Des milliers de manifestants au Sri Lanka ont franchi les barricades de la police et pris d’assaut la résidence officielle du président.

Dans l’une des plus grandes marches anti-gouvernementales du pays cette année, les manifestants exigent la démission du président Gotabaya Rajapaksa.

Des milliers de personnes sont descendues Sri Lanka district gouvernemental de la capitale, Colombo, criant des slogans contre le président et démantelant plusieurs barricades de police pour atteindre la maison de Rajapaksa, selon l’agence de presse Reuters.

Image:
Des manifestants prennent d’assaut le palais présidentiel au Sri Lanka. Photo: Coupeur de nouvelles

La police a tiré en l’air, mais n’a pas pu empêcher la foule en colère d’encercler la résidence présidentielle.

Au moins 21 personnes, dont deux policiers, ont été blessées dans les émeutes, ont indiqué des sources hospitalières.

Le président a été déplacé de ses locaux officiels vers un endroit sûr par mesure de sécurité, selon deux sources du ministère de la Défense, avant un rassemblement prévu ce week-end.

Des centaines de manifestants ont été vus à l’intérieur de la propriété lors d’une émission en direct sur Facebook.

Le Premier ministre Ranil Wickremesinghe a convoqué les dirigeants des partis politiques pour une réunion d’urgence à la suite des violences.

Le Premier ministre a également demandé au président de convoquer le parlement, selon un communiqué de son bureau.

L’ambassadrice des États-Unis au Sri Lanka, Julie Chung, a appelé les gens à manifester pacifiquement et la police à donner de l’espace aux manifestants, car elle a averti que « le chaos et la force ne résoudront pas l’économie ».

READ  Ivana Trump est décédée des suites de blessures contondantes après être tombée dans les escaliers de sa maison à New York

Le Sri Lanka, qui compte 22 millions d’habitants, fait face à sa pire crise économique depuis sept décennies, depuis son indépendance en 1948.

Il est aux prises avec de graves pénuries de devises qui ont limité les importations essentielles de carburant, de nourriture et de médicaments.

Beaucoup blâment le déclin du pays sur Rajapaksa, qui a fait face à des appels répétés à la démission.

Des manifestants tiennent des slogans antigouvernementaux lors d'une marche de protestation à Colombo.  Photo : AP
Image:
Des manifestants tiennent des slogans antigouvernementaux lors d’une marche de protestation à Colombo. Photo : AP

La colère s’est intensifiée ces dernières semaines alors que les expéditions de carburant ont diminué, incitant au rationnement de l’essence et du diesel pour les services essentiels.

Le ministère britannique des Affaires étrangères a mis en garde contre tout voyage essentiel au Sri Lanka.qui a été embourbé dans la tourmente financière en raison de la mauvaise gestion économique et de l’impact de la COVID-19[feminine] pandémie.

En avril de cette année, le Sri Lanka a annoncé qu’il suspendrait le paiement des prêts étrangers en raison d’une pénurie de devises.

Il a accumulé une dette de 42,4 milliards de livres sterling, dont environ la moitié, 23,3 milliards de livres sterling, doit être remboursée d’ici la fin de 2027.

La crise a gravement endommagé la réputation de la dynastie politique Rajapaksa, qui a dirigé le Sri Lanka pendant la majeure partie des deux dernières décennies.

L’un des frères de Rajapaksa a démissionné de son poste de Premier ministre le mois dernier, et deux autres frères et un neveu ont démissionné plus tôt de leurs postes ministériels, mais Rajapaksa est resté au pouvoir.

READ  'Centaur': les virologues s'inquiètent d'une nouvelle sous-variante de Covid | Coronavirus

Wickremesinghe, qui a pris ses fonctions de Premier ministre en mai, fait également face à des appels à la démission pour n’avoir pas réussi à combler l’écart dans les finances du pays.