Patrouille de soldats de l’opération Barkhane à Gossi, Mali, avril 2019 – Laurence Geai / SIPA

Deux soldats de Force française Barkhane au Sahel, du 1er régiment de parachutistes hussards de Tarbes, est mort en opération
Samedi au Mali par l’explosion d’un engin explosif improvisé (EEI) au passage de son véhicule blindé, a annoncé l’Elysée.

Le président de la République a appris avec beaucoup d’émotion la mort de deux militaires français, le chef de brigade 1re classe ST et le parachutiste 1re classe Hussard Arnaud Volpe, après la destruction de leur véhicule blindé par un engin explosif improvisé. , ce matin lors d’une opération dans la région de Tessalit au Mali », a déclaré la présidence dans un communiqué, ajoutant qu’un troisième soldat avait été blessé dans l’explosion.

45 soldats français tués en sept ans

«Le président de la République s’incline avec un profond respect pour le sacrifice de ces soldats du 1er régiment de hussards parachutistes de Tarbes, morts pour la France dans l’accomplissement de leur mission contre le terrorisme au Sahel», a ajouté l’Elysée qui, à demande de la famille, n’a pas publié le nom de l’un des deux soldats morts.

L’opération Barkhane compte environ 5 100 soldats. Au total, 45 soldats français, dont les deux soldats tués samedi, ont été tués au combat lors des opérations Serval (2013) et Barkhane (depuis 2014), selon l’état-major. Un décompte qui n’inclut pas les accidents.

Emmanuel Macron, qui a exprimé ses “plus sincères condoléances à leurs familles, à leurs proches et à tous ses frères d’armes”, a appelé à nouveau “à la mise en place immédiate d’une transition politique civile au Mali, conformément aux attentes de son peuple, de toutes les pays qui le soutiennent et condition sine qua non d’une lutte efficace contre les terroristes ».



5,6 K

Partager

READ  Le discours de guerre d'Alassane Ouattara, inversé pour briguer un troisième mandat