Publié le: Modifié:

Hong-Kong (AFP)

Deux dirigeants de l’Apple Daily pro-démocrate de Hong Kong ont comparu samedi devant le tribunal pour collusion après que les autorités ont mis en œuvre une loi radicale sur la sécurité pour cibler le journal, un fervent critique de Pékin.

Le rédacteur en chef Ryan Law et le PDG Cheung Kim-hung sont accusés d’avoir comploté avec des forces étrangères pour saper la sécurité nationale de la Chine sur une série d’articles qui, selon la police, appellent à des sanctions internationales.

C’est la première fois que des opinions et opinions politiques publiées par un média de Hong Kong déclenchent une enquête en vertu de la loi sur la sécurité, imposée par Pékin l’année dernière pour réprimer la dissidence dans la place financière.

Apple Daily et son propriétaire emprisonné Jimmy Lai ont longtemps été des épines du côté de Pékin, avec un soutien sans faille au mouvement pro-démocratie de la ville et des critiques acerbes des dirigeants autoritaires chinois.

Plus de 500 policiers ont fait une descente dans la salle de rédaction du journal jeudi, prenant des ordinateurs, des disques durs et des cahiers aux journalistes.

Cinq cadres ont également été arrêtés. Law et Cheung ont été inculpés vendredi, tandis que les trois autres ont été libérés sous caution dans l’attente d’enquêtes plus approfondies.

Des dizaines de supporters faisaient la queue pour les sièges du tribunal samedi matin, dont de nombreux anciens et actuels employés d’Apple Daily.

#Photo 1

READ  Comment les actionnaires peuvent-ils prendre en charge leur propre entreprise?

Un membre du personnel, qui a donné son nom de famille comme Chang, a déclaré qu’elle et de nombreux autres employés d’Apple Daily traitaient “chaque jour comme si c’était le dernier” où nous travaillions pour le journal.

“Au début, les autorités ont dit que la loi sur la sécurité nationale ne ciblerait qu’un petit nombre de personnes”, a-t-il déclaré à l’AFP.

“Mais ce qui s’est passé nous a montré que c’est un non-sens.”

Une autre journaliste du personnel, qui a donné son prénom en tant que Theresa, a déclaré qu’elle pensait que les problèmes juridiques d’Apple Daily étaient un avertissement.

“Je pense que ce qui est arrivé à Apple Daily aujourd’hui pourrait éventuellement arriver à n’importe quel autre média de la ville”, a-t-il déclaré.

Plusieurs sociétés de médias internationales ont un siège régional à Hong Kong, attirées par les réglementations favorables aux affaires et les dispositions relatives à la liberté d’expression écrites dans la mini-constitution de la ville.

Mais beaucoup se demandent maintenant s’ils ont un avenir là-bas et élaborent des plans d’urgence alors que Pékin va de l’avant avec une répression radicale de la dissidence dans la ville.

Les médias locaux ont encore plus de mal et les associations de journalistes disent que les reporters doivent se censurer de plus en plus.

Hong Kong est en baisse constante dans le classement annuel de la liberté de la presse de Reporters sans frontières, passant de la 18e place en 2002 à la 80e cette année.

La Chine continentale croupit à la 177e place sur 180, juste devant le Turkménistan, la Corée du Nord et l’Érythrée.

READ  Andorre: un micro-état en plein essor