Publié le:

Des envoyés spéciaux de Turquie et d’Arménie tiendront un deuxième cycle de pourparlers à Vienne plus tard ce mois-ci pour normaliser les relations après des décennies d’animosité. Au lendemain de la reprise des vols directs entre Erevan et Istanbul, les correspondants turcs de FRANCE 24 Shona Bhattacharyya et Ludovic de Foucaud se sont rendus dans la capitale arménienne pour savoir ce que les habitants pensent du dégel des relations.

Les acheteurs et les vendeurs qui accepteraient de parler à la caméra sont rares. Beaucoup sont en colère que le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan ait accepté l’invitation de la Turquie à parler sans reconnaître au préalable ce que l’Arménie appelle le génocide de 1915.

Comme l’a dit Haïg, un habitant d’Erevan : « Ouvrir les frontières, c’est surtout favoriser le développement économique. Mais construire une relation plus fraternelle, non, c’est hors de question. Un proverbe arménien dit : « Si ton ennemi devient ton ami, gardez un bâton dans votre main. «  »

Faisant partie de l’ancien empire soviétique, l’économie arménienne est encore largement dépendante de la Russie. La moitié de ses citoyens vivent dans la pauvreté, selon la Banque mondiale.

Dikran Altun, un Arménien turc et fondateur d’une compagnie aérienne aujourd’hui en faillite, est prudemment optimiste quant à la possibilité de liens plus solides. « L’un des moyens de donner une vie plus convenable aux gens est d’avoir des liens avec la Turquie. C’est l’un des moyens, ce n’est pas le seul mais [up] jusqu’à présent, nous n’avions aucun lien et les gens vivent comme ça… », a-t-il déclaré.

READ  L'impact climatique d'un vol transatlantique pourrait coûter 3 000 $ à l'économie mondiale | Émissions atmosphériques

Surplombant la ville se trouve un mémorial aux victimes des événements de 1915. Bien que le gouvernement arménien soit favorable à des liens plus forts avec la Turquie, à commencer par le commerce, dans la rue, l’ingrédient le plus important pour la normalisation reste insaisissable : la confiance.

Et sans confiance, la réconciliation est hautement improbable.

Cliquez sur le lecteur vidéo ci-dessus pour regarder le rapport complet.