Avis important: Le 13 mai 2021, le gouvernement du Québec a déposé le projet de loi 96 qui vise à mieux protéger la langue française dans la province de Québec. Bien que le contenu de la série Exigences linguistiques en français au Québec de notre cabinet reflète l’état actuel du droit, le projet de loi modifie certaines dispositions de la Charte de la langue française liées à la langue du commerce et des affaires. Par conséquent, si le projet de loi 96 est adopté, nous mettrons à jour notre série d’exigences linguistiques en français au Québec.

Ce septième article de la série Exigences linguistiques en français au Québec de notre cabinet explorera les règles régissant les noms commerciaux. Vous trouverez ci-dessous des liens vers les autres articles de cette série:

Règle générale

Pour opérer au Québec, toutes les entreprises, à quelques exceptions près, doivent s’inscrire auprès du Registraire des entreprises du Québec et déclarez le ou les noms qu’ils utiliseront pour s’identifier (leur «nom commercial»).

Le registraire vérifie ensuite si le nom commercial déclaré est conforme à certaines règles, telles que les règles Charte de la langue française (LRQ c. C-11) (Lettre française). La règle générale de la Charte française est que les noms commerciaux doivent être en français.1

Les noms commerciaux sont généralement constitués de la combinaison d’un «terme générique» et d’un «terme spécifique».

Un «terme générique» est un terme descriptif qui identifie la nature des activités commerciales.deux

Un «terme spécifique» est un terme personnalisé / unique pour une entreprise. Il sert à distinguer une entreprise des autres entreprises. Cela peut être un nom, un nom de famille, une expression, une combinaison de chiffres et / ou de lettres, le nom d’un lieu, etc. 3

READ  Les réformes économiques portent leurs fruits alors que Macron cherche à être réélu

Par exemple, dans l’appellation commerciale ÉPICERIE GROS SAUMONS, «Épicerie» («Épicerie») est le terme générique et «Gros Saumons» («Gros Saumons») est le terme spécifique.

Exceptions à la règle générale

Bien que cet article ne couvre pas toutes les exceptions à la règle générale, voici quelques exemples d’exceptions:

Un nom commercial peut faire partie d’un terme spécifique dans une langue autre que le français s’il est accompagné d’un terme générique en français.4 Par exemple, le nom commercial ÉPICERIE BUON GIORNO, où «BUON GIORNO» signifie «bonjour» en italien, répondrait aux exigences de la Charte française.

En plus de l’exception ci-dessus, le Bureau du Québécois de la langue française (OQLF) et le Registraire des entreprises du Québec avoir publié des guides (disponibles uniquement en français) sur les règles régissant les noms commerciaux: Noms commerciaux: comment nommer votre entreprise ou établissement en français Oui Registraire des entreprises – Noms commerciaux au Québec. 5 Ces guides fournissent des conseils pour la rédaction des noms commerciaux, y compris les deux exemples pratiques suivants:

  • Dans un nom commercial, le terme générique ne doit pas apparaître tant en français que dans une autre langue. Par exemple, ÉPICERIE GROS SAUMONS ÉPICERIE serait incorrect;
  • Dans un nom commercial, si le terme générique est un mot français qui est le même dans une autre langue (par exemple, «construction»), le terme générique doit être placé avant le terme spécifique; Une telle procédure garantit que la dénomination sociale est conforme aux règles d’écriture françaises. Par exemple, CONSTRUCTION GROS SAUMONS serait acceptable car conforme aux règles d’écriture françaises, tandis que CONSTRUCTION GROS SAUMONS ne serait probablement pas acceptable car elle correspond aux règles d’écriture anglaises. 6
READ  Le représentant républicain Jeff Fortenberry reconnu coupable d'avoir menti au FBI au sujet d'un don étranger

Pour plus de conseils et d’aide à la compréhension des exigences linguistiques en français au Québec, nous vous invitons à contacter un membre de notre cabinet. Groupe de marques.

Le dernier article (Partie 8) de cette série explorera les sanctions que les entreprises peuvent encourir pour avoir enfreint la Charte de la langue française et ses règlements qui en découlent.

Les références

1. Charte française, article 63.

deux. « Noms commerciaux: comment nommer votre entreprise ou établissement en français » https://www.oqlf.gouv.qc.ca/ressources/bibliotheque/depliants/20130513_depliant5d.pdf. Y « Registraire des entreprises – Noms commerciaux au Québec». http://www.registreentreprises.gouv.qc.ca/documents/publications/in-531(2021-03).pdf.

3. Note Ibid 2.

Quatre. Charte française, article 67 et Une réglementation qui respecte le langage commercial et des affaires (LRQ c. C-11, r.9), article 27.

5. Note Ibid 2.

6. Note Ibid 2.