Par Mathieu Rosemain

PARIS Un tribunal français a considérablement réduit jeudi une amende contre le fabricant d’iPhone Apple Inc pour comportement anticoncurrentiel présumé à 372 millions d’euros (366,31 millions de dollars) contre 1,1 milliard d’euros auparavant, ont déclaré à Reuters deux sources au courant de l’affaire.

L’amende initiale avait été infligée par l’organisme de surveillance antitrust français en 2020 pour ce qu’il a décrit comme un comportement anticoncurrentiel d’Apple envers son réseau de vente au détail et de distribution.

À l’époque, il s’agissait de la plus grosse amende infligée par le régulateur antitrust, qui a déclaré qu’Apple imposait des prix aux revendeurs de détail haut de gamme afin que les prix soient conformes à ceux facturés par la société californienne dans ses propres magasins ou en ligne.

La cour d’appel a confirmé l’accusation du chien de garde antitrust selon laquelle Apple a abusé de la dépendance financière des détaillants de l’entreprise, mais a rejeté l’accusation de fixation des prix, a déclaré l’une des deux sources.

Elle a également réduit la portée temporaire de l’accusation de prétendue restriction de la clientèle des grossistes, a précisé la même source.

Le tribunal a également décidé de réduire significativement le taux appliqué pour le calcul de l’amende générale, a ajouté la source.

L’autorité française de la concurrence avait utilisé un taux élevé en 2020 compte tenu de la taille et de la puissance financière d’Apple, a indiqué la source.

Apple a déclaré qu’il ferait appel de la décision. Il n’a pas mentionné le montant de l’amende prononcée par le tribunal.

« Bien que le tribunal ait correctement annulé une partie de la décision de l’Autorité française de la concurrence, nous pensons qu’elle devrait être annulée dans son intégralité et nous prévoyons de faire appel », a déclaré la société américaine dans un communiqué transmis à Reuters.

READ  PayFit lève 90 millions d'euros pour élargir l'offre de gestion de la paie et des ressources humaines pour les PME européennes

« La décision concerne des pratiques d’il y a plus d’une décennie que même les (autorités françaises) ont reconnues ne sont plus utilisées. »

Un porte-parole de la cour d’appel a refusé de commenter le contenu exact de la décision, mais a confirmé que le tribunal avait « partiellement confirmé » la décision du chien de garde antitrust.

(1 $ = 1,0155 euros)