Environ deux cents personnes ont été arrêtées dimanche 27 septembre en Biélorussie lors de manifestations qui ont rassemblé des dizaines de milliers de personnes contre le président Alexandre Loukachenko, dont la réélection est contestée, selon la porte-parole du ministère de l’Intérieur Olga. Tchemodanova. Environ 150 manifestants avaient déjà été arrêtés samedi, principalement des femmes rassemblées pour protester contre le régime, ainsi que des journalistes.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les femmes biélorusses à l’avant-garde du soulèvement de Loukachenko

Le mouvement d’opposition s’est réuni en début d’après-midi dans la capitale biélorusse contre Alexandre Loukachenko, qui a prêté serment de façon inattendue cette semaine, malgré un mouvement de protestation sans précédent depuis des semaines.

Loukachenko est confronté à un défi sans précédent depuis les élections présidentielles du 9 août: des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue chaque dimanche à Minsk pour dénoncer sa réélection comme frauduleuse, malgré la répression du mouvement.

Dans le centre de Minsk, plusieurs stations de métro ont été fermées en prévision de la marche, et le palais de l’indépendance, où siège M. Loukachenko et où des manifestations de masse ont convergé ces derniers temps, était hérissé de barrières et fortement gardé par la police. équipement anti-émeute.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Révolte en Biélorussie après l’inauguration secrète de Loukachenko

“Un simulacre”

Des vidéos montrant le déploiement de véhicules blindés dans les rues de la capitale, ainsi que des canons à eau, utilisés pour la première fois cette semaine pour disperser des manifestants après l’investiture du président, ont circulé sur les réseaux sociaux dans la matinée. Plusieurs places centrales et centres commerciaux où les manifestants se sont réfugiés dans le passé ont également été fermés.

READ  hospitalisé, Donald Trump fait un voyage en voiture pour saluer ses partisans

“Nous sommes des millions”La rivale de Loukachenko, Svetlana Tikhanovskaya, a déclaré dimanche dans un article sur les médias sociaux en soutien aux manifestants: ” on va gagner “. Samedi, certains manifestants ont montré des portraits de Svetlana Tikhanovskaya, tandis que d’autres scandaient «Sveta, présidente», en référence à la figure de l’opposition âgée de 38 ans.

Un homme arrêté à Minsk lors de la manifestation du dimanche 27 septembre.

Réfugié en Lituanie, ce dernier revendique la victoire aux élections, après une campagne électorale au cours de laquelle ce novice politique avait galvanisé les foules. Alexander Loukachenko, pour sa part, a prêté serment mercredi cette semaine pour un sixième mandat, déclenchant d’autres manifestations le même jour. La cérémonie au palais présidentiel n’avait pas été annoncée et se déroulait en secret. “Cette prétendue investiture est évidemment une imposture”Svetlana Tikhanovskaya a dénoncé.

“Il est clair que Loukachenko doit partir”

Les opposants à l'investiture d'Alexandre Loukachenko, dimanche 27 septembre.

Le gouvernement allemand a statué que ” le secret “ entourant la cérémonie d’investiture était “Développeur” faiblesses du régime et que faute de “Légitimité démocratique”, Berlin n’a pas reconnu la réélection de M. Loukachenko. L’Union européenne a indiqué qu’elle ne reconnaissait pas la légitimité de M. Lukashenko, tout comme les États-Unis.

De son côté, le président français Emmanuel Macron prévoit d’effectuer sa première visite de lundi à mercredi en Lituanie et en Lettonie, deux pays baltes qui attendent son soutien face à la crise politique au Belarus voisin et à la pression russe. «Ce qui se passe en Biélorussie est une crise de pouvoir, un pouvoir autoritaire qui ne peut accepter la logique de la démocratie et qui perdure par la force. Il est clair que Loukachenko doit partir “a déclaré M. Macron dimanche à entretien à Journal du dimanche (JDD).

READ  Wuhan se bat après la fête dans une piscine bondée
Lire aussi Macron sur la Biélorussie: “Il est clair que Loukachenko doit partir”

M. Loukachenko, qui accuse l’Occident de fomenter la contestation, a promis une vague réforme constitutionnelle pour répondre à cette crise politique, mais a exclu tout dialogue avec les opposants au régime qu’il pilote depuis 1994. Il l’a demandé. l’aide de son homologue russe, Vladimir Poutine, qui a promis un soutien sécuritaire à Minsk si nécessaire et a promis un prêt de 1,5 milliard de dollars.

Le régime a emprisonné de nombreux cadres du Conseil de coordination de l’opposition créé par M.je Tikhanovskaya. D’autres ont dû fuir leur pays. Maria Kolesnikova, l’un de ses principaux alliés, est emprisonnée et accusée de porter atteinte à la sécurité nationale.

Reportage: À Minsk, les manifestants tentent d’échapper à une police de plus en plus brutale

Le monde avec l’AFP