Est-ce la fin de la stratégie suédoise contre le coronavirus? La question est débattue depuis que le Premier ministre social-démocrate Stefan Löfven a annoncé, lundi 16 novembre, l’interdiction des rassemblements publics de plus de huit personnes, à partir du 24 novembre, et pendant au moins quatre semaines. Si l’indicateur ne s’applique pas formellement aux réunions privées, le chef du gouvernement a ordonné aux Suédois de le faire. « Le nouveau standard », pour les prochains mois.

« N’allez pas à la salle de sport ou à la bibliothèque, n’organisez pas de dîner ou de fête à la maison, implora-t-il. Tout annuler (…). Et n’essaye pas d’oublier [les recommandations]. » Le ton sérieux, soulignant l’urgence de la situation « Ça va empirer », Stefan Löfven a précisé que les mesures étaient « Sans précédent dans l’histoire moderne » Du pays. Le 10 novembre, son gouvernement avait déjà décidé d’interdire la vente d’alcool à partir de 22 heures, obligeant les bars et restaurants à fermer à 22h30, jusqu’au 28 février 2021 au moins.

Même au plus fort de la pandémie au printemps, la Suède n’a pas adopté de telles restrictions. En préférant les recommandations aux interdictions, le royaume se distingue, refusant de confiner sa population et gardant ses écoles et collèges ouverts.

Augmentation de la pollution

Début juin, l’approche suédoise apparaît comme un échec: le pays de 10 millions d’habitants a alors fait quatre fois plus de morts que ses trois voisins nordiques, ayant opté pour le semi-confinement. Même économiquement, ses résultats sont moins bons, avec une baisse du produit intérieur de 8,6% au deuxième trimestre (contre 7,4% au Danemark, 6,3% en Norvège et 3,2% en Finlande) .

READ  Joe Biden s'entretient avec le roi Salman d'Arabie saoudite avant la publication du rapport sur l'assassinat de Khashoggi | Joe Biden

Cet été, la Suède a pu maîtriser la pandémie. Et pendant plusieurs semaines au début de l’automne, le pays a semblé éviter la deuxième vague. Demandé par Le mondeÀ la mi-septembre, l’épidémiologiste en chef Anders Tegnell, architecte de la stratégie suédoise, a salué une approche « durable », qu’elle ressentait « Commencé à travailler ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La Suède défend une stratégie «durable» contre Covid-19

Mais à la mi-octobre, les contaminations ont commencé à augmenter, lentement au début, puis de plus en plus vite, atteignant 4 600 cas par jour la semaine dernière (27% de plus par rapport à la semaine précédente). Selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), le taux d’incidence a déjà atteint 551 cas pour 100 000 habitants (contre 53 en Finlande, 294 en Norvège et 760 au Danemark).

Vous avez 44,54% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.