Une coalition de 180 groupes de défense des droits humains a appelé mercredi au boycott des Jeux olympiques d’hiver de Beijing de l’année prochaine en raison d’allégations de violations des droits humains contre des minorités ethniques en Chine.

Les jeux ouvriront dans un an, le 4 février 2022, et devraient se poursuivre malgré la pandémie.

La coalition est composée de groupes représentant les Tibétains, les Ouïghours, les Mongols de l’intérieur, les résidents de Hong Kong et d’autres.

Le groupe a envoyé une lettre ouverte aux gouvernements appelant au boycott des Jeux Olympiques “pour s’assurer qu’ils ne sont pas utilisés pour encourager les effroyables violations des droits de l’homme du gouvernement chinois et la répression de la dissidence”.

Des groupes de défense des droits ont précédemment demandé au Comité international olympique basé en Suisse de déplacer les jeux en Chine. Le CIO a largement ignoré les poursuites et affirme qu’il ne s’agit que d’un organisme sportif qui ne s’implique pas dans la politique.

Les groupes ont déclaré qu’en raison de l’inaction du CIO, “il appartient maintenant aux gouvernements de prendre position et de démontrer qu’ils ont la volonté politique de rejeter les violations répréhensibles des droits de l’homme de la Chine”.

Pékin a accueilli les Jeux olympiques de 2008, qui promettaient d’améliorer les droits de l’homme dans le pays. Au lieu de cela, les groupes affirment que le prestige des Jeux Olympiques a conduit à “une augmentation énorme des attaques contre les communautés vivant sous son règne”.

La situation des Ouïghours dans le nord-ouest de la Chine a retenu la plus grande attention. La semaine dernière, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a réitéré lors de son premier jour de fonction qu’il croyait qu’un génocide était commis contre des minorités ethniques au Xinjiang.

READ  Le Français Mladenovic, premier rival de l'année de Muguruza

La Chine a ignoré la critique en tant qu’ingérence dans ses affaires intérieures et la politisation du sport. Il a réagi vigoureusement aux allégations de génocide. Un fonctionnaire chinois a appelé cela le «mensonge du siècle».

Depuis 2016, la Chine a entraîné un million ou plus de Ouïghours et d’autres minorités à majorité musulmane dans des prisons et des camps d’endoctrinement que l’État appelle des centres de formation, selon les estimations des chercheurs et des groupes de défense des droits.

Des personnes ont été soumises à la torture, à la stérilisation et à l’endoctrinement politique, en plus du travail forcé, dans le cadre d’une campagne d’assimilation, selon d’anciens résidents et détenus, ainsi que des experts et des documents gouvernementaux divulgués.

La Chine a d’abord nié l’existence des zones d’internement. Il les a par la suite reconnus, mais a nié tout abus et a déclaré que les mesures qu’il avait prises étaient nécessaires pour lutter contre le terrorisme et un mouvement séparatiste.

“Le CIO a refusé d’écouter en 2008, défendant sa décision en affirmant qu’ils seraient un catalyseur pour l’amélioration des droits de l’homme”, indique la lettre. «Comme l’ont prédit les experts des droits de l’homme, cette décision s’est avérée extrêmement erronée; Non seulement le bilan de la Chine en matière de droits de l’homme ne s’est pas amélioré, mais les violations ont considérablement augmenté sans reproche.