Des élèves d’un internat juif ultra-orthodoxe près de Paris ont été pris en charge après des allégations selon lesquelles ils auraient été coupés de leur famille et soumis à des années d’abus.

Beaucoup d’enfants venaient d’Israël et des États-Unis et ne parlaient pas français. Un parent a déclaré que les parents pensaient qu’ils envoyaient leurs enfants à l’étranger dans une « école Harry Potter ».

L’alarme a été donnée après qu’un garçon de 15 ans s’est enfui de l’école Beth Yossef dans une propriété isolée de Bussières, une commune de Seine-et-Marne à 60 km à l’est de Paris, en juillet et a demandé l’aide du Ambassade américaine.

Le garçon a affirmé que les élèves étaient mal traités, servis de la nourriture périmée et parfois privés de repas. D’autres élèves se sont enfuis de l’école, qui propose aux garçons de plus de 12 ans un enseignement orthodoxe strict en études de la Torah, à la fin de l’année dernière.

Un certain nombre de jeunes adultes seraient également parmi les élèves de l’établissement, décrit comme « un milieu extrêmement fermé ».

Le procureur de la République Laureline Peyrefitte a déclaré que l’école était fréquentée par « de nombreux mineurs non déclarés américains et israéliens qui ne parlaient pas français », les isolant davantage. Les enfants secourus ont raconté « avoir été enfermés, s’être vu confisquer leurs papiers d’identité, vivre dans de mauvaises conditions, avoir subi des actes de maltraitance, n’avoir pas accès à l’éducation et aux soins de santé et n’avoir aucune possibilité de retourner dans leur famille », a-t-elle déclaré.

Lundi, la police a perquisitionné l’école et arrêté 16 enseignants, qui sont interrogés dans le cadre d’une enquête préliminaire sur des allégations « d’enlèvement organisé, de violences aggravées, de privation de soins et de nourriture et de maltraitance aggravée de personnes vulnérables », a ajouté Peyrefitte.

READ  'Dune', 'West Side Story', 'Licorice Pizza', plus - Date limite

« Les premiers éléments de l’enquête, à savoir des entretiens avec des mineurs en fugue ou d’anciens élèves de l’établissement, ont confirmé nos soupçons d’infractions », a déclaré le procureur.

Environ 42 élèves ont été transférés dans des logements temporaires, dont entre 25 et 30 seraient des ressortissants israéliens.

Simon Seroussi, porte-parole de l’ambassade d’Israël à Paris, a déclaré que l’ambassadrice d’Israël, Yael German, avait rendu visite aux enfants mardi et signalé qu’ils étaient bien soignés.

« L’ambassadeur a insisté sur le fait qu’ils étaient autorisés à appeler leurs parents. Maintenant, avec les autorités françaises et israéliennes, nous faisons tout notre possible pour que les mineurs israéliens puissent retourner dans leurs familles en Israël le plus rapidement possible », a déclaré Seroussi au Guardian.

Une équipe de documentaires de la télévision publique israélienne a déclaré à l’Agence France-Presse qu’elle enquêtait sur l’école depuis des mois et avait transmis des informations aux enquêteurs.

« Nous nous sommes retrouvés avec une trentaine de témoignages remontant aux années 2000 d’anciens élèves disant avoir subi des violences », a déclaré le documentariste Dubi Kroitoru.

Rivka Azoulay, 26 ans, de Jérusalem, dont le frère de 13 ans a commencé à Beth Yossef la semaine dernière, a déclaré au Times of Israel : « Cela ressemblait à l’école Harry Potter, dans les espaces verts. Elle a dit que son frère avait appelé à la maison et avait semblé heureux à l’école.

Depuis juillet, l’agence gouvernementale française chargée d’observer les mouvements sectaires extrêmes a retrouvé plusieurs ex-élèves qui étaient retournés aux États-Unis ou en Israël et qui auraient déclaré s’être fait confisquer leurs téléphones portables et leurs passeports à l’école. Un certain nombre d’entre eux ont déclaré aux détectives qu’ils avaient été interdits de quitter le terrain pendant plusieurs années.

READ  Lancement des sites de streaming Contenders 2021 - Date limite de la saison des récompenses - Date limite

Le grand rabbin de France, Haïm Korsia, a déclaré : « Il est inacceptable que la vie d’enfants soit mise en danger. Les conditions dans lesquelles ils vivaient sont inacceptables, point final.

Il n’y a pas eu de réponse lorsque le Guardian a tenté de contacter l’école.

Selon son site Internet, Beth Yossef a été fondée par le rabbin Gershon Liebman après son arrivée en France depuis la Pologne en 1948, et fait partie de l’institution Ohr Yossef. La journée d’école commence à 8h par des prières et se termine le soir par une leçon d’éthique, une balade en forêt et l’étude des « textes sacrés ».

« Aujourd’hui, la yeshiva est fière de son succès et rassemble plus d’une centaine d’étudiants du monde entier… les étudiants approfondissent assidûment leur connaissance de la Torah afin de devenir eux-mêmes des maîtres de la Torah », écrit l’école.