Anjali Nambrath est sur le point d’obtenir son diplôme du MIT avec une double spécialisation en physique et mathématiques, mais son grand projet cet hiver ne s’est pas concentré sur les neutrinos, le sujet de sa thèse de premier cycle. Il a plutôt travaillé à la traduction de «Hurlevents», une pièce québécoise de Fanny Britt, du français vers l’anglais.

«Je suis tombé amoureux de la pièce», dit Nambrath, qui a également obtenu une majeure en français. Elle a commencé le projet de traduction pendant la classe 21M.716 (Traduction théâtrale et transmission culturelle), une classe enseignée par la professeure de théâtre Claire Conceison. «C’est un travail qui divertit et fait rire, mais au final, cela vous laisse de sérieux problèmes sur lesquels réfléchir. Je pense que c’est bien quand l’humour est utilisé pour vous présenter gentiment quelque chose. “

Nambrath, qui a été impliquée dans le Shakespeare Ensemble pendant son séjour au MIT, dit que ses études dans les domaines des arts et des sciences humaines de l’Institut sont aussi importantes pour son avenir que sa formation dans les domaines de la science. «J’ai appris à quel point il peut être spécial de changer les lunettes avec lesquelles on voit le monde», dit-il.

L’étude du français a été particulièrement précieuse, note-t-il, car l’approche du programme Global Languages ​​lui a permis d’explorer un large éventail d’autres matières dans le cadre de l’apprentissage du français. «J’ai lu de la littérature, j’ai appris l’histoire et j’ai regardé de grands films. Tout ce qui m’intéresse a été inclus dans ce programme. Cela a été une fenêtre sur tous ces autres domaines », dit-il.

READ  The Voice Kids - Léna lance "c'est qui" à Matt Pokora: les internautes sont hilarants

Repousser les limites de la connaissance

L’objectif de Nambrath est de devenir physicienne en exercice dans une institution universitaire, et elle dit qu’apprendre à voir le monde à travers une grande variété de lentilles est “crucial” pour réussir dans son domaine. En physique, explique-t-il, «le but est de trouver de nouvelles façons de voir le monde. Je pense qu’il est très important en tant qu’être humain d’aller au-delà des limites de la connaissance pour en découvrir plus. “

À cette fin, Nambrath a participé activement au programme d’opportunités de recherche de premier cycle du MIT. Grâce aux UROP, il a eu l’opportunité de travailler sur un programme expérimental à la recherche de particules élémentaires hypothétiques appelées axions, par exemple, et il explore actuellement une nouvelle façon de voir les neutrinos, un type de particule subatomique. Sa thèse de premier cycle, basée sur des recherches menées dans le laboratoire du professeur adjoint Or Hen, applique des données obtenues à partir d’électrons pour faciliter une analyse du comportement des neutrinos.

Génial: du Laboratoire Fermé à l’enseignement quantique aux enfants

Le projet avec Hen a donné à Nambrath l’opportunité de travailler au Fermi National Accelerator Laboratory dans l’Illinois, un moment fort mémorable, mais seulement l’un des nombreux pendant son séjour au MIT. «La plupart des recherches que j’ai effectuées ont été très bonnes», déclare Nambrath. «Au MIT, vous pouvez simplement vous présenter et vous immerger vraiment. J’ai fait du matériel, des analyses informatiques, des théories. C’est amusant de plonger ses orteils dans tout ça. “

Nambrath est l’actuelle présidente de la MIT Physics Student Society et aime également partager son amour de la science à travers le programme d’études pédagogiques du MIT, qui, ces dernières années, lui a donné l’occasion d’enseigner une variété de sujets, des trous noirs à l’histoire de la science aux élèves des collèges et lycées. «J’ai suivi un cours sur l’informatique quantique et les enfants me posaient toutes sortes de questions folles», dit-il. «C’est agréable de faire face à cet enthousiasme. Parfois, lorsque vous rencontrez une série de problèmes semaine après semaine, vous vous demandez peut-être: pourquoi est-ce que je fais cela? Lorsque vous enseignez, vous vous rappelez pourquoi ce que vous faites est génial. “

READ  Euro 2020 : la Suisse élimine la France championne du monde

Les passionnés du MIT

Cet enthousiasme pour la recherche et l’apprentissage est exactement ce qui a attiré Nambrath au MIT pour la première fois. «L’une des meilleures choses à propos du MIT pour moi, c’est que peu importe ce que font les gens, ils sont très passionnés», dit-il.

Traduire “Hurlevents”, qui est vaguement basé sur le roman “Wuthering Heights” d’Emily Brontë, en anglais s’est avéré être l’une de ces passions pour Nambrath. Le projet a commencé comme un devoir de classe qui obligeait les élèves à traduire une scène d’une pièce de théâtre qui n’avait jamais été traduite auparavant.

«Un collègue du professeur Conceison m’a envoyé ce travail québécois et j’étais accro au langage, à l’ingéniosité et à sa portée», dit Nambrath, qui a alors décidé de terminer la traduction de l’ensemble de l’œuvre en tant que projet indépendant. Elle a travaillé avec Conceison et Catherine Clark, professeure agrégée d’études françaises, pour mener à bien le projet. Et maintenant – Le voilà! – Une lecture mise en scène de la pièce (par des comédiens professionnels) a récemment eu lieu en ligne le 30 avril.

Toutes ces choses

«Je n’avais pas réalisé à quel point le travail de traduction était crucial avant de le faire», dit Nambrath, soulignant que le fait de travailler sur le projet lui a donné un aperçu des francophones du Québec, au Canada. «Le Québec est juste au nord de la frontière américaine, mais peu de gens ici aux États-Unis semblent bien comprendre la culture», dit-elle. Au cours du projet de traduction, il a pris conscience des tensions qui surgissent entre la communauté francophone de la province et l’ensemble du Canada anglophone. «Il y a un jeu d’identité très complexe», note-t-il, «et des politiques vraiment intéressantes autour de la langue».

READ  Les auteurs méconnus du cinéma africain redécouverts

Bientôt, Nambrath se dirigera vers des études supérieures en physique des particules à l’Université de Californie à Berkeley, où il prévoit de continuer à regarder le monde à travers les nombreuses lentilles qu’il a découvertes au cours de ses études au MIT. «J’adore la physique; Comprendre ce qui se passe fondamentalement dans l’univers est une entreprise ambitieuse, humiliante et passionnante à laquelle participer. Mais si ma vie n’était que physique, je me sentirais très limité », dit-il. “Le français et le théâtre, la littérature, l’histoire et le cinéma: toutes ces choses me gardent entière.”

Récit préparé par MIT SHASS Communications
Directrice de la rédaction et du design: Emily Hiestand
Rédactrice principale: Kathryn O’Neill