Fernando Alonso d’Alpine ne se voit pas revenir en WEC pour concourir au Mans lorsqu’il signera avec Aston Martin la saison prochaine.

Alonso a d’abord remporté les 24 Heures du Mans avec Toyota en 2018, avant de réaliser le même exploit un an après avoir quitté le sommet du sport automobile.

Le joueur de 41 ans est revenu dans son équipe de France actuelle la saison dernière, réalisant son 98la podium de sa carrière au Grand Prix du Qatar, mais il était en fin de contrat à la fin de cette année.

Le nouveau team principal, Otmar Szafnauer, n’a pas voulu garder l’Espagnol deux ans de plus, préférant lui accorder un un plus un pour qu’il puisse faire le point sur les performances de son pilote fin 2023.

LEE: Fernando Alonso a été surpris en train de ramasser le cadeau hilarant de Lewis Hamilton

C’était une insulte à Alonso, alors il est allé voir le propriétaire milliardaire d’Aston Martin, Lawrence Stroll, et a accepté de remplacer Sebastian Vettel à la retraite à la fin de la saison.

Aston Martin a remporté la catégorie GTE-Am cette année lors de la tristement célèbre course française, et il y a eu des rumeurs selon lesquelles ils prévoyaient une renaissance de la Valkyrie Hypercar qu’Adrian Newey a aidé à concevoir en 2016.

Le Mans a disputé le Grand Prix d’Azerbaïdjan cette année et les organisateurs souhaitent éviter une éclipse en 2023.

Alors Alonso pourrait-il revenir aux 24 Heures du Mans avec Aston Martin l’année prochaine ?

« Difficile », a-t-il confié à El Mundo Deportivo avec scepticisme.

READ  Malgré le retard, les détaillants français saluent la date de réouverture du magasin - Journée mondiale de l'eau

« En ce moment, je suis assez concentré sur la F1, et Aston Martin aussi, l’année prochaine, nous avons 24 courses plus des entraînements, des événements sponsorisés et vous êtes presque mort. Vous sacrifiez tout pour une chose.

Après avoir remporté Le Mans dans les deux courses qu’il a disputées, le double champion du monde de F1 n’est pas sûr de vouloir risquer son record à 100 %.

« Tant que je suis en F1, Le Mans est impossible et dans le futur je ne sais pas si je vais essayer. J’ai gagné les deux fois où j’ai essayé et j’ai peur que si j’essaie à nouveau, je vais briser cette séquence”, a ajouté Alonso.

L’objectif d’Alonso l’année prochaine avec l’équipe britannique est simple. Il veut remporter « ma 33e victoire en Formule 1 avec eux ».

« J’espère que nous allons faire du bon travail », a ajouté l’Espagnol.

« Ils ont toutes les ressources et les investissements nécessaires, le talent : ils ont embauché des ingénieurs numéro un de Red Bull et Mercedes.

« Cette année, ils ont mal commencé, mais souvent, mal commencer vous donne cette étincelle de vouloir changer la situation rapidement.

« Essayons de renverser la situation.

La saison dernière, Alonso a inventé l’expression « The Plan », qui impliquait essentiellement de retourner en F1 et de remonter sur la plus haute marche du podium.

C’est devenu un mème populaire, mais il ne veut plus être pris dans ce tour. Ses ambitions n’ont pourtant pas changé.

« Ne recommençons pas avec ça, car il y avait déjà assez de gâchis avec The Plan. Ces choses sont toujours créées sur les réseaux sociaux », a plaisanté Alonso.

READ  Hammerson offre un `` au revoir '' aux coentreprises françaises alors que la crise remodèle son bilan

« Si ça doit être la mission, alors c’est la mission. Est-ce que j’y crois ? Nous devons tous croire.

« Mais ce qui se passe en F1, c’est que vous commencez dans une position et que vous allez finir dans cette position. Ce n’est pas comme au football où un petit gars peut battre le grand.

LIS: Lando Norris: Alpine a «fait un travail assez moche»

« En F1, tout est trop exact et mathématique pour cela. Il y a peu de moments de surprise. C’est le gros problème.

« Vous pouvez créer une illusion, mais sur les 24 courses, cela peut être très monotone de continuer à faire la même chose et frustrant pour les fans. »

Alonso est actuellement neuvième du championnat mais aurait pu être bien meilleur s’il n’y avait pas eu une série d’incidents malheureux plus tôt dans l’année.