Le chef du Commandement spatial français a déclaré qu’il y avait eu une cyberattaque.

Paris:

Des milliers d’internautes à travers l’Europe se sont déconnectés après ce que des sources ont déclaré vendredi être une cyberattaque probable au début de l’offensive russe en Ukraine.

Selon Orange, près de 9.000 abonnés d’un service internet par satellite fourni par sa filiale Nordnet en France sont sans internet suite à un « cyber événement » le 24 février chez Viasat, un opérateur satellitaire américain dont il est client.

Eutelsat, la maison mère du service internet par satellite de bigblu, a également confirmé vendredi à l’AFP qu’environ un tiers des 40.000 abonnés de bigblu en Europe, en Allemagne, France, Hongrie, Grèce, Italie et Pologne, étaient concernés par l’interruption de Viasat. .

Aux Etats-Unis, Viasat a indiqué mercredi qu’un « cyber-événement » avait provoqué une « panne partielle du réseau » pour les clients « en Ukraine et ailleurs » en Europe qui dépendent de son satellite KA-SAT.

Viasat n’a pas donné de détails, disant seulement que « la police et les partenaires de l’État » avaient été informés et aidaient aux enquêtes.

Le général Michel Friedling, chef du Commandement spatial français, a déclaré qu’il y avait eu une cyberattaque.

« Depuis plusieurs jours, peu de temps après le début des opérations, nous avons un réseau satellitaire qui couvre l’Europe et en particulier l’Ukraine, qui a été victime d’une cyberattaque, avec des dizaines de milliers de terminaux qui ont été rendus inopérants immédiatement après l’attaque », dit-il, et il ajouta qu’il parlait d’un réseau civil : Viasat.

Les pannes ont également mis hors ligne quelque 5 800 éoliennes en Allemagne et en Europe centrale avec une puissance combinée de 11 gigawatts.

READ  British Eatery lance Samosa dans l'espace et débarque en France

« En raison d’une panne massive de la connexion par satellite en Europe, la surveillance et le contrôle à distance de milliers de convertisseurs d’énergie éolienne ne sont actuellement possibles que dans une mesure limitée », a déclaré le fabricant, l’allemand Enercon, qui a déclaré que les problèmes avaient commencé le 24 février, le premier jour de l’invasion de l’Ukraine.

« Il n’y a aucun danger pour les éoliennes », qui continuent de produire de l’électricité mais ne peuvent plus être réinitialisées à distance si nécessaire, a précisé le constructeur.

Un rapport de l’Office fédéral allemand de la sécurité de l’information a déclaré qu’il était « concevable que les pannes soient le résultat d’une » cyberattaque «  », a rapporté le quotidien allemand Handelsblatt.

Les spécialistes militaires et cyber craignent que le conflit russo-ukrainien ne débouche sur une flambée de cyberattaques, un « Cyber ​​Armageddon » avec des conséquences majeures pour les civils en Ukraine et en Russie, mais aussi à l’échelle mondiale, par effet d’entraînement.

Mais jusqu’à présent, le pire scénario a été évité, car les attaques observées semblent être contenues dans leur impact et leur portée géographique.

Des entreprises de cybersécurité ont observé des attaques en Ukraine déployant un nouveau virus destructeur de données, dont les effets réels ne sont pas encore connus.

En Russie, les sites Web institutionnels ont été rendus inaccessibles depuis l’étranger, afin de les protéger des attaques par déni de service (DOS) qui les rendaient régulièrement inopérants.

(À l’exception du titre, cette histoire n’a pas été éditée par le personnel de NDTV et est publiée à partir d’un flux syndiqué.)

READ  Le Dr Umair Shah quitte son poste de directeur général de la santé publique du comté de Harris