bout coupé

A quoi sert une nouvelle version ? Plus particulièrement, quel est l’intérêt de refaire un film d’une autre culture et d’un autre pays, dans une autre langue ? Sans doute pour le rendre plus accessible à votre public.

Prenons l’exemple de la charmante et innovante comédie film sur film de Shin’ichirô Ueda. Une coupe des morts, un succès au Fantastic Fest 2018. C’est un film qui demande initialement beaucoup de patience, car il commence comme une terrifiante horreur zombie à un coup, se révélant finalement comme un film dans le film; l’histoire vraie est celle d’une famille heureuse mais malchanceuse de cinéastes indépendants qui, d’une manière ou d’une autre, par pure mésaventure, parviennent à réaliser ce qui semble impossible.

Tout aussi impossible semble l’intention de Michel Hazanavicius (réalisateur du film oscarisé L’artiste) pour capturer en quelque sorte l’esprit de l’original. Avec bout coupéil réalise une assez bonne émulation, même s’il ne peut pas tisser le même sortilège.

En partie, cela est dû à la conception: bout coupé (ou, pour lui donner son titre original français, Coupez !) n’est pas simplement une nouvelle version. C’est un remake sur un remake : à l’intérieur de l’histoire, le spectacle que les adorables inadaptés du monde du cinéma ont bâclé est devenu un petit succès culte, alors une nouvelle plateforme de streaming française a embauché le réalisateur du petit temps Remi (Romain Duris) pour recréer l’original. pour la télévision française.

Cependant, comme pour l’original, les téléspectateurs ne s’en rendent compte qu’au deuxième acte. Ce qu’ils voient d’abord, c’est le mauvais film de zombies qu’il prépare, puis comment le projet a vu le jour, puis une farce en coulisses sur tout ce qui ne va pas sur le plateau en temps réel, mais ils font quand même un film.

READ  PINOCCHIO DE GUILLERMO DEL TORO ****

Alors bout coupé est à la fois un remake et une quasi-suite, reprenant bon nombre des mêmes éléments, que ce soit sous forme de clins d’œil à l’intrigue ou d’échos dans l’univers : il y a la femme de soutien de Remi, Nadia (Bérénice Bejo), qui reste loin de la scène pour une raison ; sa fille puriste du cinéma, Romy (Simone Hazanavicius), et même une petite apparition de Yoshiko Takehara, qui a joué dans l’original. Les costumes sont les mêmes, tout comme les noms des personnages (une blague que Hazanavicius explique). Il est Une coupe des morts mais non, souvent trop fidèle à la lettre de cette merveille idiosyncratique et trop éloignée du ton de la source.

La plupart des meilleurs bout coupé est ce qu’il imite amoureusement de Une coupe des morts, et ce qui le gêne le plus, c’est ce qu’il n’arrive pas à saisir : la joie indéfinissable de faire de son mieux. C’est plus une satire, pétillante et drôle, et bien que Hazanavicius l’exécute bien et conserve une partie du cœur, il n’a pas cette poussée de joie absolue.

Non pas que tous les ajouts de Hazanavicius ajoutent quoi que ce soit, et il y a beaucoup de plaisir dans le rôle de Jean-Pascal Zadi en tant que Fatih, le compositeur patient mais enthousiaste chargé d’essayer de créer une partition en temps réel. Il y a une blague récurrente avec Rémi qui rapproche le film d’un vivre dans l’oubliParodie cinématographique dans le plus pur style, et c’est là que Hazanavicius se sent le plus à l’aise. Comme l’original, cependant, son cœur est à la bonne place, et cela peut suffire pour cette nouvelle version intelligente.

READ  Les magasins Stranger Things ouvrent aux États-Unis et en France alors que les fans célèbrent les années 80 en personne


bout coupé

Première américaine

Suivez toutes nos couvertures, actualités, critiques et interviews sur austinchronicle.com/fantastic-fest.