandé la prescription de mesures conservatoires au Tribunal international du droit de la mer (TIDM) à Hambourg, en Allemagne.

« Par la suite, le tribunal a rendu un jugement provisoire demandant à la Suisse de verser une caution de 14 millions de dollars américains en faveur du Nigéria.

« Le tribunal a également demandé à la Suisse de prendre un engagement contraignant en vertu du droit international, de présenter des suspects partout où le tribunal exige leur présence », a-t-il déclaré.

M. Ini a déclaré que, sur la base de la décision du TIDM, le Nigéria était obligé de libérer le navire, en attendant la décision finale du tribunal.

READ  Près de 50 personnes malades après un événement de fraternité dans une petite église du Maine

Selon lui, le gouvernement fédéral a par la suite licencié et acquitté les marins tandis que certains membres de l’équipage restaient à bord pour entretenir le navire.

Il a déclaré qu’en dépit de la volonté du Nigéria de se conformer pleinement à la décision du tribunal, la Suisse n’était pas en mesure de se conformer à la condition du tribunal et donc de poursuivre la détention du navire.

« Par la suite, le vice-président d’alors et maintenant président de la Suisse, Guy Parmelin, et le vice-président du Nigeria, Osinbajo, ont engagé des discussions de haut niveau.

« Les deux vice-présidents ont eu des entretiens pour que les deux pays résolvent la question à l’amiable par la voie diplomatique.

«Les pourparlers ont abouti à la signature d’un protocole d’accord (MoU) le 20 mai pour la libération inconditionnelle de MT San Padre Pio au gouvernement suisse.

« Le protocole d’accord stipulait également qu’après sa libération, le navire quittera l’espace maritime nigérian, tandis que le gouvernement suisse procédera au retrait de l’action en justice devant le tribunal », a-t-il expliqué.

Le responsable du ministère a déclaré que le navire marchand avait été remis à ses propriétaires en raison des relations bilatérales qui existaient entre les deux pays.

L’agence de presse nigériane (NAN) rapporte que le navire a été remis à son capitaine, Shajedul Islam, et à des partenaires nigérians, Blue Sea Maritime Services Limited.

A LIRE AUSSI : Tension alors que les États-Unis soutiennent les Philippines contre les navires chinois sur les récifs contestés

Pour sa part, le commandant Pathfinder du navire de la marine nigériane (NNS), Abdullahi Ahmed, a déclaré que la marine avait le mandat d’arrêter les navires internationaux qui pénétraient dans les eaux territoriales nigérianes sans autorisation.

READ  Ces galeries d'art incontournables ouvriront dans le monde entier en 2021

Ahmed, qui a signé conjointement les documents de livraison avec d’autres, a déclaré qu’après l’arrestation de ces navires, les navires défaillants ont été remis aux agences appropriées pour enquête et poursuites éventuelles.

« C’est parce que l’entrée illégale dans l’espace maritime de n’importe quel pays sans l’autorisation des autorités compétentes est un crime très grave.

« Ainsi, la marine nigériane est en état d’alerte élevé pour empêcher les navires illicites d’entrer dans les eaux du pays pour mener des activités illicites telles que le vol de pétrole et la pêche illégale, entre autres », a-t-il ajouté.

L’officier de marine a déclaré que les eaux internationales ne peuvent pas être contrôlées par un seul pays, d’où la collaboration des pays pour assurer la sécurité de l’environnement maritime. (OUI OUI)

Soutenir le journalisme d’intégrité et de crédibilité PREMIUM TIMES

Un bon journalisme coûte cher. Cependant, seul un bon journalisme peut garantir la possibilité d’une bonne société, d’une démocratie responsable et d’un gouvernement transparent.

Pour un accès gratuit et continu au meilleur journalisme d’investigation du pays, nous vous demandons d’envisager d’apporter un soutien modeste à cette noble entreprise.

En contribuant à PREMIUM TIMES, vous contribuez à maintenir un journalisme pertinent et à vous assurer qu’il reste gratuit et accessible à tous.

Faire un don


TEXTE D’ANNONCE : Pour annoncer ici . Appelez Willie +2347088095401 …






Annonce de campagne PT Mag