Réalisé par Elene Naveriani et écrit avec son frère Sandro Naveriani, « Wet Sand » est présenté en première mondiale aujourd’hui au concours Cineasti del Presente en Suisse. Fête de Locarno.

Tout à fait conforme à l’énoncé de mission de la section, la coproduction helvético-géorgienne est un exemple vivant de talents émergents qui se sont rapidement transformés en auteurs polyvalents avec une maîtrise surprenante de leur métier.

Plus par variété

« Wet Sand » est le deuxième long métrage de Naveriani et, au-delà de son art et de sa structure, il mélange les genres de manière ludique sans perdre la voix claire d’un auteur.

Vendu par Maximage, qui produit avec Takes Film, le long métrage se déroule dans une petite ville géorgienne au bord de la mer Noire. L’existence mondaine paisible de ses habitants est brisée lorsqu’un des habitants est retrouvé pendu. Sa petite-fille, Moe, revient pour son enterrement en soulevant le lourd voile avec lequel son grand-père a protégé sa vie et en mettant en lumière l’intolérance enracinée dans la ville.

Distribué en Suisse par Sister Distribution, le film regorge de touches comiques qui s’inclinent devant l’humour pince-sans-rire de Karismaki tout en livrant une chanson d’amour sincère au milieu des bruits brutaux du jugement.

Variété a parlé avec Naveriani en préparation du premier film de son film.

La conception sonore est parsemée de petits détails qui soulèvent des questions très intéressantes sur le point de vue, donnant le sentiment de raconter l’histoire non seulement en tant que narrateur omniscient mais aussi du point de vue des personnages. Lors de la conception du son, quelles étaient vos idées centrales ? Qu’est-ce qui vous a intéressé ?

READ  2021: dates, candidats et résultats en photos et vidéos

La conception sonore est l’une de mes parties préférées du film. En gros, à partir du moment où je commence à travailler sur le film, le son est essentiel pour créer le rythme, le ton, l’atmosphère, les mouvements et les sentiments des personnages. C’est ainsi que la plupart des bandes originales du film sont nées et sélectionnées, ont contribué au processus d’écriture et sont restées dans le film.

Pour « Wet Sand », la conception sonore qu’il a construite avec Philippe Ciompi était d’apporter des éléments qui étaient hors caméra ou au loin dans l’image. Jouer avec les détails des textures, des textiles, des gouttes, des mouvements, pour créer des espaces extérieurs qui contribuaient au récit et suggéraient l’omniprésence de l’humain. On prête attention aux éléments de sonar qui sont inédits dans la réalité, le frottement de la peau, le froissement des vêtements, les mouvements du corps, les pas, la respiration, tous ces éléments qui rapprochent les personnages et les rendent viscérales et présentes.

& # x002018;  Sable humide & # x002019;  - Crédit : Crédit : Maximage

‘Sable mouillé’ – Crédit : Crédit : Maximage

Crédit : Maximage

TLe montage du film découpe des scènes avec une finesse surprenante : les coupures se font rarement sentir au milieu d’une scène. Quel a été votre design pour le mouvement de la caméra et comment a-t-il interagi avec le montage ?

Déjà en écrivant le script, je réfléchissais à la façon dont il serait tourné et monté. Chaque scène a de nombreux détails. Le film est un processus de pelage lent, s’il est coupé trop rapidement, les couches peuvent être perdues. Alors que je travaillais au montage avec Aghesh Pakozdi, mon directeur de la photographie pour les cinq derniers films, nous avons décidé de tourner l’histoire avec le moins de coupures possible. La cinématographie déroule l’histoire de manière prudente, attentive et sensible. La caméra prend une position à distance avec ses personnages, les montre par rapport à leur environnement et s’en approche rarement.

READ  M. Pokora: première promenade au paradis à Maurice avec Isaías

Les mouvements de caméra sont minimes, motivés par l’émotion et l’action des personnages.

En général, je n’aime pas les plans en mouvement, c’est un peu trop élégant à mon goût et ne colle souvent pas à la grammaire de mes films. Le processus d’édition visait à se concentrer et à trouver le bon rythme et la bonne atmosphère dans le matériel que nous avons livré.

Certains de ses films racontent des histoires avec un intérêt évident pour son origine géorgienne. Comme dans ce film, ils dépeignent non seulement les personnages principaux mais une société. Pourriez-vous commenter ?

Toutes mes œuvres sont des portraits de personnes dans la société. C’est ainsi que je construis ou que je vois le monde qui m’entoure. Il n’y a pas d’individu sans rapport au monde, direct ou indirect. Dans ‘Wet Sand’, les gens sont très présents visuellement, ils sont un antagoniste direct, tandis que dans d’autres films, la société est moins visuellement mais toujours présente, que ce soit en arrière-plan avec des détails ou dans le son.

L’histoire parvient à faire tellement de choses à la fois, c’est à la fois une histoire d’amour et une sorte de film policier, avec ses rebondissements, le portrait d’une communauté et ses préjugés. Quels ont été les défis de sa structuration ?

Sandro Naveriani, mon frère, est le co-scénariste du scénario et l’initiateur du projet. Quand nous étions enfants, nous regardions toutes sortes de films ensemble, quels que soient leur genre et leur qualité. C’est ainsi que nous formons notre récit. Lorsqu’il écrit, il aime mélanger les genres et développer une écriture plus rigoureuse et structurée et j’aime ajouter à cette structure le chaos interne, déconstruire et détruire. Les défis étaient de savoir comment créer un contexte où nos personnages coexistaient et coexistaient avec les préjugés, l’intolérance, la peur, les rêves et les espoirs, entourés d’enjeux sociaux et politiques et de le dire de manière subtile, avec des images et non avec des mots.

READ  quand la transidentité est révélée depuis l'enfance
Elene Naveriani - Crédit : Crédit : Maximage

Elene Naveriani – Crédit : Crédit : Maximage

Crédit : Maximage

Le meilleur de la variété

S’inscrire à Bulletin des variétés. Pour les dernières nouvelles, suivez-nous sur Facebook, Twitter, Oui Instagram.