Un groupe de journalistes yéménites qui ont survécu à des années de torture dans les prisons houthies appelle la communauté internationale à faire pression sur les rebelles pour qu’ils libèrent quatre de leurs collègues passibles de la peine de mort.

Abdel-Khaleq Amran, Akram al-Walidi, Hareth Hamid et Tawfiq al-Mansouri ont été arrêtés avec six autres journalistes lors de raids dans la capitale Sanaa à l’été 2015, peu de temps après l’intervention de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite. dans la guerre du Yémen.

Le groupe des 10 a finalement été accusé d’espionnage, qui comprenait «collaboration avec l’ennemi» et «diffusion de fausses nouvelles et de rumeurs» pour affaiblir les rebelles soutenus par l’Iran.

Les hommes affirment avoir été soumis à des traitements, notamment de torture, de famine et d’isolement pendant des années avant que leur affaire ne soit rachetée devant un juge nommé par les Houthis en avril 2020. Tous les 10 ont été condamnés, mais six ont été libérés dans des conditions strictes de surveillance. étaient interdits de faire de l’exercice. journalisme, tandis que les quatre autres ont été condamnés à mort.

Les membres de la famille et les avocats de la défense n’ont pas pu assister au procès et l’appel a été rejeté. Amnesty International a précédemment déclaré que les 10 hommes avaient été arrêtés sur la base de «fausses accusations» pour avoir fait leur travail.

Les six journalistes libérés et leurs familles ont réussi à quitter le Yémen et vivent désormais au Caire, un centre majeur de la diaspora. Un an après la condamnation, ils affirment que le gouvernement yéménite ne fait pas assez pour négocier la libération de leurs collègues.

READ  Kyrsten Sinema: les démocrates de l'Arizona censurent un sénateur pour ne pas avoir assuré "la santé de notre démocratie"

« Nous aurions besoin d’écrire des livres pour [fully] décrivez ce que nous avons vécu et souffert dans ces centres de détention. Seul Dieu connaît les épreuves et les souffrances de nos familles en notre absence … Et il y a encore quatre journalistes, qui ont été condamnés à mort dans ces prisons sombres, attendant que le sort intervienne pour sauver leurs vies et les ramener à leurs enfants, « dit-il. une déclaration du groupe partagée avec The Guardian.

«Mon fils n’est qu’un civil, ce n’est pas un soldat, il ne s’est battu contre personne, il n’était pas impliqué dans la politique. Il n’a pas mérité quelque chose comme ça pendant sept ans », a déclaré la mère de l’un des détenus, qui a demandé à ne pas être identifiée. «Nous sommes allés partout, nous avons parlé à tout le monde, mais personne ne nous a vraiment aidés. Je pleure tous les jours et je ne peux pas dormir. « 

Abdullah al-Mansouri, le frère de Tawfiq al-Mansouri, a déclaré que son frère était devenu gravement malade avec des problèmes rénaux et du diabète, et que ses ravisseurs lui avaient refusé un traitement médical. La famille n’a pu lui rendre visite que deux fois au cours des trois dernières années.

« Mon frère était un jeune homme en bonne santé lorsqu’il a été arrêté pour la première fois », a déclaré Mansouri. «Nous ne savons toujours pas pourquoi certains journalistes ont été libérés et d’autres condamnés à mort. Ils ont été choisis pour servir d’exemple aux autres. « 

Les Houthis sont accusés par des groupes de défense des droits humains d’emprisonner et de torturer régulièrement des dissidents et des personnes soupçonnées d’espionnage pour la coalition. Les otages sont parfois délibérément détenus dans des endroits susceptibles d’être la cible de frappes aériennes de la coalition: deux journalistes emprisonnés, Abdullah Qabel et Yousif al-Aizari, ont été tués lorsqu’un site militaire à Dhamar a été bombardé en 2015.

READ  Narendra Modi paie un prix aux urnes alors que l'Inde subit un autre jour de morts record

Les forces fidèles au gouvernement yéménite et au Conseil de transition sud, un mouvement séparatiste qui contrôle Aden, la deuxième ville du Yémen, ont également été accusées d’avoir emprisonné et torturé des journalistes et d’avoir violé la liberté de la presse.

Au cours de leur incarcération, des membres du groupe ont été punis après avoir été retrouvés avec des stylos. À une occasion, les 10 ont été emmenés de leurs cellules pour écouter un discours du chef rebelle Abdul-Malik Badreddin al-Houthi dans lequel il a déclaré que les journalistes étaient «plus dangereux que ceux qui combattaient sur les lignes de front.

« Chaque fois que nous essayions de conquérir les murs et l’isolement en chantant, les geôliers revenaient nous faire taire », ont-ils dit.

« Ces quatre collègues sont utilisés par les Houthis comme des pions, pour faire chanter à la fois la communauté internationale et le gouvernement yéménite », a déclaré Buthaina Faroq, une militante yéménite qui a également été forcée de fuir le pays et vit en Malaisie. «Chaque jour est important pour ceux qui sont emprisonnés. Les Houthis sont imprévisibles, ils pourraient décider de rester avec eux ou de les exécuter à tout moment.

Selon Reporters sans frontières, les Houthis ou al-Qaida détiennent une vingtaine de journalistes yéménites. Le Yémen était classé 167e sur 180 pays dans l’indice de la liberté de la presse de l’organisation pour 2020.