« L’ombre du Caravage », « Charlotte » et «Goya, Carrière et le Fantôme de Buñuel» apparaît dans la programmation de 15 films de la deuxième édition de 2023 de ARCHE Festival international du cinéma sur les arts, 2023, qui s’ouvre le 2 janvier avec la première mondiale de « Les enfants de la montagne », un portrait documentaire du sculpteur uruguayen pablo atchugarry par Mercedes Sader, directrice de ARCHE.

« Arts » s’entend au sens le plus large. Encadrant deux films de fiction et 14 longs métrages documentaires, les titres vont, comme le souligne le programmateur Sergio Fant, des clichés de trois des plus grands peintres qui aient jamais vécu, Caravage, Goya et Cézanne, à des figures de l’art célèbres, inconnues ou oubliées. contemporain, comme « Folón ». La película es el primer documental sobre el belga Jean-Michel Folon, a pesar de su condición de uno de los pintores-ilustradores más importantes de Europa de la segunda mitad del siglo XX, produciendo y popularizando una serie de imágenes icónicas, como el hombre -oiseau.

Cependant, les titres incluent également le photographe italien Luigi Ghirri et l’architecte et urbaniste Le Corbusier, ainsi que l’infrastructure des arts, que ce soit leur exposition, comme dans « Inside the Uffizi », ou l’habitat des artistes, comme dans « Murs de rêve ». Un autre film, « The Thief Collector », explore même l’art scandaleux du vol d’art.

Les titres, aussi variés soient-ils, établissent au moins deux liens. L’un est la volonté séculaire de différents arts pour un plus grand réalisme, visible non seulement dans la rupture du Caravage avec l’iconographie religieuse et les étonnantes vignettes de folie de Goya, mais aussi dans les photos superficiellement banales de maisons et de jardins autour de sa Modène natale. à partir des années 1970.

READ  Le Festival de Cannes peut-il combler la fracture anglo-française?

Une seconde est la lutte des artistes contre l’oubli, capturée par les œuvres monumentales d’Atchugarry et les 769 peintures autobiographiques obsédantes de l’artiste juive allemande Charlotte Salomon, réalisées entre 1941 et 1943 dans le sud de la France alors qu’elle craignait (à juste titre) d’être déportée. par les autorités nazies.

L’oubli était le destin de l’Espagnole Santaló, vivant ses dernières années dans un appartement bondé à Madrid, son existence piégée dans « La visite et un jardin secret » d’Irene M. Borrego, qui sauve sa silhouette dépeignant sa même condition.

Ces films présentent des moments extraordinaires, comme Jean-Claude Carrière, co-scénariste de Buñuel, qui saisit l’ampleur de la révolution incarnée dans les peintures de Goya des derniers jours, qui s’est rebellé non seulement contre un traditionaliste du XVIIIe siècle mais aussi contre son propre contemporain. rébellion, les Lumières rationalistes. « Le contraire de la vérité n’est pas l’erreur. Le contraire de la vérité n’est pas le mensonge. Le contraire de la vérité, c’est la raison », observe Carrière, citant l’écrivain espagnol José Bergamin, et traçant une ligne transversale de Goya à Buñuel, toujours le grand surréaliste, et même à lui-même.

les enfants de la montagne
Courtoisie ARK

Certains de ces titres apparaîtront un jour sur les plateformes de streaming, ou pourraient même s’accrocher à la distribution en salles. Prendre plaisir.

Film de la soirée d’ouverture :

« Les enfants de la montagne »(« Les enfants de la montagne », Mercedes Sader, Uruguay)

Première mondiale à l’ARCA et ouverture du festival de cette année, une appréciation de l’art et de la vie du sculpteur de renommée mondiale Pablo Atchugarry, un endosseur de l’ARCA dont le travail combine une échelle monolithique de civilisations anciennes, des échos sinueux de la nature et un souci du passage temps.

« Cézanne » (Sophie Bruneau, Belgique)

Le diable est dans les détails. Ce documentaire, de Bruneau (« Rêver sous le capitalisme »), s’intéresse au peintre français, pont entre impressionnisme et cubisme, à travers des détails de son atelier en Provence, conservé au fil du temps, où il a forgé une révolution dans l’art. « Un point de vue très original », dit Sader.

« Charlotte, » (Eric Warin, Grenouille TahirCanada)

Exprimé par Keira Knightley et Marion Cotillard dans différentes versions, un biopic animé de l’artiste juive allemande persécutée Charlotte Salomon, dont le semi-autobiographique « La vie ? Ou Théâtre ? », composé de 700 gouaches multicouches, qu’il a peintes pour explorer ses propres niveaux de santé mentale. Réalisé par Warin (« Leap ! ») et Rana (« Angry Birds : Summer Madness »). « Dans les circonstances les plus défavorables, l’art apparaît comme le seul moyen de retrouver la mémoire », déclare Sader.

« Murs de rêve », (Amélie Van Elmbt, Maya Duverdier)

Reproduisant Berlin Panorama cette année, où il a été salué comme un plaisir pour la foule, une version des habitants actuels du légendaire Chelsea Hotel, dont les invités comprenaient Patti Smith, Jim Morrison, Bob Dylan et Leonard Cohen. Il est maintenant en construction pour rouvrir en tant qu’hôtel de luxe, expulsant ses clients persistants résiduels et individualistes. Maya Duverdier co-écrit et réalise avec Amélie van Elmbt, dont « L’éléphant et le papillon » a été produit par Martin Scorsese.

« idiot », (Gaétan Saint-Remy, Belgique)

Un portrait de l’artiste, designer et illustrateur belge Jean-Michel Folon, qui pestait contre l’inhumanité croissante de la vie moderne. Pour Sader, « l’interview d’archive qui enfile tout le film n’a pas de prix ». Réalisé par Saint-Remy (« De Nos Mains »).

« Historjà – Points de suture pour Sápmi, » (Thomas Jackson, Suède)

L’artiste lapone Britta Marakatt-Labba, dont le travail représente le peuple sami, prend un nouveau tournant : face aux magnifiques paysages enneigés de son pays natal, une bataille de sa culture contre l’impact du changement climatique. Pris au Festival de Göteborg 2022. « Une histoire de l’art, de l’activisme politique et du changement climatique : un cocktail incontournable », déclare Sader.

un pays imaginaire
Courtoisie ARK

« Un pays imaginaire » (« Le Pays Imaginaire », Juan Solanas, Uruguay, France)

De l’Argentin Solanas, réalisateur du Prix du Jury cannois « L’Homme Sans Tête », acteur d’Un Certain Regard « Nordeste » et de l’histoire d’amour de science-fiction à l’envers « Upside Down », une exploration d’un long métrage documentaire, qui est sa propre. œuvre d’art, le sens, la création et les objectifs de 12 installations d’art contemporain à Cerró Tito en Uruguay.

« Infini. L’univers de Luigi Ghirri », (Mateo Parisini, Italie)

S’appuyant sur les écrits de Ghirri, un regard sur les étapes charnières d’un artiste avant son temps dont les paysages photographiques de l’Italie des années 1970 ont défendu la photographie couleur et l’ordinaire, créant une œuvre sans précédent à l’époque en Europe.

« À l’intérieur des Offices », (Corrina Belz, Enrique Sánchez Lansch, Allemagne)

Eike Schmidt, directeur de la Galerie des Offices à Florence, emmène le public à travers le délicat équilibre entre conservation et innovation en abritant la plus importante collection de peinture de la Renaissance au monde, dont « La Naissance de Vénus » et « Le Printemps » de Sandro Botticelli et « Medusa  » de Caravage. De Belz (« Peinture de Gerhard Richter ») et Sánchez Lansch (« Une symphonie de bruit »).

« Goya, Carrière et le Fantôme de Buñuel », (José Luis Lopez Linares, Espagne)

« Il faut penser à Luis Buñuel et à Jean-Claude en même temps qu’on pense à Goya », lance Julian Schnabel avec admiration. Mieux connu sous le nom de co-scribe de Buñuel. Carrière est surpris en train de commenter bon nombre des meilleures œuvres de Goya, capturant son essence, l’ampleur de la modernité de Goya et le parcours de sa propre vie dans des traits délicieusement habiles et candides. Présentant sa première latino-américaine à l’ARCA, un classique cannois remarquable et une œuvre de pure joie.

« Kobra : autoportrait », (Lina Chamie, Brésil)

Un autoportrait de Kobra, l’éblouissant graffeur brésilien et militant pour la paix, réalisé par Chamie, surtout connu pour son entrée à la Semaine de la Critique cannoise 2007, « La voie lactée ».

L’ombre du Caravage
Courtoisie ARK

« L’Ombre du Caravage » (Michele Placido, Italie)

Un drame d’époque à plus gros budget incarnant le réalisme psychologique révolutionnaire du Caravage et se concentrant sur l’utilisation socialement humble et audacieuse du clair-obscur. Pendant ce temps, le Pape ordonne une enquête sur le Caravage licencieux, joué par Riccardo Scamarcio (« John Wick Chapitre 2 »), qui a déjà assassiné un rival amoureux. Isabelle Huppert (« Elle ») partage la vedette. Acteur, écrivain et réalisateur populaire michele placide (« Roman policier ») dirige. Produit par Rai Cinema et MACT Productions de France, il présente sa première latino-américaine à l’ARCA et de loin le plus grand film de sa programmation. Wild Bunch gère les ventes.

Plan pour Buenos Aires. (Gerardo Panero, Argentine)

La bataille de plus de 20 ans de Le Corbusier depuis 1929 pour mettre en place un plan d’urbanisme moderne pour Buenos Aires, racontée par Panero, dont les films mettent en scène l’architecte Amancio Williams, ou la vie quotidienne dans un centre pour personnes handicapées. « Les témoignages du Plan Para Buenos Aires témoignent d’une période de splendeur et d’illusion », commente Sader.

« Rubens Gerchman : le roi du kitsch »,(Rubens Gerchman : Rei do Mau Gosto », Pedro Rossi, Brésil)

Un portrait du peintre et sculpteur brésilien Pop Art Gerchman et d’une génération d’artistes capturant les pressions et l’aliénation d’un Brésil en pleine urbanisation. Réalisé par le documentariste Rossi (« Depois de Primavera »).

« Le voleur collectionneur » (Allison Otto, États-Unis)

Otto (« The Love Bugs »), lauréat d’un Emmy Award, réalise un documentaire au rythme effréné, aimé dans SXSWà propos du couple d’enseignants derrière un braquage de 160 millions de dollars de De Kooning dans ce qui a été décrit comme « l’un des plus grands vols d’art d’une génération ».

« La visite et un jardin secret », (Irene M. Borrego, Espagne, Portugal)

Le premier long métrage de Borrego, ancien élève de la London Film School. La peintre espagnole Isabel Santaló est apparue dans de nombreuses expositions. Maintenant, on s’en souvient peu. « La Visite » l’atteint à la fin de sa vie. Avec un commentaire sincère d’Antonio López, le thème de « Sueño de luz » de Víctor Erice, un film sur la mémoire et l’oubli qui, selon Sader, est « intense et émouvant », un documentaire « peu orthodoxe, non biographique, qui interpelle directement l’auditoire. »

Le voleur collectionneur
Avec l’aimable autorisation de Heist Film LLC