L’agent aurait été envoyé pour espionner la Pologne communiste, avant d’être destitué au bout d’un an, sans succès retentissant.

Son nom était Bond. James Albert Sauter. Un agent secret britannique nommé le héros de Ian Fleming a été envoyé derrière le rideau de fer deux ans après la sortie du premier film avec l’agent 007, selon lefichiers récemment publiés de l’Institut polonais de la mémoire nationale, IPN. Et il aurait été envoyé pour espionner la Pologne communiste, avant d’être retiré au bout d’un an car ses efforts ont été jugés vains, note l’IPN.

James Albert Bond est arrivé à Varsovie le 18 février 1964 et a officiellement occupé un poste d’archiviste à l’ambassade britannique, selon des documents du service communiste de contre-espionnage. Selon eux, James Bond, né en 1928, ne ressemblait guère à son homologue fictif du même nom, surtout connu pour son penchant pour la vodka-martini et les femmes.

Les agents polonais ont noté que James Albert Bond allait bien “Intéressé par les femmes“, mais c’était”Très attentionné“et n’a pas pris contact avec les citoyens polonais, précisent les documents postés sur Facebook cette semaine. Selon l’IPN, c’était”un agent de bas niveau avec un nom de haut niveau“- les agents communistes connaissaient également le héros fictif.

Le nom est Bond… James Bond! Nous avons découvert que le REAL James Bond a en fait visité la Pologne. Au milieu des années 60, un …

Publié par Institut national du souvenir dans Mercredi 23 septembre 2020

Les fichiers indiquent également que James Bond avait tenté de visiter, en octobre et novembre 1964, “installations militaires“à Bialystok et Olsztyn, dans l’est de la Pologne, près de la frontière d’alors avec l’Union soviétique. Apparemment, sans succès retentissant, le vrai James Bond a quitté la Pologne le 21 janvier 1965.

READ  Qui a déposé une caution pour Derek Chauvin, l'officier de police accusé de la mort de George Floyd?

L’écrivain Ian Fleming, auteur de la série, et lui-même ancien agent britannique, a toujours indiqué que son héros porte le nom de l’ornithologue américain James Bond, qui avait un livre sur les oiseaux des Caraïbes.