Réglementation des investissements étrangers entrants

Programmes gouvernementaux de promotion des investissements

L’État a-t-il un programme de promotion des investissements étrangers ?

La Suisse promeut formellement les investissements directs étrangers (IDE) par le biais d’une association privée à but non lucratif, Switzerland Global Enterprise (SGE). Les principales responsabilités de la SGE consistent à informer les investisseurs étrangers sur les avantages d’une implantation en Suisse, à mettre en relation les investisseurs étrangers avec des partenaires locaux clés et à proposer des visites de sites, entre autres services. Le programme suisse de promotion des investissements étrangers met un accent particulier sur certaines technologies clés, telles que l’intelligence artificielle, la robotique, la blockchain, la santé personnalisée et la fabrication de pointe. La SGE offre également des services de conseil gratuits aux entreprises étrangères qui envisagent d’investir en Suisse. Ces services couvrent une variété de sujets, y compris des conseils juridiques, fiscaux, opérationnels et administratifs et des informations sur les données. Au niveau cantonal, la SGE a délégué la promotion des investissements étrangers à des organisations régionales de développement des entreprises (par exemple, la région métropolitaine de Zurich, la région métropolitaine de Genève et Berne, la région de Saint-Gall Bodensee et la région de Saint-Gall Bodensee). entreprise et innovation).

Lois nationales applicables

Identifier les lois nationales qui s’appliquent aux investisseurs étrangers et aux investissements étrangers, y compris les exigences d’admission ou d’enregistrement des investissements.

En Suisse, les investissements étrangers ne sont généralement soumis à aucune condition formelle d’admission ou d’enregistrement. Une exception importante à ce principe est la loi dite Lex Koller, une loi fédérale qui soumet l’acquisition de biens immobiliers résidentiels à l’autorisation des autorités cantonales. En outre, les exigences sectorielles en matière d’autorisation, de licence et d’approbation peuvent affecter les investissements étrangers dans des domaines stratégiques de l’économie suisse. En mai 2022, le Conseil fédéral suisse a lancé une procédure de consultation relative à un projet de loi instaurant des contrôles sur les IDE. La législation proposée vise à prévenir les menaces à l’ordre public et à la sécurité pouvant résulter de l’acquisition par des investisseurs étrangers du contrôle d’entreprises suisses. En cas d’approbation, les rachats d’entreprises suisses seraient examinés si l’entreprise cible nationale opère dans un secteur critique pour l’ordre et la sécurité publics ou si l’investisseur étranger est une entité publique ou liée à l’État, dans ce dernier cas. des activités de l’objectif national de l’entreprise. La consultation a duré jusqu’au 9 septembre 2022 et devrait être suivie d’un projet final qui sera débattu au Parlement suisse.

READ  Houssem Aouar testé positif, Nabil Fekir le remplace en équipe de France

Organisme de réglementation compétent

Identifier l’organisme d’État qui réglemente et promeut les investissements étrangers entrants.

Le Secrétariat d’Etat suisse à l’économie (SECO) est responsable de la promotion des investissements étrangers entrants. Depuis 2008, le SECO a délégué la responsabilité opérationnelle du programme de promotion des sites en Suisse à Swiss Global Enterprise (SGE). Les organisations régionales promeuvent également les investissements étrangers au niveau cantonal. Le cadre juridique général régissant les investissements étrangers est déterminé par le Parlement fédéral suisse, tandis que les gouvernements cantonaux ont le pouvoir de réglementer certains aspects des investissements étrangers, tels que le régime fiscal applicable.

Organisme de règlement des litiges compétent

Identifiez l’organisme d’État auquel le processus doit être confié en cas de litige avec un investisseur étranger.

Il n’y a pas d’agence fédérale prédéterminée chargée de représenter la Confédération suisse dans les différends entre investisseurs et États. Par conséquent, la Suisse peut être notifiée auprès de n’importe quel organisme fédéral. Récemment, en Human Rights Defenders Inc c. Confédération suisse, la première et unique affaire CIRDI enregistrée contre la Suisse à ce jour, l’investisseur a notifié le différend au Président de la Confédération suisse. Plus tard, le SECO a pris la relève en tant qu’agence représentant la Suisse dans le litige.