Elle a quitté son emploi en Suisse juste pour gagner sa vie en tant que combattante



Gabriel Cruz

Mexico, 14 mars (EL UNIVERSAL). La lutte est entrée dans la vie de Catherine Strutz dans une boîte de surprises. Cette nuit du 31 décembre 2018, une petite amie a joué le rôle de Wish pour la voir à son entraînement de lutte. C’était juste un amateur.

Il est né dans la province de Flawil dans sa Suisse natale, à plus de 9 700 kilomètres du Mexique, un pays qui à l’époque n’avait rien à voir avec le lutteur professionnel désormais ambitieux. L’aventure a commencé il y a deux ans à Zurich, mais une blessure au genou lui a porté un coup sévère qui l’a empêché de revenir dans l’équipe Enlonado pendant neuf mois. Quand il était prêt à le faire (mars 2020), la pandémie était le nouveau prétendant à vaincre. “Je ne pouvais pas y croire. Mais en novembre dernier, je suis venu rendre visite à un ami et je suis allé m’entraîner avec le professeur Skye », a déclaré l’Européen.

C’était comme découvrir le paradis, quand il est rentré à la maison, il a dit à ses parents qu’il retournerait au Mexique, laissant son travail dans le marketing et tout ce qui était sa vie à cette époque. “Je suis revenu en janvier, diverses raisons ont été ajoutées et maintenant j’ai la confiance nécessaire pour être un combattant et vivre de ça, pas de mes économies.” Et vous le prenez au sérieux, comme un travail, même si vous n’êtes pas payé pour le faire maintenant. Il n’est pas pressé non plus. «J’aimerais faire mes débuts cette année, mais il y a de nombreux facteurs. Je ne veux pas faire mes débuts. Tout le monde peut se tenir sur le ring, mais mon objectif est de le faire de manière émotionnelle pour tout le monde. “

READ  Yvelines - Val-d'Oise: un professeur retrouvé décapité, un suspect abattu