Emmanuel Macron a promis de supprimer la redevance de télévision française s’il est réélu président le mois prochain, soulevant des questions sur le financement et l’indépendance de la télévision et de la radio publiques.

Lors de la première apparition publique de sa campagne électorale, Macron a déclaré aux électeurs de Poissy, en périphérie de Paris, que la suppression de la redevance de diffusion était logique car son objectif était de continuer à réduire les impôts.

Macron a évoqué la fin de la redevance annuelle de 138 € (115 £), qui est payée par environ 27 millions de foyers, dans le cadre d’une campagne visant à aider le nombre croissant de Français soucieux de joindre les deux bouts. La licence UK Color TV coûte 159 £.

Les politiciens de gauche ont averti que la suppression de la redevance laisserait la radiodiffusion publique française à la merci des décisions budgétaires du gouvernement. Le sénateur socialiste David Assouline a tweeté que les implications seraient « graves » pour l’indépendance des médias publics et relève d’une « dangereuse démagogie ».

La candidate socialiste à la présidence, Anne Hidalgo, a déclaré que l’élimination des droits de licence « tuerait » l’indépendance des médias publics, affaiblirait les radiodiffuseurs publics face aux monopoles privés croissants et « ouvrirait la porte à la privatisation ». Elle a dit qu’elle garderait un droit de licence mais le rendrait « plus juste ».

La sénatrice centriste Catherine Morin-Desailly s’est plainte que Macron ne s’attendait pas à un grand rapport public sur la question du financement public des médias, qui doit rendre ses conclusions en juin.

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a tenté de minimiser les craintes dans une interview à la radio publique France Inter, déclarant : « Nous avons besoin de médias publics forts ». Il a déclaré que le gouvernement continuerait à garantir le financement, l’indépendance et la visibilité des radiodiffuseurs publics à long terme. Macron n’a pas précisé comment la radiodiffusion publique serait financée.

Des candidats présidentiels de droite avaient déjà annoncé leur intention de supprimer la redevance, dont Valérie Pécresse, candidate du parti Les Républicains de Nicolas Sarkozy. L’extrême droite Marine Le Pen a longtemps déclaré vouloir supprimer la redevance et privatiser la télévision et la radio publiques en France métropolitaine. L’ancien expert de la télévision d’extrême droite Éric Zemmour a également juré de le supprimer et a accusé Macron de le copier. « La façon dont vous copiez mon manifeste vous suggérera bientôt de mettre fin à l’immigration », a déclaré Zemmour sur Twitter.

Christophe Castaner, un proche allié de Macron et chef du groupement parlementaire du parti de Macron, a déclaré qu’il y avait une « énorme différence » entre les propositions de Macron et celles de Le Pen et Zemmour. « Ils veulent tous les deux éliminer la radiodiffusion de service public », a déclaré Castaner, ajoutant que Macron, en revanche, était « très attaché à la radiodiffusion de service public ». Mais il a déclaré que la redevance « est aujourd’hui une taxe injuste et archaïque ».

Roch-Olivier Maistre, chef de l’organisme de surveillance des médias français Arcom, a déclaré qu’aucun candidat n’avait encore détaillé comment financer la radiodiffusion de service public sans redevance. Il a déclaré qu’il doit y avoir un mécanisme qui permette « un financement et une stabilité à long terme » ainsi que « une visibilité et une indépendance ».

READ  Compositions prévues entre l'Italie et la Suisse: dernières nouvelles de l'équipe, équipes, mises à jour des blessures pour le match de l'Euro 2021